↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Small Jackets


Walking The Boogie


(14/04/2008 - Go Down Records/Differ-Ant - High Energy Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- My Surprise / 2- Forever Night / 3- If You Don't Need / 4- Leave Me Alone / 5- Maybe Tomorrow / 6- Wintertime / 7- Born To Die / 8- Heroes / 9- Phoenix's Light / 10- She Don't Care
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"La relève des Hellacopters s'amorce depuis l'Italie avec les Small Jackets !"
Maxime, le 02/06/2008
( mots)

La nouvelle avait plombé le moral de pas mal de rock addicts d’ici et d’ailleurs. The Hellacopters annonçaient qu’ils jetaient l’éponge après 13 ans d’activisme. Le temps d’accuser le coup en se jetant sur leur ultime livraison (Head Off) qu’on peut déjà se mettre à reluquer la liste des prétendants prêts à assurer la relève. Etrangement, on ne trouvera pas les candidats les plus sérieux dans leur Scandinavie originaire mais dans une autre patrie européenne sur laquelle le soleil darde plus souvent ses rayons.

Formés en 2003, les italiens de Small Jackets ont le bon profil pour s’imposer comme de parfaits héritiers : une patte sonore au confluent de la high energy de Motor City et du hard rock seventies gorgé de blues épais alliée à un esthétique vintage obsédante, des Rickenbacker d’époque aux tons orangés de la pochette de ce second effort. Certes, rien de nouveau sous le ciel transalpin, mais un appétit et un charisme qui changent des pilleurs putassiers (au hasard, Lenny Kravitz ?). Ceux dont la cave croule sous les vinyles de Humble Pie, Led Zeppelin ou MC5 peuvent passer à la caisse et sortir le champagne, c’est un véritable festival : orgue Hammond en veux-tu en voilà ("If You Don’t Need", "She Don’t Care"), concert de pédales wah-wah ("Leave Me Alone", "Phoenix’s Light"), longues échappées musicales à se jeter devant un feu de camp ("Wintertime"). Aucune raison de bouder son plaisir tant que c’est balancé avec tant de conviction et de talent. On trouvera même chez ces forçats du boogie quelques petits hymnes sur lesquels s’époumoner au refrain ("Heroes", "Maybe Tomorrow"). Trop heureux de s’inviter au festin, Nick Anderson et Robert Dahlqvist, bretteurs de The Hellacopters, viennent se joindre à la troupe pour croiser le fer lors de solos intenses sur "Forever Night". Une nouvelle preuve de la puissance fédératrice du bon goût.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également