↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Cave In


Antenna


(25/03/2003 - RCA - Du metalcore au rock alternati - Genre : Rock)
Produit par

1- Stained Silver / 2- Inspire / 3- Joy Opposites / 4- Anchor / 5- Beautiful Son / 6- Seafrost / 7- Rubber And Glue / 8- Youth Overrided / 9- Breath Of Water / 10- Lost In The Air / 11- Penny Racer / 12- Woodwork
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Jérémie, le 25/11/2003
( mots)

Non, je ne ferai pas croire ici que je suis fan de Cave In depuis la sortie de leur première démo en août 1995. Je ne le suis pas devenu non plus à la sortie de leurs deux premiers albums, Until Your Heart Stops et Jupiter... Non, la première fois que j'ai entendu leur musique, c'était en compagnie de 20000 personnes, avant que Muse ne fasse jumper l'énorme fosse de Bercy... Sans qu'ils aient été exceptionnels, leur prestation m'avait alors donné envie d'en savoir plus et de découvrir leur dernier LP, Antenna, sorti un peu plus tôt la même année.

Et quelle bonne surprise ! Parfois, on se demande comment il est possible de passer à côté d'albums comme celui-ci, alors qu'on a l'impression de se tenir informé... eh bien voici l'exemple typique !

Quand des anciens du hardcore extrême se mettent au rock progressif, pas de doute, ça donne du bon ! Alternant moments calmes et petits moments bourrins (sans jamais se rapprocher du hardcore, pour rassurer ceux qui connaissent les hurlements de Caleb Scofield, bassite de son état), Cave In sait parfaitement composer dans le mélodique, essentiellement au niveau de la voix : Stephen Brodsky peut la pousser très loin tout en restant dans le domaine du beau, ce qui est plutôt remarquable ! Très agréable à entendre, elle peut monter dans les aigus ou s'exciter sans énerver personne... Parfois agrémentée d'un chorus / delay pour lui donner un aspect encore plus aérien, comme sur le génial "Joy Opposites" elle est souvent soutenue par les guitares, qui, sans apporter des riffs assassins dont on se souviendra des années durant, amènent des petites compos sympas, des petites notes de ci de là qui agrémentent les mélodies. La voix reste cependant parfois un peu trop classique dans le style rock américain, comme sur "Inspire" ou "Anchor".

Rythmiquement, rien à dire, c'est impeccable ! John-Robert Connors est un dieu de la batterie, c'est tout ! Roulements en tout genres, refrains déchaînés, il tape dix fois là où un batteur normal donnerait deux pauvres coups... l'impression laissée en live ne fait ici que se confirmer : les coups sont puissants, bruts, précis, et rapides ! Essayez la première piste, "Stained Silver", si vous n'êtes pas convaincu ! Quant à la basse, c'est certainement l'instrument le moins mis en avant : parfois bien grasse, elle allourdit (positivement) les chansons, ramenant sur terre les envolées vocales. A certains (trop rares) moments, elle sait cependant se faire délicieusement mélodique.

De tous ces éléments naît la musique de Cave In : grossièrement taillée dans le béton armé du métal et peaufinée par une sensibilité toute pop. Ici, rien n'est figé : leur musique évolue sur chaque chanson, de manière discrète mais certaine... Souvent aérienne, un peu à la manière de Hell Is For Heroes, elle retombe parfois dans la lourdeur des grosses caisses et des basses bien appuyées, dans la plus pure tradition bourrine. Un album peut-être trop bruitesque pour les plus doux d'entre nous, mais que ceux-ci se rassurent avec les envolées de "Seafrost" ou "Beautiful Son" : on peut avoir du calme, et du bon !

Une vraie bonne surprise que cet album ! Du bourrin intelligent et aérien, ça ne se voit pas tout les jours... Pour le prochain live, une chose est sûr, je serai prêt !!

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Cave In


Final Transmission


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également