↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kadavar


Rough Times


(29/09/2017 - - Black Sabbath revival - Genre : Rock)
Produit par

Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Témoignage d'un groupe qui s'interroge sans se remettre en question"
François, le 27/10/2021
( mots)

Comme pour rassurer son public historique (peut-on vraiment dire "historique" pour un groupe qui a ouvert sa discographie en 2012 ?), Kadavar lance lourdement son quatrième album, Rough Times (2017). En effet, l’opus bien nommé commence sur le triptyque "Rough Times", très épais et sans circonvolutions (même si l’on peut percevoir des lignes mélodiques plus subtiles mais noyées dans la saturation), "Into the Whormhole", au tempo lent et stoner malgré un refrain psychédélique et "Skeleton Blues" très 1970’s dans son approche. Avec ce retour à la lourdeur initiale, on comprend qu’il fallait caresser les fans de la première heure dans le sens du poil, ceux qui avaient pu être exagérément déconcertés par un Berlin plus lisse, plus policé, plus mélodique (plus réussi ?). 


Si les longues plages très stoner du premier opus ne sont pas de retour, c’est bien ce style qui domine Rough Times. Ainsi, ne vous laissez pas surprendre par l’introduction vaporeuse de "Vampires", puisque le groupe ramène rapidement son déluge saturé et un peu cradingue pour envelopper son titre. Autre témoignage de cette dominante stoner, "Tribulation Nation" est presque paradigmatique avec ses élans spacerock (Hawkwind) et une bonne référence (on dira volontaire) à Stray ("All in Your Mind"). 


Même au sein des morceaux un peu plus accrocheurs en termes mélodiques, on perçoit cette caractéristique. Le très bon "Die Baby Die", à la rythmique tribale, renoue avec le penchant ésotérique du Kadavar des premiers temps. Plus direct, "Words of Evil" est un hard-rock classique à l’inspiration du tournant des 1960’s-1970’s : quelques lignes mélodiques reprises de "Paranoid" sur le couplet sont d’ailleurs à noter, mais Black Sabbath a toujours été la référence principale du groupe. 


Néanmoins, Kadavar n’abandonne pas sa volonté de diversification même si cela reste à la marge et placé en fin d’album : la reprise de "Helter Skeleter" (en bonus, encore plus brouillonne que l’original mais bien imbibée de l’identité kadavarienne), l’étonnant et presque progressif "The Lost Child", le buesy assez sage "You Found the Best in Me", l’évanescent "A L’ombre du Temps" qui rappelle à la fois qu’un des membres du groupe est français et les amusements des Stranglers période La Folie. Autant le dire tout de suite, ces petites digressions hors des sentiers battus (pour le groupe) ne sont pas des plus convaincantes, et le meilleur de Rough Times réside dans sa partie la plus hard-rock/stoner, celle que le groupe maîtrise davantage. 


Il en résulte un album un peu trop homogène, parfois trop rugueux, peut-être en réaction à une réception un peu sévère de Berlin – honnêtement, le tournant stylistique était assez maigre et le gain en mélodicité était salvateur pour un groupe menacé de tourner en rond. De plus, avec cette seconde partie plus originale (quoique pas forcément pertinente), on imagine un groupe qui se cherche et louvoie entre son style caractéristique et la volonté de faire autre chose … A l’heure de l’écriture de cette chronique, on connaît la suite de l’histoire : un album exceptionnel, puis un tournant inattendu. Pour l’heure, les temps sont durs. 


A écouter : "Die Baby Die", "Into the Whormhole", "Tribulation Nation"

Avis de première écoute
Note de 3.5/5
Les allemands dont de retour, et après l'essai moins conventionnel - et moins réussi - Berlin, ils se retranchent sur leurs fondamentaux. Plus rugueux et Sabbathien que jamais, Rough Times s'appuie sur ses riffs et sa disto crapuleuse pour tirer son épingle du jeu. C'est heavy, cradingue, pas très finaud, mais dans le genre ça reste surprenamment jouissif même si l'on sait désormais que Kadavar ne transcendera probablement jamais ses influences. On ne boudera pas son plaisir, cependant.
Avis de première écoute
Note de 3.5/5
Étonnamment, Kadavar arrive encore à livrer un très bon album. Bien que son style "doom sous stéroïdes" soit largement éprouvé depuis quatre albums, les allemands parviennent toujours à surprendre, soit en accélérant brillamment le rythme ("Skeleton Blues"), soit en osant quelques expérimentations mystiques ("The Lost Child") voire poético-délurées avec cette étonnante conclusion parlée en français (?!) "A L'Ombre Du Temps". Et même si la qualité de la production pêche toujours un peu, on peut sans nul doute assurer que Kadavar est désormais une valeur sûre du hard rock moderne.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Kadavar


Berlin


Critique d'album

Kadavar


Abra Kadavar


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également