↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Rock en Seine 2007


Tim, le 08/09/2007

Vendredi 24 Août


Un festival parisien cela commence tôt. 15h un vendredi et pas encore énormément de monde, la pluie passée a rendu le terrain boueux. Sur scène, ce sont les parisiens de Rock & Roll qui ont pour mission d'ouvrir le bal. Allure rock carricaturale, le groupe qui semble plus apprécié de l'autre coté de l'atlantique ne convainc pas. Première bière et errances, je pars en reconnaissance du site. A l'autre bout, sur la grande scène, Dizee Rascal est le deuxième à se lancer. De loin son rap me rebute rapidement, je continue ma visite...


La première scène lance alors les début de la sélection Avant Seine avec Rodéo Massacre. Ambiance marine par les tenues, chevelure blonde pour madame le commandant de bord, normal me direz vous pour une chanteuse suédoise. La pop du groupe parfois teintée de références sixties tient la route. Le festival est enfin lancé.


Ensuite tout s'enchaîne, il faut faire des choix. C'est d'abord Dinosaur Jr sur la scène de la cascade. Le groupe semble bien agé en comparaison des jeunes pousses qui ont débuté la journée sur la même scène. J'avoue que ce groupe ne fais pas partie de mes références mais le public, lui, est bien venu pour les voir. Jay Mascis a de longs cheveux blancs le plus souvent dans ses yeux. Sur scène de gros amplis, il faut dire que ca envoie, le groupe joue fort, très fort. Lorsque Dinosaur Jr reprends ses anciens titres, le set prends toute son ampleur, le public est conquis. Je décide ensuite d'aller découvrir Hey Hey My My sur scène plutôt que Mogwaï que je connais déjà. Choix difficile mais récompensé. Ce groupe dont on vous a déjà parlé n'est certainement pas mécontent de se retrouver là face à ce public. La folk de l'album prends une dimentions rock sur scène et les morceaux sont joués avec beaucoup de subtilités et de plaisir. Très bonne impression pour ce groupe qui va je l'espère très vite faire partie intégrante de notre paysage musical national. Je décide de rester sur les petites scènes et de bouder The Shins et The Hives. Malheureusement pour moi les deuxièmes ont semble-t-il dispensé un set explosif pendant lequel le chanteur Pelle Almqvist n'a cessé de dynamiter la foule. Cela m'a quand même permi de découvrir plus en profondeur Biffy Clyro dont le single passe en boucle sur MTV 2. Torse nu, tatouages, cheveux dans la bouche et guitare acerbe, le chanteur au regard si profond enchaîne les morceaux avec une énergie sans concession. C'est très agréable de voir ce groupe sur une petite scène, ma première claque du festival.


Emilie Simon a la chance de jouer sur la scène de la cascade et donc de de pas avoir de concurence. Du coup la foule se place massivement pour pouvoir observer ce phénomène. Vêtue d'une robe blanche féerique et d'une fleur dans les cheveux Emilie Simon comme à son habitude nous propose un set tout en douceur qui contraste avec Biffy Clyro ou Dinosaur Jr. L'epérience sonore est toujours aussi surprenante et agréable, sons crées avec une bassine d'eau, percussions réalisées à l'intérieur même du piano, que d'imagination. Avec son appareil bien vissé sur son bras elle peut envoyer les effets qu'elle souhaite sur sa voix restant ainsi maître de la prestation. Un concert de grande classe pour cette magicienne. La suite sera pour moi la plus grosse découverte du week-end. Noisettes ! Ce groupe à priori anecdotique dans la programmation à pour particularité d'avoir à sa tête une chanteuse bassite black déjantée et sexy. Coiffée de plumes elle ne s'interdit aucune acrobatie, montant sur la grosse caisse, descendant au devant de la foule portée par les agents de sécurité... Leur musique pleine de promesses sur album prend, vous vous en doutez, toute son ampleur sur scène et la voix de la chanteuse teintée d'accents soul est plus que convaincante. Mentions spéciale découverte pour les Noisettes. Viens ensuite la grande messe, celle pour laquelle les gens ont déjà délaissé depuis longtemps les autres scène afin d'obtenir une place de choix, Arcade Fire. Le groupe a très rapidemment conquis le public international avec son premier album Funeral et son successeur Neon Bible est depuis cette année dans les bacs. Disons-le clairement, ce dernier opus n'est pas à la hauteur du premier mais ne s'en serait-on pas douté tant la qualité de Funeral était exceptionelle ? Sur scène, cela se traduit parfois par une différence d'énergie et surtout un certain ennui quand ils enchainent de nombreuses chansons de Neon Bible avant la fin du concert. S'il y a un peu de déception dans mes mots, c'est qu'Arcade Fire dispose de pépites tellement généreuses qu'il est frustrant de regarder sa montre pendant leur concert. Preuve en est, le final totalement bluffant est composé de chansons comme "Wake Up" ou "Neighborhood #1 (Tunnels)" issues de Funeral.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également