↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Dave Grohl : une odyssée du rock


Maxime, le 08/04/2013

28 ans au service du rock : les années 80

Punk hardcore, grunge, power-pop, stoner, indus, heavy metal, rock potache ou électro, mainstream comme indie, Dave Grohl aura quasiment balayé tout le spectre du rock des 20 dernières années. Retour en sons et images sur presque trois décennies d'activisme forcené.

1985


1985, le jeune Dave Grohl a 16 ans et joue de la batterie au sein de son premier groupe semi-pro avec ses potes de lycée David Smith, Bryant Mason, Brian Samuels et Chris Page. Mission Impossible exalte le hardcore de DC, le vrai, pour ressembler aux idoles Bad Brains et Scream qui infestent la capitale de leur musique violente et hystérique. En clair, ça donne ça :



Et puis le groupe se délite, et les deux Dave (Grohl et Smith) s'adjoignent les services du jeune auteur-guitariste Reuben Radding. Ainsi naît Dain Bramage qui s'adonne à une sorte de croisement hardcore - Zeppelin, et voici l'une des premières prestations du groupe filmée au camescope par maman Grohl. Observez l'énergie que le jeune Dave dégage à la batterie. Prometteur...

1986


Le premier album de Dain Bramage, I Scream Not Coming Down, voit le jour fin 1986 après de nombreux mois de report. La joie de Smith et Radding est de courte durée : quelques jours plus tard, Grohl leur annonce qu'il a d'ores et déjà quitté le groupe depuis trois mois et qu'il a intégré l'effectif de Scream. Dain Bramage est mort quasiment avant d'existé. Pour Dave Grohl, c'est le début d'une nouvelle ère.

1987


L'intégration de Dave Grohl au sein de Scream passe comme une lettre à la poste. Voyez plutôt ce set live du combo harcore de Washington avec un Peter Stahl remonté comme une pendule. Vous avez noté la couleur de cheveux du batteur ? Pourtant, eh oui, c'est bien Dave Grohl, le blondinet derrière les caisses !

1988


Dave a désormais 20 ans, et personne, personne n’oserait remettre en cause sa place au sein de Scream, un groupe qui, grâce à la force de frappe furieuse du jeune virginien, s'est offert un stupéfiant second souffle. Ci-dessous, Grohl dans ses œuvres, petit medley visuel sur l'un de ses solos de batterie les plus caractéristiques :

1989


Scream, encore. Alors que No More Censorship, le quatrième album du gang de Washington, relance la carrière déclinante des frères Stahl grâce aux dons de puncheur de Dave Grohl, le jeune chevelu pense à son futur. Voici un morceau de Scream composé et interprété vocalement par le futur frontman des Foo Fighters, il s'appelle "God Looks Down". Ça c'est sûr, Dieu l'a bien repéré, ce petit gars !



Scream, toujours. Grohl continue de vivre un rêve éveillé en jouant dans l'un des groupes qu'il vénérait étant gosse, mais le vent commence lentement à tourner. Le bassiste black Skeeter Thompson devient de plus en plus instable et disparaît purement et simplement lors de la tournée européenne du groupe, laissant ses collègues dans le désarroi. Livré à lui-même, Dave Grohl arpente les festivals européens et rencontre pas mal de monde, notamment des groupes de Seattle comme Mudhoney et The Melvins. C'est Buzz Osbourne qui, déjà, informe Dave que Kurt Cobain n'est pas satisfait de Chad Channing au poste de cogneur chez Nirvana. L'affaire en reste là pour le moment, mais les germes de l'explosion de Scream viennent d'être semées.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également