↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Mogwai


Happy songs for happy people


(00/06/2003 - Matador - Post Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Hunted by a Freak / 2- Moses? I Amn't / 3- Kids Will Be Skeletons / 4- Killing All the Flies / 5- Boring Machines Disturbs Sleep / 6- Ratts of the Capital / 7- Golden Porsche / 8- I Know You Are But What Am I? / 9- Stop Coming to My House
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (14 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"L'album le plus abouti des apôtres écossais du Post-rock."
Louis, le 04/07/2006
( mots)

Le Post-rock est un genre à part : une fois tombé dedans, on en sort pas facilement... mais encore faut-il y rentrer. Éloignés du format Radio (3 minutes et quelques), la plupart des titres s'approchent de la dizaine de minutes et sont le plus souvent instrumentaux. Voilà déjà de quoi déboussoler l'auditeur moyen. En effet, le Post-rock n'est pas forcément accessible à tous, mais là n'est pas sa vocation. Si vous n'avez pas peur de tomber dans un univers sonore inconnu des radios francaises et que vous voulez élargir votre horizon musical, plongez les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes dans la musique du XXI ème siècle.

Mogwai est l'un des groupes phares de ce genre musical. Avec Sigur Ros ils sont les précurseurs d'un mouvement qui tire ses influences aussi bien du côté du rock progressif des Pink Floyd que de My Bloody Valentine. Happy Songs for Happy People, le quatrième album du groupe écossais est peut-être le plus accessible, du moins le plus populaire. Mogwai mêle allègremment mélodies planantes et sons saturés. On monte progressivement vers un véritable apocalypse sonore, l'écoute au casque devenant presque impossible sur certains titres ("Stop Coming To My House", "Killing All The Flies"). Le titre d'ouverture, "Hunted By A Freak", donne le ton de l'album. Vagues de guitares guidées par un murmure se faisant de plus en plus pressant tout au long de la chanson, impression d'un vent soufflant à nos oreilles sur une colline déserte d'Ecosse. Mogwai a inventé la ballade du XXIème siècle avec des titres mêlant piano et beats electro ("Golden Porsche", "I Know You Are But What Am I"). Dans les dernières secondes du dernier titre, on commence juste à redescendre, quand le générique des Happy Tree Friends, ce dessin animé Trash de MTV fait irruption. Délire des écossais ? Cet ovni de quelques secondes à peine nous réveille complètement et nous empêche de profiter pleinement de ces quelques dernières secondes post-comateuses.

Happy Songs for Happy People est une réussite sur tous les plans (à part la pochette qui laisse pantois). Le simple fait de lancer le disque nous fait fermer les yeux, un véritable monde musical nous apparait. Apparemment Mogwai prend toute son ampleur lors des concerts ; rien d'étonnant tant on imagine aisément le chaos jouissif que peuvent procurer certains titres en live. Un album qui a sa place chez tout les curieux, peut-être la meilleure fenêtre vers un pan entier du Rock encore trop peu connu. Vous avez encore le temps de vous rattraper Happy People que vous êtes...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Mogwai


Atomic


Critique d'album

Mogwai


Rave tapes


Critique d'album

Mogwai


Les Revenants


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également