↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

La série d'été Albumrock : #30 Faith No More


Maxime L, le 06/08/2022

Pour occuper votre été, Albumrock vous offre cette année une série au principe assez simple : un rédacteur vous propose de découvrir ou de réviser un groupe plus ou moins culte en dix titres. Vous aurez droit à une sélection représentative qui vise à mettre en avant des morceaux pour leur place dans le répertoire du groupe, sans toutefois renoncer à la subjectivité avec des choix parfois plus inattendus. Aujourd’hui, les patrons de la fusion Californienne, Faith No More.

 

10- “Ashes to Ashes”, Album Of The Year - 1997. Pas forcément la chanson la plus attendue, mais une des franches réussites d’Album of The Year, disque qui a le tort de n’être qu’un excellent album par rapport aux deux (trois ?) chefs d’oeuvre précédents. Une chanson dont beaucoup se souviennent de la version live, en direct du festival de Cannes, sur le plateau de Nulle Part Ailleurs, avec des musiciens en costard impeccables et à la classe certaine. Un look surprenant pour qui connait les débuts du groupe sur ce plan-là.

 

9- “Superhero”, Sol Invictus - 2015 : La reformation et la sortie d’un nouvel album en 2015 tiennent presque du miracle tant les dissensions ont été fortes chez Faith No More (notamment entre Patton et Bordin). Et si Sol Invictus n’est pas au niveau de ses glorieux aînés, quelques morceaux se dégagent, comme ce “Superhero”, compact, mélodique et aux délicates touches orientales. Le retour des patrons, ni plus ni moins.

 

8- “Epic”, The Real Thing - 1989. 1989. La carrière du groupe décolle enfin, grâce à l’arrivée du doux dingue Mike Patton, en provenance de Mr Bungle. Le chanteur débarque en plein enregistrement de “The Real Thing”, et a 3 semaines pour pondre tous les textes. S’en suivra un album qui va donner à la fusion ses lettres de noblesse. Si Epic n’est sans doute pas le meilleur morceau de The Real Thing, il est à mon sens le plus important (merci Mtv) et très représentatif du brassage artistique du groupe : chant rappé, gros riffs de guitare, le tout, comme toujours, monté autour d’une énorme section rythmique. Vous retrouverez sur la playlist la version live de 1991, pour la petite “reprise” insérée au milieu du morceau.

 

7- “Star AD”, King For A Day, Fool For A Livetime - 1995. Star AD, ou comment caser 25 styles et 369 idées dans un morceau. Des cuivres jazz-funk, une basse qui tricote, des choeurs doo-wop, le tout chapeauté par un énergumène qui alterne hurlements sauvages et chant de crooner. Une carte de visite de moins de 4 minutes, parfaitement représentative de la folie géniale du combo Californien.

 

6- “Midlife Crisis”, Angel Dust - 1992. Le seul numéro un du groupe aux Etats-Unis mais quel tube là encore. Pas complètement métal, pas foncièrement rock, Midlife Crisis est à l’image du groupe : insaisissable. Qui peut croire que la chanson date de 1992 tant elle semble moderne. Un morceau qui à l’état de démo portait le nom de “Madonna” et dont l’intro de batterie contient un sample de “Cecilia” de Simon and Garfunkel. Insaisissables je vous dis.

 

5- “Rv”, Angel Dust - 1992. Véritable Ovni au sein d’un album déjà difficilement étiquetable, RV transpire la classe et le talent d’un homme : Mike Patton, capable d’alterner chant de vieux bellâtre en gala à Las Vegas et vocalises agressives lors d’un pont aussi racé que punchy. Du talent, du charisme et de la prestance.

 

4- “The Gentle Art of Making Ennemies”, King For A Day, Fool For A Livetime - 1995. Un titre monstrueux qui met à l’amende tous les groupes de gros son de l’époque : de la violence pure (via la voix de maboule de Patton), une basse-batterie galopante, des arabesques de guitares à la lisière du métal, le tout en trouvant le moyen de rester catchy sans la moindre compromission apparente. Intouchable.

 

3- “Digging the Grave”, King For A Day, Fool For A Livetime - 1995. Si beaucoup de fans lui préfèrent Angel Dust, j’ai un énorme faible pour tout King For A Day. Un disque absolument sensationnel, à la croisée des styles et des ambiances. Au milieu de ce chef d’oeuvre, ce “Digging The Grave” très radio-friendly (pour du FNM) et qui réunit toutes les conditions pour en faire un classique : power-chords acérés, refrain fédérateur et une section rythmique comme on n’en fait pas beaucoup à l’époque. Une chanson rouleau-compresseur, qui place Faith No More au firmament du gros son du milieu des années 90.

 

2- “Evidence”, King For A Day, Fool For A Livetime - 1995. Une de mes chansons préférées au monde, pour la coolitude et le soleil brûlant qui s’en dégage. Entre la voix de crooner de velours de Patton, la ligne de guitare wah-wah qui dégouline de classe (et ce solo, quel délice !) et la basse ronde de Billy Gould, difficile de résister à un tel bijou de sensualité. J’aurais pu mettre la version chantée en espagnol, dont j’avoue ne pas trop savoir quoi en penser..

 

1- “The Real Thing”, The Real Thing - 1989. : Il faut passer outre le timbre encore nasillard de Patton pour vraiment apprécier ce troisième album. Un album dont le morceau titre m’a beaucoup accompagné et qui ne pouvait pas ne pas être dans ce top 10. Introduit par un fill de batterie devenu iconique, The Real Thing se développe sur plus de 8 minutes, le rendant presque “prog” de par sa structure et montre les différentes facettes du groupe, qui sait pondre des refrains efficaces, mélodiques, sans pour autant freiner la puissance sur certains passages. Épique.

 

 

Vous pouvez également écouter la playlist sur votre application préférée (Deezer, You Tube Music, Qobuz et autres) via ce lien : https://www.tunemymusic.com/?share=xgk7s1yzcilc

En savoir plus sur Faith No More,

Commentaires
Vivi, le 11/08/2022 à 11:00
Tant de chansons incroyables... J'aurais ajouté "Take this Bottle", "Rise of the Fall" ou encore "Just a Man".
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également