↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kyuss


...And the Circus Leaves Town


(11/07/1995 - Elektra - Stoner Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Hurricane / 2- One Inch Man / 3- Thee Ol' Boozeroony / 4- Gloria Lewis / 5- Phototropic / 6- El Rodeo / 7- Jumbo Blimp Jumbo / 8- Tangy Zizzle / 9- Size Queen / 10- Catamaran / 11- Spaceship Landing
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (20 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
""
Maxime, le 21/08/2005
( mots)

...And The Circus Leaves Town fait partie de la race de ces sublimes albums, tel qu'Abbey Road ou L.A. Woman, livrés par un groupe à l'agonie dans un ultime élan de survie. Le titre de ce quatrième et ultime LP de Kyuss est d'ailleurs explicite sur le sujet. En effet, le batteur Brand Bjork, pilier du groupe dès ses débuts, quitte le navire un fois l'enregistrement de Kyuss achevé. Le label Chameleon qui avait signé et soutenu la formation met la clé sous la porte. Le quatuor est alors récupéré par le gros label Elektra qui ne le comprend pas et ne sait pas comment le vendre, le traitant comme un énième groupe grunge. L'avenir de Kyuss sentant le sapin, Garcia et Homme décident de continuer tout de même l'aventure et recrutent Alfredo Hernandez derrière les fûts. Hernandez s'était illustré notamment avec Yawning Man et Sort Of Quartet, groupes qui influencèrent beaucoup les futurs membres du gang de Palm Desert. Une façon de boucler la boucle.

Car quand les rats du désert retrouvent pour la troisième fois leur mentor Chris Goss, ils savent que cette livraison sera la dernière. Voilà sans doute pourquoi ce ...And The Circus Leaves Town a ces allures de manifeste brut et définitif. Tout aussi massif que ses prédécesseurs, cet album propose toujours autant de variété dans les climats, tour à tour lourds, euphoriques ou ensoleillés. Les titres sont dans l'ensemble plus courts (si l'on excepte le final), plus concis et enchaînés impitoyablement, sans que l'on puisse reprendre son souffle. Parfois sous-estimé par les fans mêmes du groupe, ce disque compile de façon effarante les moments d'anthologie.

Cet album titanesque expérimente et sublime deux tâches dans lesquelles Kyuss excelle : l'agression à coup de riffs lourds et obèses, l'hypnotisation à grands renforts de rythmiques lancinantes. Titres à classer dans la première catégorie : "Hurricane" qui ouvre l'album sur ses guitares revêches qui montent et redescendent sans discontinuer, avec un Hernandez jonglant entre élans bourrins et groovy avec une aisance confondante ou encore "Tangy Zizzle" qui marie la grâce de l'antilope (le chant de Garcia qui semble côtoyer les sommets) et la lourdeur pachydermique de l'éléphant (la rythmique implacable). Les morceaux de la seconde catégorie, plus vicieux, n'en perdent pas moins leur force de persuasion : "One Inch Man", un des sommets du groupe, qui marie le blues au plus agressif des groove. Une perle. Autre démonstration, "Size Queen", qui alterne avec une dextérité démoniaque instants lascifs et coups de burins.

Mais ce qui donne tout le sel à cet album, ce sont ces titres où le groupe se fait plaisir en se lançant dans des exercices inédits : la reprise de Yawning Man, "Catamaran", qui apporte un peu de brise océanique à la chaleur oppressante du désert, les deux jams instrumentales, à la fois folles et d'une précision presque mélodique, "Thee Of Boozeroony" et "Jumbo Blimp Jumbo". Et puis...et puis il y a "Phototropic" avec ses deux minutes complètements hallucinatoires où la basse dialogue de manière autiste avec la batterie avant d'exploser avec les autres instruments. Et puis ce "Rodeo", qui comme son nom l'indique, confronte les ruades des guitares avec les élans cabrés des fûts d'Hernandez. Et puis ce "Spaceship Landing", copieux titre de 11 minutes que l'on peut diviser en trois mouvements à peu près égaux, qui résume à lui seul toute la science rare et précieuse de Kyuss. Et puis il y a cette piste cachée, "Day One", sublime geste d'adieux d'un groupe sur le départ.

Dernier volet de la trilogie désertique, ...And The Circus Leaves Town conserve comme ses prédécesseurs son impressionnante artillerie sonore, mais avec un petit quelque chose en plus, comme un arrière-goût de sang et de mort. L'ultime bataille d'un animal fatalement atteint qui crache son venin, plongeant ses crocs dans la jugulaire de l'auditeur, hébété par ce qu'il vient d'entendre. Mourir, d'accord. Mais pas seul.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Kyuss


Kyuss


Critique d'album

Kyuss


Blues for the Red Sun


Critique d'album

Kyuss


Muchas Gracias


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également