↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Pains Of Being Pure At Heart


The Pains Of Being Pure At Heart


(27/02/2009 - Slumberland - Fortuna Pop! - Shoegaze / Noisy Pop - Genre : Rock)
Produit par

1- Contender / 2- Come Saturday / 3- Young Adult Friction / 4- This Love Is Fucking Right! / 5- Tenure Itch / 6- Stay Alive / 7- Everything with You / 8- Teenager in Love / 9- Hey Paul / 10- Gentle Sons
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un premier album shoegaze brillant et intemporel"
Margaux, le 18/03/2009
( mots)

Comment Slumberland arrive-t-il à dénicher autant de perles ? The Pains peuvent-ils être plus parfaits ? Rien que leur nom est une invitation à écouter leur album plein de chansons innocentes, de cœurs brisés et de sweat shirts abîmés. La musique de The Pains of Being Pure at Heart est de celle qui rend heureux. Elle plonge l’auditeur dans un film d’ados américains des années 90, avec boîte à goûter, Levis 501, jupes taille haute et bal de Mai. Tout va bien, tu es de nouveau un lycéen. Ecoute leur album dans ta voiture et sens-toi libre. Les chansons rayonnent bruyamment et plaquent un sourire béat sur ta face émerveillée encore humide de Biactol.

L’esprit de My Bloody Valentine disparu trop vite se réincarne dans ce quatuor atypique, où la précieuse insouciance adolescente n’a jamais été plus brillante. Un air de vécu aux couleurs passées d’un vieux polaroïd émane de chansons merveilleusement vintages ("The Tenure Itch", "Stay Alive" ou "A Teenager In Love"). La pop est parfois entraînante (le fantastique "Young Adult Friction"), parfois rugissante, avec un léger détour pas un morceau punk jouissif ("Hey Paul").

Quelle tristesse, il ne passera probablement pas souvent sur les ondes françaises, pas plus qu’il ne sera facile à trouver en boutique. Mais cet album est une espèce de trésor qui vaut la peine de se démener. Que l’on pose sur le haut de son meuble CD comme un trophée indie que l’on montrera aux copains avides de découvertes musicales. Car The Pains Of Being Pure At Heart est un groupe précieux qui rendrait vivante l’après-midi la plus pourrie du monde. Les disques d’artistes tristes et chiants chantant la misère du monde ont fait leur temps. Les pleurnichards peuvent retourner chouiner dans les jupes de leur mère. D’un ou deux coups de guitare, The Pains Of Being Pure At Heart balaye la moindre parcelle de dépression dans un appel au feel good simple, efficace et magique.

Si vous aimez The Pains Of Being Pure At Heart, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également