↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Hellfest 2016, deuxième dimanche de sabbat


Nicolas, le 25/06/2016

La Vallée, refuge des étrangers


Je ne vais pas épiloguer à nouveau sur les très bonnes conditions d’accueil du Hellfest, tout a déjà été dit en 2014. Il y a toujours autant de monde (peut-être même plus), toujours autant de voitures garées sur les bas côtés à des kilomètres à la ronde (quelques parkings ne seraient pas de trop, monsieur Barbaud), l’organisation est toujours au top, les festivaliers toujours aussi sympathiques. Ce qui m’a le plus épaté par rapport à d’autres festoches, et je l’ai noté particulièrement cette fois-ci, c’est la douceur de ceux qui veulent passer devant vous dans la foule. Une main posée sur l’épaule, un geste d’excuse, un sourire, c’est quand même plus classe que les sempiternels abrutis qui vous bousculent en faisant la tronche sans même vous adresser la parole ni un regard. Bref, big up pour les headbangers : les rockers lambda peuvent en prendre de la graine.


Fort de mon expérience passée, j’ai pu calibrer mon trajet automobile, ma recherche d’une place de stationnement et mon trajet à pattes jusqu’à la cathédrale des enfers au quart de seconde près, et j’exagère à peine. Ce que j’avais oublié d’anticiper, en revanche, c’est la file d’attente de la sécurité à la cathédrale elle-même, quinze minutes à faire le poireau malgré un impressionnant dispositif de filtrage. Les conséquences, sans doutes, des tragiques événements du Bataclan. Quoi qu’il en soit, j’avais tout fait pour arriver pile au début de la prestation de Gojira, et j’ai finalement pu les attraper sur leur morceau d’entame, ce qui est plutôt pas mal. Gojira, je ne connais pas, mais d’une Étienne m’en a dit le plus grand bien, et de deux je voulais vraiment voir à quoi ressemblent ces français en passe de devenir des stars du metal mondial. Sauf que la réalité m’a bien vite rattrapé. Gojira, aussi sympathiques que soient les frères Duplantier, ça reste du metal extrême, c’est très lourd, très violent, très agressif à la batterie, très guttural au chant. Même si parfois quelques riffs retiennent mon attention, même si la voix de Joe s’élève à l’occasion au-dessus des abysses, j’ai bien du mal à accrocher. Néanmoins, il faut le reconnaître, le groupe assure : la présence est là, l’attitude aussi (parfois surjouée dans un discours qui sonne outrancièrement hargneux), ça cogne, ça avoine, et la foule apprécie. Tant pis pour mes mœurs hermétiques, au bout de trente minutes, je choisis de jeter l’éponge. Dans quelques années, peut-être…


Crédit photo : © Trexsound


De toute façon, j’avais prévu de lâcher avant la fin, histoire d’aller me porter vers mon lieu de prédilection, la tente The Valley, sanctuaire du stoner et du rock lourd extérieur au metal. Eh quoi, on ne se refait pas. Petit aparté sur ces tentes qui, depuis 2014, ont bien changé : beaucoup plus vastes et hautes sous chapiteau, elles permettent enfin un accueil des festivaliers dans des conditions décentes. Sans parler du fait que des écrans géants ont été installés à l’entrée, en haut de la poutre principale, ce qui fait que l’on peut tout de même goûter au concert même si la tente se retrouve pleine (ce qui n’a jamais été le cas) et qu’on peut avoir un aperçu du groupe sur scène sans avoir à plonger dans la nasse, un plus pour ceux qui errent sans but et qui voudraient se laisser tenter par des formations leur étant inconnues. Bref, la plus-value est immense. Revers de la médaille : ces tentes béantes laissent échapper le son bien plus qu’avant, et les musiques se mélangent parfois l’une avec l’autre - exemple typique avec l’infâme black metal de Mgla qui parasite le set de Gojira en Main Stage 1, forçant les festivaliers à se porter le plus possible vers le milieu ou la gauche de la zone d’écoute pour ne pas pâtir d’un double concert. Ceci dit, à choisir entre l’ancienne et la nouvelle formule, la nouvelle montre bien plus d’avantages. Bravo au Hellfest pour enfin offrir des conditions d’accueil décentes aux formations plus confidentielles.


The Valley, donc. La tente, désertée lorsque j’arrive, attend la venue des allemands de Kadavar. J’en profite pour m’asseoir, boire un bon coup et économiser mon dos, car la soirée promet d’être longue. Un quart d’heure de repos plus tard, les berlinois entrent dans la place, et ça dépote. Le trio s’est aligné bien en avant de la scène, guitariste à gauche, bassiste à droite, batteur au centre, et bastonnent d’entrée de jeu sur un blues rock métallique des plus vicieux. Efficace et rentre dedans, Kadavar se montre beaucoup plus incisif sur scène qu’en studio, et j’apprécie de pouvoir prendre mon pied dès le début ou presque de la journée. Mais très vite, la machine commence à tourner à vide. Mêmes riffs fuzzés, même basse gloutonne, même batterie d’infanterie lourde, même chant erraillé, mêmes soli de guitare. C’est bon mais académique, scolaire même. Pas de temps faible, pas de respiration, toujours ces mêmes morceaux interchangeables qui nous sont proposés jusqu’à l’indigestion. Je commence à m’ennuyer sec, lorsque le niveau remonte d’un cran, les teutons ayant réservé leurs meilleurs morceaux, ceux de leur premier album, en fin de set. Plus posée, plus lourde, plus riche en riffs, mieux dotée en mélodie, cette conclusion ne fait que souligner absurdement l’évidence : Kadavar est un groupe d’individus doués sur leurs instruments, qui ont bien assimilé leurs modèles (Blue Cheers ou Sabbath) mais qui n’arrivent pas à franchir un cap et qui tournent actuellement en rond, condamnés, probablement, à s’éteindre à petit feu. En tout cas ils quittent la tente sous les vivas, leur concert ayant visiblement ravi les amateurs de rock heavy à l’ancienne. Et moi aussi, quand même.


Crédit photo : © Download


Retour vers la Mainstage pour laisser sa chance à Slayer. Je déteste Slayer, c’est viscéral. Metallica, j’adore. Megadeth, c’est pas mal à petite dose. Anthrax, ça se laisse écouter à la rigueur. Mais Slayer… Trop agressifs, trop provocateurs, trop poseurs, trop tout. Or je savais déjà que leur prestation serait un naufrage. Depuis le départ de Jeff Hanneman, le “massacreur” n’est plus que l’ombre de lui-même, en témoigne un Repentless recyclant à vide un idiome qui ne fonctionne plus. Sur scène, c’est la catastrophe. Kerry King (cette tête à claque, franchement) et Gary Holt ont beau grimacer comme de beaux diables, la sauce ne prend pas. Le son est terne, les compositions déballées sans surprise, et Araya fait peine à voir, fatigué, comme perdu au milieu de ses acolytes. La rythmique ne bouge pas d’un iota, et c’est là qu’on se rend compte à quel point le thrash peut être mécanique et pénible. Déballé avec hargne et énergie par de jeunes vingtenaires (ça se dit, ça ?) vigoureux et prêts à en découdre, pourquoi pas, et en ce sens, Slayer devait certainement valoir quelque chose il y a trente ans. Mais s’acharner à vouloir jouer les jeunes premiers quand on n’a plus la niaque, ça ne rime à rien, et pire : c’est pathétique. Bref, il est temps d’aller manger et de laisser Slayer s’envaser dans son marasme.


Crédit photo : © Ouest France
Commentaires
Nicolas, le 30/06/2016 à 11:03
Je suis tout à fait d'accord, il est dommage que les amateurs de metal à la rédaction ne soient pas encore venus au Hellfest (et ce n'est pas faute de leur dire que c'est un superbe festival !), mais ils vous feront en revanche un compte rendu du Download sans doute plus "objectif". Pour tout dire, je me suis posé la question de n'aller voir que Black Sabbath dans la journée, mais j'étais intéressé par Kadavar et Rival Sons, raison pour laquelle je suis venu plus tôt. Même ainsi, j'aurais pu choisir de ne faire les live reports que de Kadavar, Rival Sons et Sabbath, mais là encore, j'ai jugé que c'était dommage de ne pas aller au bout de mon ressenti de cette journée dans son ensemble, avec ses points positifs (qui sont bien réels, y compris dans mon ressenti de la scène metal pure et dure). Encore une fois, sans être un fan de metal, j'aime le rock lourd en général... et certains groupes de metal à la marge. Mon but n'est pas de "casser" le metal au profit des groupes heavy extérieurs au genre, certainement pas. Il y a vraiment, je pense, de la place pour tous les styles. Cependant, je ne vois pas en quoi le fait que je n'aime pas Slayer m'empêche d'en parler et d'en dire tout le mal que j'en pense. Chacun ses goûts, il me semble. Pour Gojira, je ne connaissais pas... mais en quoi est-ce un tort ? Faut-il absolument connaître un groupe avant d'aller le voir en concert ? Non, à mon sens, et par ailleurs cela ne m'empêchera certainement pas de réessayer de me frotter à eux à l'avenir. Quant à Ghost, soyons honnêtes, j'ai surtout été très déçu, je m'attendais vraiment à être conquis tant il est vrai que sur disque le groupe sonne bien. C'est sans doute là que le décorum entourant le metal me pèse, ces mises en scène, ces jeux d'images. Ca m'a vraiment gêné, il n'y a pas du tout de spontanéité là-dedans, sans parler du fait que musicalement, même si je me trompe peut-être, je trouve que le groupe tourne en rond. Pour les enfants, bon, on va dire que c'est le détail qui a achevé de me faire basculer dans le "je n'ai pas aimé" alors que j'étais jusque là "mitigé", mais ce n'est pas essentiel, c'est vrai. Et Sabbath a été parfait, rien à dire, on est d'accord. En tout cas merci de votre retour, et qui sait, peut-être à un de ces quatre à Clisson.
mout, le 30/06/2016 à 10:00
Je trouve moyen que la compte rendu du Hellfest soit fait par quelqu'un dont la culture métal est limitée,qui ne connait donc pas Gojira (le dernier album du groupe tout récent ainsi que les précédents fait parti des chroniques d'AlbumRock...) et qui déteste Slayer (pilier du métal, et même si le dernier album est loin d'être leur meilleur, leur prestation a été de qualité,franche hargneuse et directe). Alors ok quand on est pas forcément un grand fan de métal et qu'on se rend au Hellfest ça prouve peut être une certaine ouverture d'esprit mais un "spécialiste" donnerait une version plus authentique des faits selon moi tout en prenant du recul pour faire des comptes rendus honnêtes et pas être juste un fan qui apprécie et pardonne tout à n'importe quel groupe. Mais le Hellfest c'est avant tout ça cet ouverture d'esprit et son éclectisme. La preuve avec Kadavar (j'ai là aussi trouvé la chronique du concert très sévère) et Rival Sons (excellent). J'ai trouvé que la prestation de Ghost était la plus marquante de la journée personnellement. Un super show. Et je vois pas en quoi la présence de gamins sur le dernier morceau est choquant. C'est à prendre au second degré, comme quasiment 90% de la scène métal (Black inclus...) et ces enfants (tous de Clisson il me semble mais à vérifier) ne sont pas venus là de force. Les parents les ont amenés là de leur plein que je sache. Donc où est le problème ??? Quant à BLACK SABBATH c'était génial on est bien d'accord,du début à The End !!! After Forever, Fearies Wear Boots, War Pigs,... TOUT !!!! Bref on peut ne pas avoir le même maillot et avoir la même passion apparemment (il me semble avoir déjà entendu ça quelque part...). Et on est d'accord, l'ambiance, l'esprit, l'atmosphère, la déco (tout simplement OVER THE TOP) sont parfaites au Hellfest. Ce sont d'ailleurs des valeurs qu'il serait agréable de voir, connaitre et savourer un peu plus que 3 jours par an... L'enfer au final n'auraient des vertues positives après tout ? Qui sait... Hell ain't a bad place to be...
Nicolas, le 27/06/2016 à 10:31
Merci Papa. Je ne doutais nullement de votre miséricorde.
PapaEmeritus, le 27/06/2016 à 09:39
Je te pardonne Nicolas
rockfour, le 27/06/2016 à 00:29
superbe compte-rendu du Hellfest et en particulier du concert de Black Sabbath, groupe que je ne verrais certainement jamais sur scène. Dommage!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également