↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Manfred Mann's Earth Band


Glorified Magnified


(29/09/1972 - - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Meat / 2- Look Around / 3- One Way Glass / 4- I'm Gonna Have You All / 5- Down Home / 6- Our Friend George / 7- Ashes to the Wind / 8- Wind / 9- It's All Over Now, Baby Blue / 10- Glorified Magnified
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Seconde marche vers la gloire"
François, le 01/10/2022
( mots)

En fondant son "Earth Band", Manfred Mann avait trouvé la recette pour passer des 1960’s aux 1970’s : allier son fond rock assez classique, parfois pop ou rhythm and blues, en l’associant au rock progressif, notamment à travers un usage original et inventif des claviers analogiques. Pour marquer les esprits suite à leur premier album, les membres du groupe entrent à nouveau en studio au point de parvenir à mettre au monde un second opus la même année, Glorified Magnified. Ils ne furent pas les seuls en 1972, qu’on pense à Uriah Heep ou à Gentle Giant par exemple – mais ce n’était pas exceptionnel dans les 1970’s.


Même s’il le suit de près, Glorified Magnified tranche avec son prédécesseur par deux aspects.


Premièrement, la place accordée aux reprises est divisée par deux, Bob Dylan étant toujours de la partie avec le tout juste sympathique "It's All Over Now, Baby Blue". "Ashes to the Wind" n’est pas non plus de leur plume, et donne également dans le style folk, avec une construction assez étrange. Elles s’inscrivent dans une seconde face moins inspirée, à l’image de leur premier opus, composée en outre de "Down Home" aux relents de Géorgie et le court "Wind", plus jazzy et expérimental.


Deuxièmement, cet opus est plus progressif que son ancêtre, et c’est là que les choses deviennent un peu plus intéressantes. Alors que "Meat" possède une structure assez simple et répétitive, entre rock’n’roll et blues, la dimension expérimentale saute aux oreilles, que ce soit par des lignes mélodiques surprenantes ou par des petits sons humoristiques à la limite du mauvais goût. Dans un autre registre, "Look Around" s’insère dans le courant heavy-prog' à la manière d’Uriah Heep, avec (pourquoi pas ?) des sonorités hindoustanies mais également des clins d’œil aux musiques traditionnelles. "One Way Glass", la ballade pastorale originellement interprétée par Manfred Mann Chapter Three, dévoile de remarquables claviers aux sonorités prog’. On notera aussi le passage instrumental cosmique de "I’m Gonna Have You All", un titre très efficace qui fait légérement penser à "Tainted Love". Sur la seconde face, "Our Friend George" retrouve un peu la touche Atomic Rooster (dont l’influence était déjà perceptible sur l’opus précédent), entre ses riffs appuyés et le jeu de claviers, tandis que le final "Glorified Magnified" est un instrumental ambitieux et entreprenant (la dernière partie empreinte de religiosité est assez incroyable).


Manfred Mann Earth’s Band montre clairement sa volonté de dépasser l’entreprise encore velléitaire de son premier album en allant plus loin dans le registre progressif. Cela donne lieu à de belles surprises, des titres aux variations inattendues, mais l’opus s’éparpille encore allant jusqu’à proposer des morceaux à l’intérêt douteux. On demeure dans la phase de gestation, mais celle-ci atteint bientôt son but.


A écouter : "One Way Glass", "I’m Gonna Have You All", "Glorified Magnified"  

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !