↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Riven


The Riven


(01/03/2019 - The Sign Records - hard-rock, revival 70's-60's - Genre : Rock)
Produit par

1- The Serpent / 2- Far Beyond / 3- Edge Of Time / 4- Shadow Man / 5- Finnish Woods / 6- Fortune Teller / 7- I Remember / 8- Leap Of Faith / 9- Sweet Child
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"En Suède, la relève du hard-rock psychédélique est déjà en marche"
François, le 13/05/2021
( mots)

Alors que Blues Pills, formation emblématique du revival suédois, patine un peu pour des raisons diverses, The Riven pourrait être amené à lui faire de l’ombre tant les parallèles entre les deux groupes sont aisés à dresser. Origine suédoise, formation similaire menée par une chanteuse puissante et charismatique, pochette (magnifique) à l’inspiration psychédélique, style puisé dans les 1960’s et les 1970’s : tout renvoie au groupe d’Elin Larsson. Du moins, tel qu’il se présentait sur les deux premiers albums, les difficultés et les évolutions qui ont marqué la gestation d'Holy Moly éloignant le combo de son esthétique originelle. La nature ayant horreur de vide, et The Sign Records dopant la scène revival suédoise, The Riven arrive en 2019 avec son premier album sobrement intitulé d’après le nom de ses concepteurs. 


Totta Ekebergh (chant), Arnau Diaz (guitare), Max Ternebring (basse) et Olof Axegärd (batterie) avaient déjà montré leurs talents dans un EP solide en 2017, ils développent leur art dans un ouvrage plus conséquent avec la même direction hard-rock/blues/psychédélique. 


"The Serpent" illustre parfaitement le parallèle établi précédemment avec Blues Pills : rythmique chaloupée, guitare incisive et saturée, Totta Ekebergh au chant rauque et puissant qui fait toute la noblesse de l’interprétation rock/soul féminine (on conseille l’introduction de "Fortune Teller" à ce titre), même le pont qui précédé le solo évoque son grand-frère … Dans cette veine, "Sweet Child" est également une belle démonstration de leurs capacités d’interprétation et de composition. 


Néanmoins, il serait injuste de qualifier The Riven d’imitateur, ce n’est pas notre l’intention, d’autant que le parallèle a des limites. Si l’on retrouve cette touche sur le refrain de "Shadow Man", le riff plein de classe qui mène le couplet, comme le pont plus atmosphérique, nous emmènent dans d’autres sentiers du revival. Ainsi, on passe du rock énergique et efficace d’ "Edge of Time" au folk à touches sudistes de "Far Beyond", un excellent titre hypnotique, dense (grâce, par exemple, à un pont surprenant dans un registre Metal), au refrain enlevé particulièrement bien écrit. On savoure le tempo langoureux de "Finnish Woods", dominé par la basse jusque dans ses passages heavy, qui nous entraîne dans les ambiances qu’on imagine brumeuses et fantasmagoriques des forets nordiques – Lykantropi n’est pas loin, comme la aspérités ésotériques de Lucifer. Sans surprise, la seconde partie du titre est un défouloir guitaristique beaucoup plus chahuté et agressif. Bref, The Riven évite toute redondance, aligne des titres remarquables, et inaugure brillamment sa discographie. 


On n’en finira pas de plébisciter la scène suédoise pour sa richesse et sa qualité, au moins dans le domaine du revival qui, sans être son pré-carré, lui doit beaucoup. Pour ce qui est de The Riven, si l’on en croit les derniers singles (août 2020), le groupe a décidé de faire évoluer sa musique dans une direction prometteuse sans se couper de ce style. Vivement la suite. 

Si vous aimez The Riven, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert