↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Eagles of Death Metal


Peace, Love, Death Metal


(23/03/2004 - AntAcidAudio - Garage rock - Genre : Rock)
Produit par Josh Homme

1- I Only Want You / 2- Speaking in Tongues / 3- So Easy / 4- Flames Go Higher / 5- Bad Dream Mama / 6- English Girl / 7- Stacks o' Money / 8- Midnight Creeper / 9- Stuck in the Middle with You / 10- Already Died / 11- Kiss the Devil / 12- Whorehoppin' (Shit, Goddamn) / 13- San Berdoo Sunburn / 14- Wastin' My Time / 15- Miss Alissa
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (15 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Eagles of the death metal revisite un rock brut et sale sans fioritures."
Charly, le 06/06/2004
( mots)

Il y a des artistes comme ça qui se fichent de dérouter l'auditeur, de le faire tourner en rond, de le rendre perplexe devant tant de fausses routes. Josh Homme (sous le pseudo de Carlo Von Sexron) est de ceux là : chanteur de Queens of the Stone Age , il aime varier les goûts et les groupes et se lance temporairement dans un nouveau genre avec Eagles of Death Metal. D'ailleurs on remarque une certaine similitude dans les noms des groupes. l'un faisant intuitivement penser à l'autre.
Il s'agissait de la première fausse piste. Deuxièmement, au niveau du nom du groupe, il y a aussi trouble, ce n'est absolument pas du death metal et le groupe ne le revendique sûrement pas. On ne peut voir là qu'une espèce d'humour qui ne risque pas de leur bénéficier au niveau commercial. En effet, comment pourrait-on imaginer que derrière cette appellation de Eagles of Death Metal, se cachent un groupe qui puise son rock à l'origine même. C'est du classique, primitif rock, très proche du rythm'n blues, son ancêtre.

Revenons donc sur cet album Peace Love Death Metal, qui est donc le premier des EODM (après QOTSA vive les abréviations !). Comme je l'ai dit plutôt, cet album se veut très old style, c'est du rock dans le style crados, sans arrangement électronique. Le rendu global est particulièrement réussi, on fait un saut en arrière en écoutant ce disque, on se croit revenu au début des seventies, le rythme est bien trouvé, la voix du chanteur est assez particulière, éraillé et d'un ton assez aigu. Le style est assez proche du blues d'ailleurs de part le rythme et peut-être les instrus utilisés. Cet album semble vraiment issu de la période transitoire, la naissance du rock'n roll, fils du blues auquel il hérite du rythme et de la plupart des instruments tout en lui ôtant la rigueur pour un côté rebelle qui plaira aux jeunes.

Cet album se révèle d'une très bonne facture pour les nostalgiques d'une période révolue. A la manière de The White Stripes , par exemple, on revisite un rock brut et sale sans fioritures. Le son est quand assez particulier et bien que le genre ai été maintes fois visité, la couleur de l'album est originale. C'est assez particulier à décrire mais on peut argumenter en disant que les fréquences sonores utilisées sont un peu plus élevés que la normal (plus clairement, peu de basses, beaucoup d'aigus). Cela est notamment du à l'absence de bassiste ce qui peu paraître assez singulier dans un groupe de rock.

Un petit bémol au niveau de la teneur de l'album qui est peut-être un peu uniforme et qui manque de variété. Certains apprécieront peut-être le style mais éprouveront une certaine lassitude sur la fin.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Eagles of Death Metal


Heart On


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également