↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Le Orme


Collage


(00/09/1971 - Phillips - Rock progressif italien - Genre : Rock)
Produit par

1- Collage / 2- Era Inverno / 3- Cemento Armato / 4- Sguardo Verso Il Cielo / 5- Evasione Totale / 6- Immagini / 7- Morte Di Un Fiore
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Aux origines du rock progressif italien ..."
François, le 03/04/2021
( mots)

Si Le Orme fait la couverture du magazine PROG dans sa version italienne pour fêter les cinquante ans de Collage, ce n’est pas pour rien – de même que, si le prestigieux magazine PROG possède une version (et non une traduction) italienne, cela est riche de sens. En effet, la scène progressive italienne fut l’une des plus riches de la décennie, et Le Orme fait partie de la sainte trinité transalpine aux côtés de Premiata Forneria Marconi et Banco del Mutuo Soccorso. Avec, discographiquement parlant, un peu d’avance sur les deux autres, voire même, un côté fondateur : si Collage n’est pas à proprement parlé le premier album de rock progressif italien (et encore, on peut en débattre), il est celui qui pose les bases esthétiques de la scène nationale et s’impose comme le premier grand album du genre. 


Le Vénitiens existent depuis 1966 et possèdent déjà un album à leur actif, Ad Gloriam (1968) – sans compter la compilation L’Aurora - qui suinte l’influence britannique pop-rock et psychédélique : rien de bien exceptionnel à l’écoute du rock italien du moment, largement sous perfusion anglaise. Avec Collage, trois ans plus tard, Le Orme devenu trio (Tony Pagliuca aux claviers, Aldo Tagliapietra à la guitare et au chant, Michi Dei Rossi à la batterie) s’engage dans le courant qui commence à dominer en partie l’Europe et la Botte en particulier, le rock progressif. Pagliuca ayant fait un tour du côté de la perfide Albion avait eu le nez fin en s’inspirant des recettes ambitieuses, riches en claviers et emprunts classiques, qui faisaient là-bas florès. Pensez Emerson, Lake & Palmer. 


Par contre, hors de question de céder sur la langue (contrairement à The Trip, à la même époque) : le chant sera en italien, un des critères qui fait l’identité spécifique du genre singularisé plus tard sous le sigle RPI (rock progressif italien). Interprétées par une voix qui semble fragile, éplorée, mais qui peut surprendre lors des moments les plus intenses (le timbre de Tagliapietra est très particulier, il permet de reconnaître le groupe rapidement), les paroles se trouvent mises en relief. 


De son introduction grandiloquente aux orgues jusqu'au réveil des mannes de Scarlatti (qui était passé par Venise), "Collage" témoigne de l’ambition classicisante de Le Orme, à cheval entre les inspirations savantes et le rock, notamment à travers l’utilisation intensive des claviers nouveaux. 


"Era Inverno" nous fait découvrir le chant particulier Tagliapietra (d‘autant plus que les effets renforcent ses spécificités dans une pop-prog’ aux arpèges fins). En clôture d’album, le saccadé "Morte Di Un Fiore" se fonde aussi sur des mélodies accrocheuses associées à de bonnes idées à l’orgue. Parfois les réminiscences bluesy psychédéliques sont encore présentes : "Cemento Armato" à la basse relevée et aux claviers purpliens (époque Mark I, écoutez le jeu de question/réponse basse/claviers) : ce style est encore en plein essor en Italie (The Trip, Garybaldi …) et constitue un pont vers le rock progressif symphonique. A ce titre, Collage est à la fois un album de transition pour Le Orme mais également pour toute la scène italienne. 


Plus loin. "Evasione Totale" démarre sur une ambiance space-rock avant de se lancer dans une pièce jazzy (la partie rythmique aidant) où les claviers s’expriment avec parcimonie, jusqu’à ce que cela nous face retomber dans un moment totalement bruitiste et étrange, pas loin de l’Ecole de Canterbury. La modeste pièce associant sobrement chant et claviers, "Immagini", est également expérimentale : la deuxième face est utilisée, comme souvent l’époque, pour des pièces plus audacieuses et risquées. Le Orme tâtonne sans se disperser dans les différents plis du progressif. 


Il en sort un album accompli, qui préfigure à la fois une carrière très riche et l’émergence d’une scène dont on peine à saisir tous les aspects tant elle fut profuse … et le demeure, la tradition progressive italienne se perpétuant, dans l’ombre, mais vigoureusement. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également