↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Metric


Synthetica


(12/06/2012 - Metric Music International - pop rock - new wave - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Artificial Nocturne / 2- Youth Without Youth / 3- Speed The Collapse / 4- Breathing Underwater / 5- Dreams So Real / 6- Lost Kitten / 7- The Void / 8- Synthetica / 9- Clone / 10- The Wanderlust / 11- Nothing But Time
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (21 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Metric signe ici son meilleur album, un grand disque de pop rock. Magistral."
Nicolas, le 04/07/2012
( mots)

On devrait toujours croire a minima ces satanés artistes lorsqu’ils affirment sereinement que leur nouvel album est leur meilleur à ce jour, surtout quand ils se mettent à argumenter derrière. On se rappelle de Sel Balamir qui, l’an dernier, avançait en toute modestie que The Octopus était le meilleur disque d’Amplifier, que le groupe ne ferait jamais mieux et qu’il s’agissait d’un disque majeur, et on n’oserait toujours pas lui donner tort aujourd’hui. Cette fois-ci, on se trouvait émoustillé par les déclarations d’Emily Haines, la sirène de Metric, à propos de Synthetica : "Ça sonne comme la culmination de tout ce que nous avons fait. Nous avons toujours entendu un son dans nos têtes que nous espérions réaliser et nous l’avons finalement entendu revenir par les haut-parleurs cette fois-ci". Et le pire, c’est qu’elle a raison.

On sentait lentement monter les canadiens en force, après deux albums frais et relativement innocents mais surtout après un Fantasies qui montrait une nette évolution vers une musique plus mûre et profonde. Même si ce disque pêchait par des défauts gênants (morceaux trop longs, rythme parfois flottant, sans compter quelques ratés sur des balades très moyennes comme "Twilight Galaxy" et "Blindness"), on ne se serait pas permis de balayer d’un revers de la main les espoirs fondés en la bande d’Emily Haines, l’une des chanteuses les plus sensuelles et douées de sa génération. De fait, Synthetica a pris le parti judicieux de gommer les manques de son prédécesseurs : les morceaux sont plus ramassés, la constance est au rendez-vous et les titres lents et flottants ont été écartés du programme. Plus encore, ce quatrième album réalise une progression fluide, homogène et d’une cohérence assez inédite tout en gommant certaines sonorités 80’s un peu cheap. Résultat : on attendait un vrai grand disque pop-rock dans les années 2010 ? Il vient tout juste d’arriver.

Ne pas forcément se fier à la lancinance et à l’absence quasi-totale de mélodie de "Youth By Youth", anti-single balancé sur les ondes pour préparer le terrain. Difficile, en effet, de comprendre ce qui a poussé Metric à proposer ce titre redondant et monolithique comme ambassadeur de sa nouvelle oeuvre, du moins dans un premier temps. Car voilà un morceau qui, s’il ne paye pas de mine de prime abord, dévoile des trésors d’entêtement au son d’une batterie implacable, d’une basse profonde et de la diction encore une fois fantastique de mademoiselle Haines, sublimant son chant monotonal en de troublantes inflexions redoutablement mises en rythme. Ce parti pris de titres sans refrain, régulièrement mis en application sur Synthetica, fait  immanquablement mouche à tous les coups, comme sur l’introductif "Artificial Nocturne", évanescent et radieux tout à la fois et offrant un contrepoint idéal à la rythmique trépidante du single à suivre. Autres réussites dans le même moule, "Dreams So Real", crissant et prégnant à souhait dans son atonalité, ou encore "The Void" qui, à l’inverse, met en valeur une mélodie évidente au rythme d’une basse enivrante et de touches synthétiques justement dosées. C’est d’ailleurs là tout l’attrait de Synthetica : celui de sonner rétro sans être le moins du monde ringard, empruntant aux années 80 le meilleur (les couplets U2isants sereins de "Breathing Underwater", les synthés miroitants de "Clone") tout en délaissant les empreintes vocales datées ou les instruments kitchs et clinquants.

Tout est ici impeccablement mis en forme, que les titres se fassent pudiques et rêveurs ("Speed The Collapse") ou au contraire teigneux et plein de morgues ("Synthetica"). Il n’y a rien à jeter, l’album sait se faire varié, avec quelques truculences comme les beats futiles et enfantins de "Lost Kitten" ou les décalages rythmiques troublants de "Nothing But Time", épatante conclusion ; mais paradoxalement, on l'a dit un peu plus haut, le disque se révèle pour autant parfaitement homogène et cohérent. Une réussite absolument magistrale que ne ternit même pas la (moins) bonne collaboration avec Lou Reed sur "The Wanderlust" : pas que le vieux ténor du Velvet plombe l’affaire, au contraire, mais le titre en lui-même est probablement le moins intéressant du lot. En tout cas, que cela ne vous empêche pas de foncer sur cet album... et pour une fois, ne vous fiez pas aux avis spécialisés qui traînent un peu partout sur la toile, plutôt favorables mais sans plus : Synthetica se pose d’ores et déjà comme l’album pop-rock de l’année, sans aucune contestation possible, et permet de confirmer tous les espoirs que nous placions en Metric. Un groupe sur lequel il faudra désormais compter, et pas qu’un peu.

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Metric


Art Of Doubt


Critique d'album

Metric


Pagans in Vegas


Critique d'album

Metric


Fantasies


Album de la semaine
À lire également