↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Le Stoner Rock Français


Maxime, le 31/07/2007

ALCOHSONIC



Origine : Ile-de-France

Né il y a deux ans sous l’impulsion de Seb et de Pierre, deux passionnés de musique ayant roulé leur bosse dans d’autres formations foncièrement rock (Doommaker, Capharnaum…), Alcohsonic fait partie de la nouvelle génération du stoner made in France (aux côtés de Jabberwockies et de The Howling). Piochant dans tout ce que le rock a pu faire de plus heavy (des speedfreaks de Motörhead dont ils reprennent le "Doctor Rock" à Rory Gallagher en passant par Led Zeppelin et les ballades rugueuses à la Lynyrd Skynyrd, voir "Bloody Whiskey"), le quatuor officie davantage dans la branche revival 70’s du stoner, comme l’attestent les riffs granuleux et la rythmique plombée qui témoignent d’une écoute attentive et répétée de formations telles que Spiritual Beggars. La réussite d’Alcohsonic consiste à bousculer ces références en leur conférant une fraîcheur, une pêche et un humour que trahissent une voix élastique et des interludes ludiques, à l’image des premières secondes d’ "Alcohsonic Days" qui revisitent la chanson du ménestrel du Robin des Bois de Disney à la sauce LSD. Avec une envie énorme de faire la fête et de lancer des appels bondissants en direction de headbangers grave allumés, le combo ne cesse de faire parler de lui dans les caves parisiennes et dans les tremplins rock où il se fait remarquer de plus en plus. Le vrombissant "Big City Life" constitue le programme idéal de ces réjouissances.


Vous considérez-vous comme un groupe de stoner rock ?
Oui et non. Dans les influences et l'esprit du groupe, c'est sûr. Mais ça dépend pas mal de ce que l’on entend par Stoner Rock. Nous sommes plutôt influencés par la traduction qu’en donnent des groupes comme Spiritual Beggars, Hermano, Grand Magus ou Corrosion of Conformity. On a un petit coté "Desert" qui transpire dans certains riffs mais nous sommes résolument beaucoup plus influencés par le coté 70's de la chose. L’étiquette stoner étant assez difficile à réellement définir, on préfère dire qu'on est un groupe de rock bien stone !

Quel regard portez-vous sur la scène stoner rock française ?
Depuis la création d'Alcohsonic, on a été surpris de voir que le stoner était aussi présent en France. Loading Data, Royal Bubble Orchestra, The Howling, voilà des groupes de stoner et de desert rock talentueux qui essaient de faire bouger ce genre en France. Je trouve vraiment que notre pays commence réellement à se bouger le cul et ça fait plaisir.

Pensez-vous qu'il y ait un public pour le stoner rock en France ?
Personnellement, je commence réellement à en être persuadé. J'ai remarqué que tout a bougé depuis que la France a découvert Songs For The Deaf des QOTSA. A chaque nouvelle date de concert je découvre de nouveaux visages. Et je me rends aussi compte de plus en plus que les gens ont envie de retrouver l'énergie et la sincérité de la musique des années 70. C'est chose possible avec le stoner qui ajoute à tout ça un coté moderne indéniable. Je suis sûr que si l’on faisait autant de media autour du metal et du stoner qu'au RN'B et à la variet', les gens découvriraient que notre genre n'est pas fait que de sauvages qui sentent la sueur et boivent de la bière à longueur de journée…
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également