↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Patto


Hold Your Fire


(00/12/1971 - Vertigo - Hard rock, jazz rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Hold Your Fire / 2- You, You Point Your Finger / 3- How's Your Father / 4- See You At the Dance Tonight / 5- Give It All Away / 6- Air Raid Shelter / 7- Tell Me Where You've Been / 8- Magic Door
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Dans la lignée de son prédécesseur quoique plus accrocheur, Hold Your Fire poursuit les métissages musicaux de Patto"
François, le 14/02/2021
( mots)

Cinquante ans plus tard, difficile d’imaginer que Patto faisait partie des formations les plus en vue de Londres au début de 1970’s, vanté par Robert Fripp et Alvin Lee qui connaissait bien le groupe puisqu’il était invité à faire les premières parties de Ten Years After. Une recette originale, empreinte des qualités (un éclectisme revendiqué qui mêle blues-rock et jazz) et des défauts (passages improvisés et un peu expérimentaux parfois hasardeux) de l’époque, un leader charismatique (Mike Patto) et des musiciens solides (dont le guitariste Olly Halsall) firent du groupe une éphémère référence, relativement oubliée dans la postérité. 


Sa pochette originale et colorée (signée Roger Dean, véridique, même si son style est méconnaissable) tranche davantage avec son prédécesseur que sa musique : en effet, Hold Your Fire, bien que considéré comme supérieur à Patto, demeure dans la même direction stylistique. On retrouve donc les éléments blues-rock, l’influence américaine certaine (de la scène californienne aux éléments plus boogie ou blues), et, même si les éléments issus du jazz sont moins nombreux, les passages improvisés ou plus audacieux sont nombreux (la fin de "Hold Your Fire" ou "Air Raid Shelter", non sans égarements, il faut bien le dire). Tout de même, la batterie tamisée, le piano-bar et la forte présence du vibraphone de "Magic Door" rappellent cette inclinaison jazzy presqu’expérimentale (le bonus "Beat the Drum" de l’édition Esoteric éclaire cette caractéristique). 


Un souci d’accessibilité est également à noter, avec des titres assez accrocheurs. Il en va ainsi de "Hold Your Fire", au rythme chaloupé et proche du blues-rock, où, dès l’introduction, Olly Halsall démontre ses qualités, notamment grâce à un arpège très bien pensé. Capacités encore plus époustouflantes au sein du moins mémorable "How’s Your Father" si ce n’est justement pour ces parties de six-cordes ("Give It All Away", efficace quoique banal, trouve aussi son intérêt dans les élucubrations guitaristiques d’Halsall, tout comme "Tell Me Where You’ve Been"). 


Autre titre magistral mais dans un registre tout autre, les très cotonneux et émouvant "You You Point Your Finger" avec ses belles descentes entre la basse et la guitare, son jeu souple sur le rythme. Enfin, soulignons l’énergique et agréable "See You at the Dance Tonight", un rock’n’roll boogie aventureux qui se réapproprie, sauce anglaise, des codes américains. Ce sont finalement les morceaux avec une structure plus conventionnelle qui sont nettement plus réussis puisque les déviations jazzy, comme noté plus haut, sont parfois bancales et pourront décontenancer. Toute une époque. 


Hold Your Fire n’est donc pas dénué d’intérêt, possède des moments forts et envidage une recette originale faite des métissages esthétiques propres aux 1970’s. Il demeure même incontournable pour qui veut connaître la réalité de la scène rock anglaise de l’époque puisque ce fut le produit d’une formation populaire. On ne pourra que vous conseiller de vous autoriser ce voyage dans le temps. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Patto


Patto


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également