↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

B.O.


Sound City : Real to Reel


(12/03/2013 - RCA Records - B.O. de film - Genre : Autres)
Produit par

1- Heaven And All / 2- Time Slowing Down / 3- You Can't Fix This / 4- The Man That Never Was / 5- Your Wife Is Calling / 6- From Can To Can't / 7- Centipede / 8- A Trick With No Sleeve / 9- Cut Me Some Slack / 10- If I Were Me / 11- Mantra
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Dave Grohl et Cie. sortent la B.O du documentaire sur le studio Sound City."
Louis N, le 08/04/2013
( mots)

Le père Dave Grohl, il ne fait pas les choses à moitié. Alors quand il sort un documentaire sur le mythique studio californien Sound City, il convoque ses potes pour en faire la B.O. C'est la dite B.O qui nous préoccupe aujourd'hui, puisqu'elle est éditée sous le titre Sound City : Real to Reel. Comme prévu, une avalanche de guests se joint au barbu : Josh Homme, Paul McCartney, la section rythmique de RATM, deux des membres du Black Rebel Motorcycle Club, Stevie Nicks de Fleetwood Mac, sans compter des musiciens moins connus du "grand public", mais impliqués dans les nombreuses réussites des courants Grunge et Stoner. Que du beau linge donc. Ce petit monde se retrouve sur un album hommage extrêmement éclectique et très inégal. Cette galette nous permet surtout d'entrevoir l'immensité du réseau de Dave Grohl. Ce dernier occupe une position de pivot dans le rock de ces 20 dernières années, qu'illustre parfaitement la diversité des artistes conviés sur ce disque.
   

"Sound City ? That's it man" : Dave Grohl met une pièce dans la Juke-box, et en avant pour la visite. Le panorama musical des courants qu'ont vu passer les studios débute par un bon riff de guitare bien gras, bien râpeux comme on aime. Les p'tits gars de BRMC envoient leur sauce blues-rock relevée par la pincée de psychédélisme qui les caractérise. Les guitares sont en majesté sur ce "Heaven and All" bulldozer : pas question de changer de cap, on fonce droit dans le tas sur ce morceau autoroute. Malgré son bon décollage final, le morceau pèche par sa longueur. On entrevoit déjà le défaut majeur de l'album : un manque de richesse dans certaines compositions qui donne l'impression d'écouter des ébauches, des jams, plus que des morceaux finis. On ne peut évidemment pas reprocher à l'album son manque d'unité, mais on était en droit, vu le casting, de s'attendre à un meilleur niveau. Pas d'affolement, ce premier titre reste de bonne facture, d'autant plus que sa production est irréprochable (ce qui, étant donnée la nature du projet, est quand même la moindre des choses). Non moins longuet, "Time Slowing Down" réunit pourtant de sacrées pointures : Brad Wilk et Tim Commerford de Rage Against The Machine / Audioslave et Chris Goss, incontournable producteur Stoner et fondateur de Masters Of Reality, se joignent à Dave Godillot (dit Grohl). Sans être fondamentalement mauvais, le titre manque cruellement d'énergie : les grattes s'étalent, la batterie est un poil poussive, la basse méconnaissable. Où est passé le son tendu et agressif de Tim Commerford ? Par dessus le marché, les chœurs du refrain sont pour le moins approximatifs et disgracieux. Seule la partie solo en fin de morceau échappe au sentiment de déception que provoque ce titre exsangue qui assure à peine le minimum syndical.

À cent lieues du rock anesthésié qui précède, "You Can't Fix This" est un petit bijou FM, une perle portée par la voix de Stevie Nicks. Mélancolique sans être guimauve, ce titre est une belle réussite qui montre, s'il fallait le prouver, que Dave Grohl est un excellent songwriter. On retrouve ici une qualité commune aux Foo Fighters et à Fleetwood Mac : l'attention constante portée aux chœurs et autres doubles voix. Sans jamais abandonner sa pudeur, la chanson dégage pourtant une grande puissance. En hôtes convenables, les instrumentistes montrent une grande retenue et offrent un espace confortable à la voix de Nicks. Si la perfection est dans les détails, "You Can't Fix This" est un exemple à suivre : guitares furtives, claviers discrets et voix éphémères participent à l'atmosphère sublime d'une mélodie qui ne se dévoile jamais complètement. "The Man That Never Was" retourne à un style plus énervé avec la collaboration Rick Springfield / Foo Fighters. Hélas un peu trop banal pour marquer durablement, le titre est pourtant serti d'un solo furibond. La section rythmique, toujours à son aise sur les riffs tarabiscotés de mister Grohl, se repaît de contre-temps presque trop présents. La production mal équilibrée de ce quatrième morceau ne met pas assez en valeur la partie soliste par rapport au brouhaha de l'ensemble voix / guitare rythmique. Dans la même veine "matraquage et dissonance", "Your Wife Is Calling" présente toutefois plus d'intérêt. Moins brouillon dans son mixage, cet effort est tracté par une basse pesante et survoltée. Mention spéciale pour l'harmonica et l'amorce d'un pont complètement allumé. Adoptant pour la énième fois la formule du 2000 à l'heure, silence, et re 2000 à l'heure, la piste devient toutefois lassante. Dans chacun de ses projets, le réalisateur de Sound City use et abuse de cet effet qui a tendance à hacher les morceaux au point de les rendre agaçants. Ce "Deus Ex Machina" de la composition ressemble de plus en plus à un cache-misère.

Arrivé à "From Can to Can't", on est finalement assez soulagé de pouvoir s'installer dans une mélodie "constante". C'est assez prévisible, mais on a au moins le temps de suivre sans hémorragie auditive la montée en puissance du morceau. Un Slipknot (Corey Taylor), un Cheap Trick (Rick Nielsen) et un Kyuss (Scott Reeder) se joignent à l’incontournable Grohl pour ce titre encore une fois très "Foo Fighteresque". L'ancien de Nirvana invite ses trois complices sur une plage au tempo relativement lent où la puissance de chacun peut s'exprimer. Difficile de faire plus mastoc à la batterie tant la frappe de Dave Grohl est sauvage. Le titre est lourd, sombre, mais conserve grâce à sa deuxième guitare acoustique, son solo plutôt classique et ses voix softs une dimension pop qui le rend accessible. Ce punk-rock sous stéroïde accouche d'une fin déjà entendue mais assez efficace. Sir McCartney et Krist Novoselic rallient l'équipe de Sound City pour un hard rock psychédélique qui ne va pas sans rappeler... "Helter Skelter", tiens donc. C'est lourd, gargantuesque, et finalement pas très intéressant. On est rassuré de voir qu'oncle Paul est toujours capable de beugler un bon coup quand l'occasion se présente, mais rien de plus. Seule la surprise d'entendre le troubadour de sa majesté dévorer le micro demeure après la première écoute. Les suivantes (peu nombreuses pour votre serviteur) suffisent à établir ce verdict : c'est surtout crade, vaguement Grunge et pas très inspiré. Après, ça défoule. Dans la famille scarabée, le percussionniste Jim Keltner, qui a collaboré avec trois des Beatles pendant leurs carrières en solo, est également présent sur "If I Were Me" avec la violoncelliste Jessy Greene pour un morceau acoustique tout en douceur. Déjà abondamment expérimenté sur le disque unplugged d'In Your Honor et le live Skin and Bones, le genre sied assez bien à l'ami Grohl. Sa voix basse se pose sans mal sur cette gentille petite ballade. Cette petite pause joue surtout le rôle de respiration dans la tracklist de l'album, d'où son intérêt mineur.
    
Difficile d'imaginer un projet de Dave Grohl sans que Josh Homme traîne dans le coin, et réciproquement. Le géant rouquin de QOTSA se pointe – oh joie – sur 3 des 5 derniers titres de l'album. Basse mise à part (l'absence du grand John-Paul Jones est d'ailleurs assez surprenante), c'est en fait le combo scénique de Them Crooked Vultures que nous retrouvons sur "Centipede" et "A Trick With No Sleeve". Chris Goss est à nouveau de la partie sur le premier des deux morceaux. Lancée par un motif circulaire de guitare acoustique dans la pure tradition Stoner Rock, la mélodie orientale de "Centipede" s'enrichit d'une seconde guitare qui occupe peu à peu le devant de la scène. Le quatuor prépare finement le déchaînement de violence qui va suivre. Le timbre grave et mélancolique de Josh Homme contient un petit grain sulfureux qui laisse deviner que nous n'en resterons pas là. L'orage avance. Homme et Goss finissent pas piétiner leurs pédales distos, tandis que Grohl mène tambour battant un shuffle martial. On a l'impression d'assister à une charge d'éléphants cokés. Entre ésotérisme, dépression et colère noire, "Centipede" trouve un centre d'équilibre flamboyant. Il manque toutefois l'étincelle de génie qui aurait fait de ce bon titre un grand morceau. Le trio Homme/Grohl/Johannes est décidément solide. Il nous rappelle, avec "A Trick With No Sleeve", combien nous aimerions voir les vautours tordus fondre de nouveau sur nos têtes mortelles (d'accord, le vautour est un charognard, mais c'était pour l'image). Entre le je-ne sais-quoi de traditionnel d'un refrain aux accents épiques et la métrique biscornue de ses couplets, le groupe fait étalage de son talent. Le grand roux californien qui préside aux guitares a du sang irlandais, et ça se sent. Une touche du folklore anglo-saxon transparaît dans l'exubérance romantique de ce refrain. Le jeu de Dave Grohl ne déshonorerait pas quant à lui un morceau de Tool. Techniquement parlant, il faut s'accrocher : la basse se promène d'un bout à l'autre du morceau, la batterie s'aventure dans des breaks longs et complexes, quant aux grattes, c'est toujours un casse-tête à la Josh Homme. Même si son thème n'est pas transcendant, "Trick With No Sleeve" a la dimension jouissive des morceaux où l'on entend chacun s'en donner à cœur joie sans prendre toute le place. Second joyau de Sound City : Real To Reel, "Mantra" est, on l'espère, un avant-goût de ce que sera le prochain Queens Of The Stone Age. Comme sur "Centipede", Homme et Grohl, cette fois accompagnés de Trent Reznor (Nine Inch Nails) nous font le coup des montagnes russes : 5 minutes de montée avant 120 secondes pied au plancher. C'est un désastre grandiose : pourtant solidement amarré par une section rythmique minimaliste, le morceau sombre lentement dans la folie. Le navire prend l'eau, les rivets sautent l'un après l'autre sous la pression de plus en forte du clavier et des voix. Le ruisseau devient torrent, les chœurs sont de plus en plus rauques et éraillés. La nef cède enfin et se disloque, s'éparpille entre une basse maniaque, une guitare déboussolée et des voix naufragées. Cette plongée abyssale dans la folie furieuse clot parfaitement l'album.

On trouve dans l'ensemble le temps assez long en écoutant ce Sound City. Autant écouter les morceaux mythiques enregistrés dans ce studio plutôt que cette B.O poussive et disparate. Quelques très bons moments peuvent cependant retenir votre main au moment de jeter le disque aux oubliettes. "Mantra" et "You Can't Fix This" nous invitent à prendre cet album pour ce qu'il est : un curieux patchwork bourré de bonnes intentions mais pas toujours inspiré. La qualité notablement supérieure des morceaux où Josh Homme est dans le circuit souligne cruellement la différence entre les vieilles gloires (McCartney), les gringalets (BRMC) et les mastodontes actuels du petit monde rock, parmi lesquels figurent sans conteste le poil de carotte de Kyuss et le leader des Foo Fighters.

Si vous aimez Sound City : Real to Reel, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

B.O.


(500) Days Of Summer


Critique d'album

B.O.


Garden State


Critique d'album

B.O.


Montage of Heck


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également