↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Inspector Cluzo


The 2 Mousquetaires


(20/02/2012 - Ter A Terre/Fuckthebassplayer records - Funk N' Grove N' Roll - Genre : Rock)
Produit par

1- The 2 mousquetaires of Gasconha / 2- Wild and free: the "indignés" song / 3- Move on up / 4- Téléfoot / 5- Why a vulgar french band cannot play shitty english pop music / 6- I want to mmm the wife of french president / 7- Fuck the bobos / 8- Put your hands up / 9- Power to the people / 10- Fuck free hugs / 11- Adishatz / 12- Que som cabelhs
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Les deux gascons pourfendent le funk rock et la bien-pensance. Jubilatoire."
Nicolas, le 09/03/2012
( mots)

The Inspector Cluzo, ce sont des "French Bastards" qui emmerdent les bassistes et qui incarnent une certaine idée du French Paradox version rock n' roll, soit un duo qui a tout pour lui, inspiration, technique, présence scénique, feeling ainsi qu'un certain don pour l'humour potache, un duo qui tourne partout dans le monde, France mais aussi et surtout USA, Japon et Australie, mais un duo dont on ne parle quasiment pas dans l'hexagone. So why ? S'il existe probablement tout un tas de raisons pour que nos concitoyens boudent Malcolm et Phil, on vous renverra néanmoins sur le site officiel du groupe ou sa page Facebook pour y découvrir deux hommes intègres, droits dans leurs bottes, qui ont décidé de ne pas se laisser marcher sur les pieds par le music system à la française, qui ont probablement ouvert un peu trop grand leur gueule à une certaine époque et qui en payent désormais les conséquences au prix fort en se retrouvant blacklisté de la plupart des festivals hexagonaux. La morale de cette histoire, c'est que les deux gascons ont décidé de ne plus prendre de gants avec qui que ce soit. Vous trouviez que The French Bastards redonnait toutes ses lettres de noblesse à la provocation ? Eh bien vous n'avez encore rien vu.

The 2 Mousquetaires marque un tournant assez net dans la discographie des deux landais. S'ils se frottaient jusqu'alors à un blues rock garage funky à tendance hard boogie (AC/DC n'a jamais été très loin), c'est désormais une nette couleur funk-pop passablement hystérique qui s'installe dans l'univers des Cluzos. Le symbole de cette mue est représenté par le reprise électrisée du "Move On Up" de Curtis Mayfield emporté par ses tourbillons de cuivres, mais partout ailleurs c'est vraiment le funk qui dicte sa loi : vocaux sucrés suraigus, riffs remuants et dansants à souhaits, systématisation des trompettes et saxos, emprunts en pagaille au star system du mouvement (Aretha Franklin, Stevie Wonder et toute la mouvance Motown), avec même la convocation iconoclaste du fantôme de James Brown sur de redoutables invectives adressées au public ("Fuck The Bobos", "Power To The People"). En même temps, éparpillé dans ce joyeux bordel, on retrouve tout de même ce rock gentiment lourd et brailleur auquel nous étions habitués auparavant, sorte de partouze géante alliant la rugosité bluesy des Black Keys, le côté flambeur et énervé des Hives et les sautillements de cordes allumés des Red Hot Chili Peppers. Sans Flea, parce que le bassiste, il peut aller se faire f...

Ce cocktail bigrement détonnant se trouve de surcroît servi par les progrès évidents des deux lascars qui alignent enfin une batterie de tubes mélodiques à souhait ayant le (mauvais) goût de vous trotter dans la tête tout au long de la journée. Essayez donc pour voir de ne pas chantonner sans en avoir l'air la déclaration d'amour ironique et salace des deux gascons à l'égard de Carla Sarkozy ("I Want To MMM The Wife Of The French President"), et vous verrez que l'exercice s'avère presque impossible. Avec ce troisième album, The Inspector Cluzo tape très fort là où ça fait très mal, du genre un bon coup de ballon (de rugby, cela va de soi) bien placé dans les roubignoles. Tout le monde en prend pour son grade : le "Trader Forever" du précédent opus se voit ici relayé par le duo "Wild and Free : The Indignés Song" - "Fuck Free Hugs" pour une bonne volée dans les plumes du business, des banques et de la mondialisation, les footeux se voient ridiculisés dans le cinglant "Telefoot", mais c'est surtout le rock français et son intelligentsia qui se voient montrés du doigt avec un humour particulièrement mordant. Appréciez sans aucune retenue "Why A Vulgar French Rock Band Cannot Play Shitty English Pop Music?", un titre qui parle de lui-même, et reprenez en chœur le refrain jubilatoire de "Fuck The Bobos", vengeance en musique adressée aux dirigeants du Festival de Bourges. Le seul travers de ce disque tient peut-être dans le régionalisme à outrance des natifs de Mont De Marsan : si les petits intermèdes humoristiques en gascon entre les titres amènent une certaine touche d'originalité décalée au disque, on a en revanche du mal à accrocher aux longues tirades qui encadrent le lyrique "Que Som Cabelhs", avec une fin d'album que l'on a tendance à régulièrement zapper pour retomber sur le génialissime "The 2 Mousquetaires Of Gasconha" dont la rythmique débridée nous pousse à nous renfiler une dose supplémentaire de funk-rock frenchy.

Un dernier détail : désormais, The Inspector Cluzo travaille en autarcie :  production, distribution, touring, management, ils font tout eux-même et ont choisi de ne pas distribuer The 2 Mousquetaires chez les revendeurs habituels, Fnac et autres grandes enseignes, internet y compris. Pour commander l'album en support physique, il faudra passer par un réseau de disquaires indépendants, par la vente en ligne via le site du groupe (www.fuckthebassplayer.com) ou en assistant aux concerts. Une démarche intègre qu'on ne peut que saluer. Au fait, l'album est non seulement très réussi, probablement le meilleur des Cluzos à ce jour, mais il s'avère surtout méchamment drôle et devrait donc fort logiquement cartonner un peu partout sur la planète. Sauf en France ? A vous de voir. Le mot de la fin est réservé à Malcolm et Phil : "To people who say we're vulgar, we have only one word. No, maybe two....... FUCK YOOOUUU !!!!!"

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également