↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Accept


Blood Of The Nations


(20/08/2010 - Nuclear Blast - Heavy / Power / Speed - Genre : Hard / Métal)
Produit par Andy Sneap

1- Beat The Bastards / 2- Teutonic Terror / 3- The Abyss / 4- Blood Of The Nations / 5- Shades Of Death / 6- Locked and Loaded / 7- Kill The Pain / 8- Rollin' Thunder / 9- Pandemic / 10- New World Comin' / 11- No Shelter / 12- Bucketful Of Hate
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Avis de première écoute
Note de 4.5/5
Les comebacks sont légions au 21ème siècle. Les comebacks réussis le sont beaucoup moins. Quant aux comebacks légendaires, à part Michael Jordan en 1995 dans un autre domaine, on peut les compter sur les doigts d'une main. Accept fait partie de ceux-là. Petits nouveaux chez Nuclear Blast, Blood of the Nations envoie du très lourd. 12 titres de pur metal, de pure folie, où la hargne des guitares n'a d'égal que la puissance d'une batterie claquante et d'un chant surpuissant. Groupe auparavant majeur mais pas culte, Accept entre dans la cour des grands. Il leur aura fallu 30 ans. Mais au vu du résultat on leur pardonne...
Si vous aimez Blood Of The Nations, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Accept


Too Mean To Die


Critique d'album

Accept


Breaker


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également