↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Dave Grohl : une odyssée du rock


Maxime, le 08/04/2013

28 ans au service du rock : les dernières années

2010


La hache de guerre est enfin enterrée entre Nirvana et Guns'N Roses par le biais de cette association entre leurs anciens soudard et bretteur.

2011


Bien que possédant son propre studio (le 606), le frontman des Foo Fighters préfère enregistrer le dernier opus de son combo (Wasting Light) à l'ancienne, dans son garage. Visite des lieux où rien ne nous sera épargné. Pas même un détour par le frigo.



Fruit de ce retour vanté au son grunge, le single "Walk".


Foo Fighters - Walk par FooFighters-Official

Qui a dit que cool Dave ne pouvait pas aussi piquer sa petite crise ? Illustration lors de l'Itunes festival 2011 où il reconduit vers la sortie un fan violent à la mode Josh Homme.

2012


Les deux tiers de Nirvana s'associent à un Beatle survivant. L'issue de cette association ? Une espèce de "Helter Skelter" grungy. What did you expect ?

2013


Toujours issue des séances de jam du documentaire Sound City - Real To Reel, voici la naissance de l'hydre Nine Inch Fighters Of The Stone Age. Ou Queens Of The Foo Nails.



La Grohl fait des pitreries au Brits Awards, l'occasion de rappeler le détachement et l'humour qui restent intacts chez lui, même après 28 ans de succès


Dave Grohl at the Brit Awards 2013 (funny) par dm_511f5e89b0eac
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également