↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Late Of The Pier


Fantasy Black Channel


(25/08/2008 - Parlophone/Because - Nu-Rave - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Hot Tent Blues / 2- Broken / 3- Space And The Woods / 4- The Bears Are Coming / 5- Random Firl / 6- Heartbeat / 7- Whitesnake / 8- VW / 9- Focker / 10- The Enemy Are The Future / 11- Mad Dogs And Englishmen / 12- Bathroom Gurgle
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Les 4 jeunots de LOTP redéfinissent le Nu-Rave dans cet album délirant."
Louisa, le 16/06/2009
( mots)

Dans la lignée des Klaxons, MGMT et autres Ting Tings, c’est au tour de Late Of The Pier d’assurer la relève nu-rave qui a tant émoustillé les adolescents pré-pubères d’Outre-Manche, et de nous assener une nouvelle fois de grands coups de musique fluo-psychédélique regorgeant de sons électro, synthés, rythmes dansants et autres folies hype qui font baver d’envie les ados d’aujourd’hui. Attention, si les groupes de minets fraîchement sortis du lycée ayant tout juste l’âge d’aller à une Skins Party vous donnent des boutons, il est fort possible que vous ne puissiez pas supporter ce Fantasy Black Channel. Mais il est évident vous passerez à côté de quelque chose de beaucoup plus efficace que ce qui tourne en boucle en ce moment sur les platines de nos amis anglais.

Donc, pour ceux qui ont eu le courage d’écouter ce disque jusqu’au bout et qui ont laissé de côté les éventuelles idées préconçues, il vous paraîtra peut-être très étonnant de trouver au sein d’un album concocté par quatre si jeunes énergumènes une telle maturité, une telle diversité de sons et d’influences au milieu d’artistes entrant complètement dans le "moule" de la mode musicale actuelle. L’instrumental aux faux airs de The Killers qui entame l’album est pourtant fort peu convaincant : ce n’est qu’à partir de la seconde piste ("Broken") qu’on entre réellement dans l’ambiance de cet album, dynamique et dansant ("Space And The Woods"), parfois bizarroïde et inquiétant ("VW", "The Enemy Are The Future", ou encore le dernier morceau "Bathroom Gurgle"). Cet opus comporte un étonnant mélange de riffs empruntés à une multitude de genres musicaux, comme dans "Whitesnake" où l’on perçoit avec étonnement une rythmique tumultueuse de hard rock à la Black Sabbath ponctuée par quelques parties de clavier, ou bien une introduction de percussions afro dans "The Bears Are Coming". A noter également un soupçon de post-punk parfaitement bien maîtrisé sur "Mad Dog and Englishmen". Bref, un joyeux bordel habilement organisé et plutôt rare dans le genre : de quoi donner une bonne claque à ceux qui croyaient les Late Of The Pier immatures.

Ce sont les morceaux électro-rock qui occupent la majeure partie de l’album, ("Heartbeat", "Focker") ces morceaux qui déclenchent souvent deux types de réactions complètement opposés : en clair, soit on les idolâtre, soit on les vomit. Dans les deux cas, on ne peut nier leur efficacité ne laissant personne indifférent : l’intro de synthé emplie d’entrain qui lance "Heartbeat" ne saurait épargner un seul être humain quant à son pouvoir déhanchant… Morceau dont on sent également la très agréable patte 80’s.

Bilan positif donc, pour Late Of The Pier qui réussit un album ambitieux, repoussant les limites du genre, que les trentenaires apprécieront autant que les slimmeurs de 14 ans et demi…

Si vous aimez Fantasy Black Channel, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également