↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Soft Machine


Rock (Jazz Rock Psychédélique)

Membres :
Robert Wyatt (Chant, Batterie)
Kevin Ayers (Basse, Chant)
Mike Ratledge (Clavier)
Daevid Allen (Chant, Guitare)
Hugh Hopper (Basse)
Elton Dean (Saxophone)
Formé en 1966 sur les cendres du groupe The Wilde Flowers, les musiciens de Soft Machine sont les fondateurs de la légendaire scène de Canterbury et les pionniers du jazz rock psychédélique aux côtés de Pink Floyd. D'abord composé de Robert Wyatt au chant et à la batterie, Kevin Ayers à la basse et au chant, de Mike Ratledge aux claviers et de Daevid Allen à la guitare, le groupe connaîtra vingt-quatre formations différentes et une évolution radicale suite à la perte progressive de ses membres d'origine. Avec le départ de Allen (problème de Visa) après Jet Propelled Photographs (1967) et celui de Ayers après The Soft Machine (1968), il sera poussé par Mike Ratledge et Hugh Hopper, nouveau bassiste depuis Volume Two (1969), vers un jazz instrumental complexe. Ceci force Robert Wyatt, force créatrice et dernier flambeau du dadaïsme et psychédélisme des débuts, à quitter le groupe après Fourth (1971) et un ultime chef d'oeuvre, "Moon In June", sur leur album le plus intense, Third (1970). Mike Ratledge, dernier membre fondateur, quitte Soft Machine après l'album Softs (1976).
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également