↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Scorpions


Hard / Métal (Classic hard)

Membres :
Klaus Meine (Chant)
Rudolf Schenker (Guitare rythmique)
Matthias Jabs (Guitare solo)
Pawel Maciwoda (Basse)
James Kottak

Sites :
Site officiel

Scorpions est un groupe de hard rock allemand fondé en 1965 à Hanovre. Ils ont connu un grand succès dans les années 80, propulsés par la voix claire et puissante du chanteur Klaus Meine et les solos/riffs affutés des guitaristes Rudolf Schenker et Matthias Jabs, se spécialisant dans un habile mélange de tubes heavy taillés pour les stades ("Rock You Like a Hurricane", "Blackout") et de power ballads comme "Wind of Change" et surtout "Still Loving You", hit planétaire qui s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires rien qu'en France. Jabs déclara à l'époque que cette chanson a été "responsable du plus grand baby boom depuis la Seconde Guerre Mondiale" ! Toujours en activité en 2015 avec un dix-huitième album, Return to Forever, sorti en février, Scorpions est l'une des plus vieilles formations en activité avec les Rolling Stones, faisant partie du club très fermé des groupes de rock ayant vendu plus de 100 millions d'albums à travers le monde. En plus d'avoir compté dans ses rangs des guitaristes aussi talentueux que Michael Schekner ou Uli John Roth, Scorpions aura légué un héritage conséquent de 18 albums studios, 6 albums live et d'innombrables compilations. Le plus grand groupe de rock allemand de tous les temps, ni plus ni moins.

Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également