↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Billet Albumrock

Harry Cover, épisode 36 : She Said She Said, des Beatles aux Black Keys


Maxime L, le 25/03/2020

Déjà le 36ème épisode d’Harry Cover, le podcast des meilleurs reprises.

Au programme du jour, les Fabulous Four, revus et corrigés par 2 pouilleux du Midwest, adeptes de blues-rock fiévreux et habité.

La suite en écoutant l’épisode ou dans les liens ci-après.

Comme d'habitude, dites moi ce que vous en pensez, partagez l’épisode, commentez l’émission et surtout abreuvez vous de musique et de petits plaisirs simples sans modération.

 

Pour échanger avec moi :

Sur twitter : HCoverpodcast

Sur Instagram : @harrycover_lepodcast

Discord des streetcasteurs

La playlist Spotify de l’émission.

Si vous avez un compte Anchor, vous pouvez me laisser un message vocal.

 

Dans l’épisode :

« She said she said » par les Beatles.

« She said she said » par les Black Keys.

 

Également diffusés en extraits :

« Good day Sunshine » par les Beatles.

« Tomorrow never knows » par les Beatles.

« Lucy in th Sky with Diamonds » par les Beatles.

« Tighten Up » par les Black Keys.

« Thickfreakness » par les Black Keys.

« Crazy » par Gnarls Barkley.

" Girl is on my mind " par les Black Keys.

« Your Touch » par les Black Keys.

 

Pour aller plus loin :

L’album « Revolver » des Beatles.

L’album « The Big come up » des Black Keys.

 

Écouter l’album sur :

Anchor

Spotify

Apple Podcasts

Flux rss de l’émission

En savoir plus sur The Black Keys, The Beatles

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également