↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

B.O.


Garden State


(10/08/2004 - Epic - B.O. de film - Genre : Autres)
Produit par

1- Don't Panic - Coldplay / 2- Caring Is Creepy - The Shins / 3- In the Waiting Line - Zero 7 / 4- New Slang - The Shins / 5- I Just Don't Think I'll Ever Get Over You - Colin Hay / 6- Blue Eyes - Cary Brothers / 7- Fair - Remy Zero / 8- One of These Things First - Nick Drake / 9- Lebanese Blonde - Thievery Corporation / 10- The Only Living Boy in New York - Simon & Garfunkel / 11- Such Great Heights - Iron & Wine / 12- Let Go - Frou Frou / 13- Winding Road - Bonnie Somerville
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"A film culte, B.O. culte !"
Nicolas, le 11/06/2009
( mots)

On connait assez largement Zach Braff le comédien par le biais de la série Scrubs, dans laquelle il interprète un jeune interne paumé au sein d'un hôpital loufoque - merci M6. On connait déjà beaucoup moins Zach Braff le scénariste-réalisateur, dont le film Garden State (2004) a sacrément impressionné la profession du cinéma indépendant grâce à sa finesse scénaristique et à ses géniales idées de mise en scène. Mais il ne faudrait pas oublier Zach Braff le mélomane, ou l'homme qui a été capable de rassembler l'une des plus saisissantes BO de film de ces vingt dernières années tout autant que l'une des plus belles compilations de pop indépendante.

Un seul mot d'ordre dans ce disque : zen. Rien qu'un coup d'œil à la liste des groupes ayant participé au disque donne déjà le tournis. On y croise quelques célébrités : Coldplay, dont le somptueux "Don't Panic" se retrouve dans une version un peu relookée et certes un peu moins accrocheuse que dans Parachutes, ou encore Simon & Garfunkel et l'une de leurs dernières livraisons acoustique ("The only living boy in New York"). On y fait une petite balade en plein territoire chillout avec le génial "Lebanese Blonde" hindouisant de Thievery Corporation et le calme "In The Waiting Line" de Zero 7. Et surtout on y découvre de petites merveilles indies pop, au premier rang desquelles deux titres magnifiques des Shins. Est-il besoin de rappeler que c'est le succès de la BO de Garden State qui a révélé au monde le songwriting surf-pop si particulier de James Mercer ? Avec "Carring Is Creepy" et "New Slang", Braff tape dans de la pop très haut de gamme et nous offre les deux perles les plus étincelantes de l'album Oh, Inverted World. Il ne faudrait pas oublier le talent folk de Samuel Beam alias Iron & Wine, dont le "Such Great Heights" (reprise du Postal Service de Ben Gibbard) vient de trouver sa place sur le récent recueil de B-Sides Around The Well. Mais plus encore : que ce soit avec le regretté Nick Drake ou avec les peu connus Colin Hay, Remy Zero ou Cary Brothers, aucune vague ne vient perturber cet incroyable recueil indie aussi moelleux que désenchanté. Et quand le tubissime "Let Go" résonne dans les enceintes, transporté par la voix chaude de Imogen Heap baignée dans de placides frusques électro, il n'y a plus qu'à fermer les yeux et à ressentir l'émotion d'Andrew et de Sam, les deux héros écorchés du film, lorsqu'ils comprennent qu'ils vont enfin pouvoir passer leur vie ensemble. Là dessus, le "Winding Road" de Bonnie Sommerville n'a plus qu'une seule vocation :  pousser l'auditeur à appuyer sur la touche "Repeat" de sa télécommande.

Pour achever de vous convaincre, sachez quand même que cette BO culte a remporté le Grammy Award 2005 de la meilleure musique de film. Mais au delà des récompenses, ceux qui ont vu le long métrage savent pertinament que cette compil' est l'un des éléments clé de sa réussite. Et à l'écoute de ce disque proprement magnétique, il n'y a aucun mal à comprendre pourquoi les amateurs éclairés de pop classieuse attendent avec la plus grande impatience la deuxième réalisation cinéma de Zach Braff.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

B.O.


(500) Days Of Summer


Critique d'album

B.O.


Montage of Heck


Critique d'album

B.O.


Sound City : Real to Reel


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également