↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Smalltape


The Hungry Heart


(16/07/2021 - Autoproduction - New prog - Genre : Rock)
Produit par Smalltape

1- The Hungry Heart / 2- The Golden Siren / 3- Hunger / 4- Our Desert / 5- One Day / 6- Burning House / 7- Colors / 8- Asylum / 9- Where We Belong / 10- Dissolution
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Une musique colorée et raffinée pour le plus grand plaisir des oreilles"
Franck, le 27/12/2021
( mots)

Réaliser une chronique musicale est loin d’être un exercice aisé, mais il est clair que ce travail apporte son lot de réjouissances à celui qui l’entreprend : celle de pouvoir écrire autour d’une passion, en l’occurrence le rock, et de tenter de retranscrire au mieux ce qu’une œuvre nous évoque. Il s’agira aussi de s’aventurer vers de nouveaux territoires riches en découvertes, de confronter ses opinions, et de faire découvrir en retour... Mais la plus grande satisfaction reste de loin celle de pouvoir vanter les mérites d'une pépite méconnue (voire complètement inconnue). La scène musicale actuelle permet ce genre de trouvailles grâce à un incroyable vivier d’artistes - passant souvent par la case autoproduction - n’ayant rien à envier aux têtes d’affiches des plus grands labels (hormis la notoriété bien sûr).


Preuve en est, cet album de Smalltape paru en 2021. Il faut bien avouer qu’hormis quelques articles éparpillés sur le net, l’album est passé relativement inaperçu, et ceci malgré ses indéniables qualités. Ce groupe allemand est en réalité le projet d’un seul homme : Philipp Nespital, un ingénieur du son basé à Berlin qui entreprend depuis quelques années de produire et composer sa propre musique (The Hungry Heart étant son troisième album). Ce "monsieur tout le monde" n’en reste pas moins un artiste multi-instrumentiste des plus talentueux, en mesure de s’accommoder à lui seul du chant et de la guitare, mais aussi du piano, synthés, percussions et autres sections électroniques. Un profil complet qui connait parfaitement les ficelles du métier et qui sait s’entourer : ce n’est pas moins de treize musiciens différents qui interviennent tout au long de cet album, prodiguant à l’ensemble une profondeur d’écoute assez rare pour une production de ce type. Nous profiterons ainsi des différentes associations de voix (pour des chœurs saisissants de beauté) et d’une belle variété instrumentale : instruments à cordes (violons, violoncelle et alto), à vents (trompette, trombone, saxophone et cor d’harmonie) et percussions en tout genre (vibraphone). Cette abondance instrumentale n’est en aucun cas une raison pour tomber dans la surenchère, ni pour chercher à impressionner la galerie. Au contraire, Smalltape c’est avant tout une musique délicate et raffinée qui prend son temps à l’image de l’atmosphère planante du premier titre "The Hungry Heart". 


Résolument progressive, la musique des Allemands sait également se montrer plus directe, grâce à des passages qui susciteront le coup de cœur instantané. On pensera forcément au morceau "The Golden Siren" dont le refrain entêtant se glissera en un rien de temps dans un coin de votre esprit pour ne plus vous lâcher. 


Philipp Nespital ne se rattache à aucun genre en particulier et s’amuse à jouer sur les contrastes et les variations d’intensité en explorant différents registres comme l’électro, le metal et même le rap ! Chaque morceau nous projette alors dans un univers différent, rendant l’ensemble de l’écoute particulièrement variée et imprévisible. On profitera ainsi de la balade sensible et épurée "Our Desert", joli moment d’émotion aussi délicat que minimaliste ; de la rythmique tribale purement toolienne de "Burning House", ou encore de l’excellent "Colors", jouant habilement sur son association rap incisif et pop lumineuse.


Une influence reste néanmoins plus notable que les autres : celle de Steven Wilson. Sur un morceau comme "One Day" on jurerait en effet entendre du Porcupine Tree. L’influence du roi du prog moderne se fait d’ailleurs ressentir tout au long de l’album, que ce soit dans la construction des morceaux, la musicalité ou certains passages très typés Blackfield


Aucun doute, Smalltape connait ses classiques, et se montre particulièrement ambitieux ; un peu trop peut-être… Conclure l’album (déjà très complet) par un morceau de plus de 21 minutes n’était peut-être la meilleure des approches. Bien qu’admirablement construit et disposant de superbes passages instrumentaux, "Dissolution" aurait sans doute mérité d’être un peu plus condensé.


The Hungry Heart n’en reste pas moins un excellent album et une véritable révélation pour tout amoureux de musique. Une très belle découverte, qui met en lumière le potentiel vertigineux d’un artiste qui doit encore affiner son style avant de rentrer dans la cour des grands. Autant dire que nous suivrons de près les futures réalisations de Smalltape et de Philipp Nespital ! En attendant, il ne reste plus qu’à se replonger immédiatement dans ce magnifique album pour en déceler toutes les subtilités qui auraient pu nous échapper.

Si vous aimez The Hungry Heart, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également