↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

7 Weeks


B(l)ack Days


(08/09/2007 - F2M Planet - Stoner rock/Metal - Genre : Rock)
Produit par

1- B(l)ack Days / 2- Hooked / 3- The Pretender / 4- Shadows / 5- The Score / 6- Waiting For Resurrection / 7- Down / 8- In The Name Of God
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"7 Weeks entérine sa redoutable montée en puissance. Jouissif"
Maxime, le 03/10/2007
( mots)

Le dossier sur le stoner rock français que nous avons récemment publié n’avait évidemment pas vocation à l’exhaustivité. Aussi, on aurait très bien pu inclure 7 Weeks dans notre panorama des 15 formations hexagonales passées au crible. Nul doute qu’il s’y serait senti à l’aise, bien au chaud, car le quatuor limogeois fait montre d’une puissance de conviction qui ne doit rien à celle de ses petits camarades. Leur démo parue l’année dernière se faisait déjà l’écho d’un potentiel incontestable. Fort logiquement, ce premier EP vient asseoir définitivement les qualités que dessinait leur premier disque. Désormais, le doute n’est plus permis. Il faudra compter avec eux.

Bénéficiant d’une production plus conséquente, B(l)ack Days affine les contours d’un son burné, efficace, tout en restant toujours rigoureusement mélodique. L’armature stoner-métal de leur démo demeure, mais leur binaire redoutable se prend plus d’une fois à lorgner vers la power-pop la plus énergique ( Foo Fighters n’est jamais loin). Le morceau éponyme ouvrant le 8 titres reste assez explicite sur le sujet : les guitares ronronnent dangereusement avant de sauter à la gorge de l’auditeur, la voix Julien Bernard est rauque et virile à souhait, sans se montrer pour autant ignoblement gueularde, dans la plus grande tradition du power-rock US. La recherche d’un heavy rock à l’efficience immédiate culmine en plage 2, avec ce "Hooked" farouchement porté par un riff obsédant, bien que copieusement pompé sur celui de "Millionaire" des Queens of the Stone Age. "The Pretender" poursuit la route vers ce même horizon, sûr que les gaillards devraient bien s’entendre avec leurs compatriotes de Loading Data . "Shadows" s’impose comme un titre que Dave Grohl aurait oublié d’écrire pour garnir One By One tant il se montre imparable de bout en bout.

La seconde partie de l’EP se concentre quant à elle sur les compos de la première démo, ces dernières bénéficiant d’un relifting bienvenu, "The Score" n’en est que plus urgent, "In The Name Of God" plus incisif, et "Down" (qu’on n'a pas fini de se repasser en boucle) plus tétanisant. Solide garant d’un rock puissant, classique dans sa facture mais infaillible dans sa ciselure, 7 Weeks illustre ici une impitoyable montée en régime que rien ne semble pouvoir stopper. Ceux qui ne cessent de geindre en se plaignant qu’on manque de ce type de production en France feraient bien de se désencrasser les esgourdes, ou on ne peut plus rien pour eux.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

7 Weeks


Carnivora


Critique d'album

7 Weeks


All Channels Off


Critique d'album

7 Weeks


Démo


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également