↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

OJM


Under The Thunder


(28/04/2008 - Go Down Records/Differ-Ant - Stoner Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Everything Can Be Magic / 2- Sixties / 3- I'm Not An American / 4- Stoned Love / 5- Dirty Nights / 6- Lonelyness / 7- Starshine / 8- Give Me Your Money / 9- Spread Me / 10- M.C.I. / 11- Brant B
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"OJM, ou du bon stoner garanti 100% bio élevé en plein air."
Maxime, le 02/06/2008
( mots)

Si l’année dernière nous avions jeté un coup de projecteur sur la scène stoner italienne avec les excellents Black Rainbows , il était nécessaire de s’appesantir un peu plus sur le cas, tant elle fait preuve d’un activisme dont la France ne peut que s’inspirer. Le nouvel album d’OJM nous en fournit le prétexte idéal. Avec plus d’une décennie d’existence au compteur, ce quatuor fait figure de d’institution nationale dans le domaine, aux côtés d’Ufomammut et de El Thule. Une poignée d’enregistrements confidentiels (dont un split avec les formidables anglais de Gorilla) ont assis leur réputation et les ont conduit à signer sur Go Down Records, un des labels les plus actifs dans le domaine de l’autre côté des Alpes aux côtés de Beard Of Stars, au point de rameuter le MC5 Michael Davis qui se charge ici de la production ainsi que de quelques vocaux (enthousiasmé par le raffut de ses protégés, l’homme a spontanément bondi de sa console de son pour épauler les gaillards derrière le micro).

La pochette de ce quatrième long format est en tous points conforme à son contenu. Un ciel menaçant, une atmosphère lourde et des nuages chargés cueillent l’auditeur sur "Everything Can Be Magic". Puis un déferlement d’électricité crue retentit, et dès lors les potards ne cesseront plus de pointer dans le rouge tant que la galette n’aura pas fini sa course. On entre tête la première dans un maelström volumineux brassant l’attaque frontale d’un Fu Manchu ("Sixties"), les décharges bourrues d’un Hellacopters ("I’m Not American") et le psychédélisme orageux d’un Kyuss ("Starshine"), avec une pointe de heavy rock dopé à la testostérone ("Stoned Love", "Give Me Your Money") pour relever le tout. Ne dénigrant ni la puissance forcenée, ni le groove le plus impétueux, OJM excelle quand il défenestre son boogie chargé à fond les amplis ("Spread Me", "MCI"). Cette galette abrasive s’achève sur "Brant B", ode pachydermique à l’illustre moustachu avec lequel la bande se livra à quelques jams avant de donner naissance à ce disque. Le batteur de Kyuss et le bassiste de MC5, on a connu plus dégueulasse comme parrainage.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également