↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Avis

CEYLON


Le grand secret des oiseaux des sables


(26 mars 2021 - Lacouveuse, Fauchage Collectif - Rock psyché)

https://soundcloud.com/ceylonlatranse/sets/le-grand-secret-des-oiseaux-de-sable/s-RBEp2t6vdzl
Note de 3.5/5
Note de 3.5/5
En voilà de drôles d’oiseaux ! Ce genre de spécimen qu’on ne se lasse jamais de dénicher. C’est à travers de longues compositions (entre 7 et 9 minutes) que ce groupe toulousain déploie avec élégance un univers musical poétique et évolutif, dont l’atmosphère quasi hallucinée saura s’immiscer peu à peu dans votre subconscient. Nous découvrons ainsi une musique planante montant peu à peu en intensité grâce à un étonnant assemblage de styles et de registres : funk, jazz ou encore post-rock. Mais c’est surtout avec ses ambiances folkloriques, renforcées par les incantations et les harmonies vocales d’un duo vocal féminin-masculin habité, que CEYLON se démarque et sort des sentiers battus. Nous vous recommandons également de jeter un œil aux différents clips permettant de plonger encore un peu plus dans cet univers si singulier. Une bien belle découverte, qui est loin d’avoir livré tous ses secrets.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert