↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Cage the Elephant


Melophobia


(17/02/2014 - Mercury - Punk - Indie Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Spiderhead / 2- Come a Little Closer / 3- Telescope / 4- It's Just Forever / 5- Take It or Leave It / 6- Halo / 7- Black Widow / 8- Hypocrite / 9- Teeth / 10- Cigarette Daydreams
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un album aussi étonnant que détonnant qui propulse le groupe vers l'avant."
Maya Enib, le 05/06/2014
( mots)

Bien que Cage the Elephant vienne du Kentucky, leur musique semble sortir tout droit d’un studio d'enregistrement britannique. Leur troisième album Melophobia (notons que ce titre se traduit en latin par "la peur de la musique"), est riche et varié avec des mélodies fines et un changement de rythme intéressant.  Telle la palette de couleurs d’un artiste peintre, ce disque mélange de nombreux genres. Il unit les Beatles avec du pop punk, et un son rétro avec des battements blues (notamment "Black Widow"). Après cinq ans de tournées non-stop, le groupe de rock a été confronté à la difficulté de trouver une cohésion parmi les idées de chacun de ses membres. Selon le chanteur Matt Schultz , "les chansons devraient être écrites de la même façon qu’un enfant qui dessine sa maison,  avec  ses souvenirs  pour seul modèle". Encore faut-il pour cela que l’enfant ait baigné dans le Brit-Rock depuis tout petit ! Melophobia est un album rétro dans une version moderne, dans lequel chaque chanson a quelque chose à offrir.  


Les points forts de ce disque se trouvent  là où les chansons sont portées par un hymne mélancolique : soit dans le très triste "Telescope"  ou "Cigarette Daydreams" qui clôturent cet album. Dans ces moments la musique de Cage The Elephant est tantôt légère tantôt déprimante et agit comme un feutre fin permettant d’approfondir les détails et apporter du graphisme à une peinture à l’acrylique. "Telescope" est mon coup de cœur dans cet album. Dès les premières notes, même après l’avoir écouté en boucle pendant des semaines, je n’ai qu’une envie, l’entendre encore.. et encore..  On n’a aucun mal à imaginer Shultz  écrire cette chanson, assis, le cœur lourd, dans son salon.  "J'ai pensé qu'il serait intéressant d'écrire une chanson sur une personne solitaire qui a peur de regarder la vérité en face. J'ai pensé qu'il serait intéressant de pouvoir se regarder de loin. Cette chanson est un compte personnel de la solitude. Je me retrouve à regarder un écran de télévision vide en me sentant désolé pour moi-même."
En lisant le titre lui succédant dans l’album "It’s just forever", on s’attend à une nouvelle ballade, mais pas du tout ! Beaucoup plus rock on a l’impression d’assister à une explosion lorsqu’ Alison Mosshart, chanteuse des Kills, entonne le refrain. 
"Nous voulions écrire une histoire sur deux personnes qui étaient tellement amoureuses que c'en était presque effrayant. Il était important qu’une fille puisse expliquer une partie de l'histoire, et comme nous avons toujours été fans d’Alison Mosshart, il nous est paru évident de la choisir pour ce duo." 
Bref et croquant "Halo" alterne hystérie juvénile et rythme décontracté.  L’ambiance caribéenne  très sympa  et joviale de "Take It Or Leave It" quant à elle, donne envie de danser et flirter sur son refrain rempli d’innocence et de désir. Ce titre  rappelle d’ailleurs sans conteste les Beatles ! J’ai tout autant apprécié écouter "Hypocrite"et "Spiderhead" dont les émotions des refrains entrainants s’imprègnent telles les couleurs qui rejaillissent sur une toile, ainsi que "Come a little closer" qui pourraitdevenir l'hymne du groupe .
Et alors qu’on se dit que Cage The Elephant a sacrément bien évolué depuis leur dernier album,  s’ensuit une chanson qui tape littéralement sur le système : "Teeth". Le titre est d’ailleurs plutôt bien choisi puisque l’on a réellement l’impression de ressentir des grincements de dents, juste insupportables, avec en prime ses causes, et ses effets négatifs si on ne parvient pas à arrêter ce supplice au plus vite. Dommage de terminer l’album sur ce ressenti désagréable.


Malgré quelques faux pas, Cage The Elephant nous livre un album cohérent, parfois excentrique, mais toujours accrocheur et bouleversant. Un très bel album, si ce n’est le meilleur du groupe. Tout comme la pochette : il s’agit d’une œuvre d’art originale qui ne laisse pas indifférent.
 
 
 
 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également