↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Accept


Too Mean To Die


(29/01/2021 - Nuclear Blast - Heavy / Power / Speed - Genre : Hard / Métal)
Produit par

Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Accept revient en force en ce début d'année 2021, avec, ce qui vraisemblablement, sera un des albums de l'année !"
Alexandre, le 01/02/2021
( mots)

Peu de groupes peuvent se targuer d'avoir connu une seconde partie de carrière aussi tonitruante qu'Accept. Cette renaissance est survenue il y a 11 ans désormais, lorsque paraissait l'inoubliable Blood of the Nations, qui permit à la formation teutonne de se replacer sur le devant de la scène. S'enchaînent alors les albums avec une certaine régularité. 4 ans se sont donc écoulés depuis The Rise of Chaos, qui, sans être mauvais, loin de là, n'était pas du même niveau que ses prédécesseurs. D'importants changements sont survenus récemment : tout d'abord, le départ fracassant en 2018 de leur emblématique bassiste, Peter Baltes, qui était jusqu'à présent l'un des deux derniers "survivants" de la formation originelle (il était en poste depuis 1976 !). Ce départ inopiné a retardé la sortie leur album, le temps que Peter Baltes soit remplacé par un certain Martin Motnik tandis qu'un troisième guitariste a été recruté en la personne de Philip Shouse. C'est donc autour d'une formation assez remaniée (comprenant six membres) qu'Accept s'attèle à la composition de son seizième album, intitulé Too Mean to Die, dont la pochette, mettant en scène un serpent-cyborg géant, n'est pas sans rappeler celle de Fright Night (Stratovarius) ou plus encore celle de Mean Streak (Y&T) avec un visuel plus moderne. 


A l’écoute des premiers singlesextrêmement  intéressants ("Zombie Apocalypse", "TooMean to Die" et "The Undertaker"), ce nouvel opus, très prometteur, était attendu avec une impatience toute particulière. 


Accept reste fidèle à son identité et ce nouvel album constitue la suite logique des productions de l'ère Tornillo en renouant avec des compositions plus heavyque ne l'étaient celles de The Rise of Chaos. Le titre d'ouverture, "Zombie Apocalypse" avec son intro lourde et pesante avant de basculer sur un riff plus véloce est un pur bijou forgé dans le même acier qu'un "Beat the Bastards" ou un "Stamped". Le titre éponyme - et son riff qui ressemble beaucoup à "Stand Up and Shout" de Dio - et "No Ones Master" vont également dans ce sens. Comment ne pas s'extasier devant ce hurlement enragé de Mark Tornillo et sa superbe voix éraillée qui annoncent l'ouverture des hostilités ? La venue de dernier n'est certainement pas étrangère au succès que connaît Accept depuis une décennie et confirme une nouvelle fois qu'il fait bien plus que remplacer Udo Dirkschneider.


Mention spéciale aussi à "The Undertaker", qui a fait l'objet d'un clip, un des (nombreux) temps forts de ce disque. Très mélancolique et calme, notamment sur l'intro, sa structure et son développement sont à rapprocher d'une autre pépite du groupe, "Shadow Soldiers" (Stalingrad). On retrouve ces chœurs très graves et virils si caractéristiques de nombre de refrains d'Accept, également présent sur "How Do WeSleep" ou "Symphony of Pain". Le solo aux sonorités très classique nous rappelle à quel point Wolf Hoffmann est un guitariste talentueux, très inspiré par les compositeurs classiques auxquels il s'amuse à rendre hommage dans ses compositions. C'est ainsi qu'il nous avait gratifié d'une Marche slave et de la Lettre à Elise dans "Metal Heart" ou, pour citer un exemple plus récent, "Au Matin" d'Edvard Grieg sur "Final Journey" (Blind Rage). TooMean to Die n'échappe pas à cette tendance : ainsi, l'auditeur averti se délectera d'un clin d'oeil à Beethoven (5e Symphonie) sur "Symphony of Pain", très fugace certes mais très plaisant ou encore sur l'instrumental aux sonorités orientalisantes qui nous transportent au pays de Samson et Delilah, avec des détours par la Symphonie du Nouveau Monde d'Anton Dvorak, qui est, par ailleurs, une pièce très appréciée dans les groupes de metal et a fait l'objet de nombreuses reprises et réarrangements (Blind Guardian avec "By the Gates of Moria" ou Rhapsody of Fire dans "Wizzard'sLast'sRhymes"). De plus, la présence d'un troisième guitariste apporte plus de profondeur aux morceaux et nous régalent sur ces mélodies virevoltantes et harmonisées ("Symphony of Pain",  "How Do WeSleep", "Not MyProblem").


 Outre les titres bien heavycités précédemment, mentionnons la présence de compositions plus hard rock très "acceptien" dans la forme, à l'image d'un "Overnight Sensation" qui aurait très bien pu figurer sur un Metal Heart ou Breaker.


"The Best Is Yet to Come" est l'un des rares moments d'apaisement, un power ballade très agréable, tout en finesse et en musicalité. Les arpèges du couplet renvoient à la magnifique outro de "The Galley" (Blind Rage). Le chant de Tornillo est beaucoup plus nuancé, et montre qu'il a plus d'une corde (vocale) à son arc !


Accept réussit un véritable tour de force et retrouve les chemins de l'excellence, avec un album nettement plus abouti que Blind Rage et plus encore, que The Rise of Chaos.


 

Avis de première écoute
Note de 4/5
Il faut bien le dire, depuis l'arrivée de Mark Tornillo, Accept vit une deuxième jeunesse, même si les deux derniers opus, bien qu'honorables, évoquaient un groupe qui laissait parfois fonctionner le mode automatique. Il n'en est rien pour Too Mean to Die qui dévoile une formation au sommet de son inspiration, avec désormais, trois guitaristes. C'est à ce niveau qu'on peut s'émerveiller : les chorus sont sublimes, les citations classiques s'accumulent ("Symphony of Pain", "Samson and Delilah"), la virtuosité à son comble. Tout en gardant une recette somme toute classique - du Heavy teutonique avec chœurs militaires et guitares acérées - ils parviennent à créer des morceaux originaux avec beaucoup de reliefs ("Zombie Apocalypse", "The Undertaker", entre autres) qu'on peut rêver de voir interprétés sur scène. En attendant, il s'agit là d'un véritable coup de maître pour Accept qui est définitivement une référence du genre : ce nouvel opus se hisse dans le haut de leur discographie.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Accept


Breaker


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également