↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Oceansize


Self Preserved While the Bodies Float Up


(06/09/2010 - Superball - Rock progressif / metal - Genre : Rock)
Produit par

1- Part Cardiac / 2- Superimposer / 3- Build Us A Rocket Then... / 4- Oscar Acceptance Speech / 5- Ransoms / 6- A Penny's Weight / 7- Silent/Transparent / 8- It's My Tail And I'll Chase It If I Want To / 9- Pine / 10- Superimposter
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Avec ce quatrième opus, Oceansize persiste et signe un album varié et exigeant"
Nicolas, le 15/09/2010
( mots)

Même s'ils se sont légèrement calmés en terme de cadence studio (3 albums, 5 EP et une énorme box live en un peu moins de dix ans), la bande à Mike Vennart garde une productivité largement au dessus de la moyenne, surtout si on la rapporte à la complexité des compositions proposées. Quatrième album studio à voir le jour (et second sur le label allemand Superball Music), Self Preserved While The Bodies Float Up, derrière son titre à rallonge et son artwork ouvertement sexuel, ne marque pas de changement dans la continuité : Oceansize fait toujours du Oceansize, et il le fait toujours aussi bien. Et peut-être même un peu mieux, Effloresce exclu.

Avec ce disque, les amateurs du groupe se trouveront immédiatement en terrain connu. Les cinq anglais se complaisent toujours à nous proposer un travail d'une extrême variété, s'abandonnant autant au metal le plus bourrin (l'introductif et un rien pataud "Part Cardiac") qu'au trip space rock le plus délicat ("Ransoms"), en passant par un rock alternatif dense et ambitieux à la Cave In ("Superimposer"), un sludge massif et surchargé qui ferait pâlir Mastodon ("Build Us A Rocket Then...") ou encore une pop élégante qui s'appuie sur un jeu de batterie entêtant et de grands arrangements piano-orchestre ("Oscar Acceptance Speech"). Et ça continue : plus loin, on se retrouve emporté loin des rivages de ce monde par une ode atmosphérique nimbée dans son magnifique duo vocal masculin-féminin ("A Penny's Weight") avant de bifurquer sur de jolies mélodies dans le plus pur style post prog ("Silent/Transparent", "Pine", The Pineapple Thief est tout proche) puis sur un mur de guitare massif qui ferait de l'ombre aux dernières trouvailles d'Amplifier ("It's My Tail And I'll Chase It If I Want To"), sans même parler de quelques changements de couleur au milieu de certains titres. Incontestablement, la variété de l'album se révèle tout à fait sidérante.

Chaque morceau touche ici à la quintessence de son style d'attache, ce qui n'est pas peu dire. Pour autant, on sent encore un certain manque de recul vis à vis de ces pépites troussées avec beaucoup de réussite, sans même parler d'une certaine froideur de style ni d'un certain laps de temps nécessaire avant de pouvoir se plonger sans peine dans les méandres de cet album. Ce qui manquerait peut-être aux rockeurs d'Oceansize, à ce stade de leur carrière, ce serait de définir une sorte de ligne directrice, une thématique commune (au moins mélodique) pour unifier le tout et emporter une adhésion large et entière. Ici encore, on pourra signaler le défaut qui colle aux anglais de façon récurrente : Self Preserved... est infiniment beau, mais infiniment éclaté, et certains reprocheront à l'album son manque de liant et d'homogénéité, quand d'autres pourront être laissés insensibles par l'un ou l'autre des courants musicaux abordés. Ainsi, les allergiques au metal et/ou au post rock devront probablement passer leur chemin, tout comme ceux que trop de douceur laisse insensible.

Malgré ce petit point litigieux (et énoncé d'ailleurs avec une bonne dose de mauvaise foi, il faut bien le reconnaître), Oceansize confirme avec ce quatrième album tout le bien que l'on pouvait penser d'eux tout en s'inscrivant de façon définitive comme l'un des groupes les plus originaux et ambitieux (au sens noble du terme) du rock contemporain. Qu'importe, finalement, si cette musique se perd parfois dans un certain élitisme qui la cantonne à un nombre plutôt restreint d'admirateurs : la qualité doit parfois souffrir de quelques sacrifices. Et n'hésitez surtout pas à aller voir Mike Vennart et son équipe sur scène : en live, Oceansize est véritablement impressionnant. N'allez pas dire que vous n'étiez pas prévenus.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Oceansize


Effloresce


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également