↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Wave Pictures


Instant Coffee Baby


(26/01/2009 - Moshi Moshi - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Leave The Scene Behind / 2- I Love You Like A Madman / 3- We Come Alive / 4- Kiss Me / 5- Instant Coffee Baby / 6- Avocado Baby / 7- Friday Night In Loughborough / 8- Red Wine Teeth / 9- Strange Fruit For David / 10- Just Like A Drummer / 11- I Remembered / 12- January And December / 13- Cassius Clay
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Pour les amateurs de pop décomplexée, d'humour anglais, et de losers de l'amour"
Margaux, le 21/02/2009
( mots)

A l’heure des révélations de l’année, des classements interminables qui te préconisent ce qu’il a fallu écouter, pas de bol : les charts sont passés à côté d'un joyau de la pop anglaise (si l’on oublie le Guardian Awards qui les a fait concourir dans la catégorie meilleur premier album…). Deuxième album donc, pour les Anglais de The Wave Pictures, pas du tout découragés par le manque de succès de leur premier effort. Ils parviennent même quelque peu à élargir leur audience et à faire parler d'eux, notamment en signant sur un label plus important.

Avant la première écoute, les noms des chansons sont déjà en soit, signes de promesse. "Red Wine Teeth" te rappelle le sourire de tes amis quand ils boivent directement au cubi. "Friday Night in Loughborough", ou comment introduire du funky dans une ville qui ne l’est pas. Ou encore l’étrange "Avocado Baby" (le bébé avocat…). Le reste est-il à la hauteur ? Oh que oui ! 

Souvent comparés à Herman Düne, The Wave Pictures font aussi penser à des Arctic Monkeys flematiques, une certaine dose d’audace et d’auto-dérision en plus. L’humour mordant 100% loser n’a pas honte de s’exprimer. "I Love You Like A Madman" est tellement charmante d’ironie et de bouffonerie : Comment détruire une soirée chez les parents de sa bien-aimée en tachant leur tapis de jus de pêches au sirop, sans compter cette promesse d’amour : "I'll buy you (...) Good red wine instead of bad red wine / Next time I’ll remember your birthday". Sur "Strange Fruit For David", une suite logique foireuse est déclamée : "A sculpture is a sculpture /  Marmalade is marmalade / And a sculpture of marmalade is a sculpture / But it isn’t marmalade". The Wave Pictures sont des types absurdes et attachants, un peu comme des nouveaux potes un peu bourrés (ah, ces chœurs sur "Instant Coffee Baby" et ces lalala lala lalaaaa sur "Friday Night In Loughborough").

Le groupe a une sorte de petit esprit branleur, "je fais de la musique parce que c’est cool." Cet album n’est officiellement que leur deuxième, mais depuis leur création en 98, ils ont enregistré une bonne demi-douzaine de CD-Rs, pour le fun, parce qu’ils aiment retravailler et réenregistrer leurs morceaux, en créer de nouveaux. D’où ce côté totalement décomplexé, pas poseur pour un sou. The Wave Pictures n’ont vraiment peur de rien, même pas des solos de guitare bancals lancés à l’arrache en guise de conclusion d’une chanson ("Leave The Scene Behind").

The Wave Pictures est un groupe de gros déconneurs qui se sont découverts un talent pop. Et ils peuvent se féliciter de coller le sourire à n’importe qui, rien qu’en jouant quelques chansons. Mais peut-être qu’en fait il s’en fichent un peu, tant qu’ils peuvent continuer à faire de la musique en se bidonnant un coup.

Si vous aimez Instant Coffee Baby, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également