↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Eagles of Death Metal


Zipper Down


(02/10/2015 - Downtown Recordings - Garage rock - Genre : Rock)
Produit par Josh Homme

1- Complexity / 2- Silverlake (K.S.O.F.M.) / 3- Got a Woman / 4- I Love You All the Time / 5- Oh Girl / 6- Got the Power / 7- Skin-Tight Boogie / 8- Got a Woman (Slice Return) / 9- The Deuce / 10- Save a Prayer / 11- The Reverend
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (16 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Les aigles sont de retour !"
Fanny, le 06/10/2015
( mots)

Sept ans après le survolté Heart on, Baby Duck et Boots Electric remettent le couvert pour le plaisir de nos oreilles.


Et malgré les projets personnels de l'un et l'autre – la préparation de ...Like Clockwork pour Josh et la tournée ayant suivi sa sortie, sa participation au docu-album de Dave Grohl, Soundcity, et la sortie d'un album solo pour Hughes en 2011 –, Zipper Down conserve une fraîcheur et une bonne dose de démence et d'autodérision, dont les teasers sortis sur la chaîne youtube des EODM annonçaient la couleur.


Dans une interview donnée à Rolling Stone, Homme expliquait que le plaisir suscité par la composition et le jeu au sein des EODM émanait principalement de l'insouciance qui régnait au sein du groupe (peut-on d'ailleurs réellement parler de groupe quand on constate le nombre de collaborations sur les quatre albums composant sa discographie?). Cette insouciance est bien là, et le choix de "Complexity" comme single promotionnel n'est pas anodin : ce titre figurait déjà sur l'album solo de Boots Electric, Honkey Kong, qu'à cela ne tienne ; il est ici réarrangé à la sauce sludge, et le son texturé mais envolé se met au service d'un texte qui pourrait faire office de devise au duo :


"Close your eyes and you will see, that it's easier without complexity"


Ce n'est d'ailleurs pas le seul titre emprunté au répertoire de Hughes ; "I Love you All the Time" – anciennement "All the Thyme" - avait été écrit pour une de ses anciennes conquêtes, trop peu joignable au goût du bonhomme. Un mal pour un bien puisqu'on retrouve en backing vocals Tuesday Cross, son actuelle compagne (et ancienne actrice de films pour adultes, accessoirement), dont les vocalises ne sont pas déplaisantes !


La dimension satirique propre au duo est également présente, notamment à travers Silverlake, une ode aux hypsters habitant ce quartier de Los Angeles où Hughes et Homme résident désormais, débutant par un discours plein d'assurance : "I am from Silverlake and therefor I don't give a damn", pour finir par une remise en question introspective du specimen :"I don't know who I am", le tout sur un son un peu garage, presque artisanal, et somme toute plutôt entraînant. Une version bien burnée des Dandy Warhols des beaux jours.


Mais on ne retrouverait pas les Eagles sans un titre faisant monter la température. Et c'est "Skin Tight Boogie", qui laisse apparaître toute la maîtrise et l'influence de Josh Homme, et pimentera un peu l'album par une dose de sensualité -quoiqu'un peu gâché par la voix féminine et finalement principalement porté par son refrain-. A retenir également cette reprise surprenante et aérienne de "Save a Prayer", de Duran Duran, par laquelle le groupe s'écarte subtilement de son répertoire pour nous proposer un son froid et plus anglo-saxon, proche des White Lies, avec de belles harmonies vocales.


Toujours très libérés et décomplexés, les deux comparses nous livrent ici un album honnête, énergisant, et un peu fou, à leur image. Il ne figurera pas au panthéon des indispensables, mais était-ce le but ?

Avis de première écoute
Note de 3.5/5
Nonchalence et légèreté sont au rendez-vous avec cette nouvelle rasade loubarde et décomplexée signée Jesse Hugues et Josh Homme : sans pour autant marquer l'histoire du rock 'n' roll, Zipper Down reste un opus concis, débridé et entraînant dont on ne se lasse pas.
Avis de première écoute
Note de 3/5
Au milieu de toutes ces sorties de très haut calibre, la légèreté des Eagles of Death Metal est d'autant plus appréciable. Zipper Down est drôle, dynamique, accrocheur, et ne prétend pas à plus. C'est sans doute là que tient tout son charme.
Avis de première écoute
Note de 3/5
On écoute ce Zipper Down avec le sourire en coin et le tympan qui frétille. Rien de bien transcendantal même si le son est reconnaissable entre mille, évidemment. Quoi qu'il en soit, c'est fun, salace et bien foutu, bref tout ce qu'on demande à un bon disque de rock 'n' roll, non ? Et à sa pochette, en tout bien tout honneur.
Avis de première écoute
Note de 3/5
La team Hugues - Homme nous livre une nouvelle rasade de son rock libidineux et déconneur, avec un son qui lorgne davantage sur les scandinaves des Hellacopters et une bonne dose d'énergie communicative. Appréciable mais loin d'être inoubliable, on lui préférera sans trop de soucis son prédécesseur, le plus consistant Heart On.
Commentaires
Raphaelle, le 07/10/2015 à 16:30
Franchement, je n'arrive pas à cliquer sur la pochette de cet album. C'est tellement de mauvais goût que je n'arrive pas à me dire que la musique va en valoir la peine. (oui, ceci est un petit troll)
whatcha, le 07/10/2015 à 10:55
se laisse écouter mais franchement pas le meilleur du groupe :/
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Eagles of Death Metal


Heart On


Album de la semaine
À lire également
Compte-rendu de concert