↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Michael Schenker Group


Immortal


(29/01/2021 - Nuclear Blast - Hard Rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par

Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Michael Schenker ne déçoit pas pour célébrer ses 50 ans de carrière !"
Alexandre, le 15/02/2021
( mots)

Michael Schenker, guitariste hors-pair, fête le 50e anniversaire d'une carrière musicale très fournie. Il était difficilement imaginable de ne se pas s'attendre à un nouvel album pour célébrer cela. A cette occasion, il fait le choix de s'entourer de nombreux invités parmi lesquels figurent Ralph Scheepers, l'emblématique chanteur de Primal Fear, Ronnie Romero (Lords of Black), Joey Lynn Turner, passé par Deep Purple et Rainbow ou encore Michael Voss (qui officie à la fois en temps que chanteur et producteur). C'est donc avec ce recrutement cinq étoiles que paraît son 27e album, modestement intitulé Immortal… mais il faut toutefois reconnaître que 50 années de carrière confinent, d’une certaine manière, à l’immortalité.


On peut établir un premier constat quant à la participation de Ralph Scheepers : les compositions sur lesquelles il intervient s'éloignent quelque peu des ambiances si caractéristiques de MSG. On y décèle une légère touche "Accept" avec un chant criard qui se rapproche d'un Udo Dirkschneider de la première heure, notamment sur "Devil's Daughter". C'est également avec lui que l'album débute sous les meilleures auspices avec "Drilled to Kill" et sa rythmique martiale, répétitive à souhait, faisant la part la belle aux duels entre Michael Schenker et Derek Sherinian, claviériste de renom (ex-Dream Theater, Sons of Apollo).


Le hard rock "schenkerien" est plus reconnaissable sur des titres plus académiques et assez conventionnels à l'image de  "Don't Die on Me", "Kngiht of the Dead" ou "Come on Over" et flirte parfois avec un rock plus FM avec "Queen of Thornes and Roses" (qui n’a aucun rapport avec la Reine des Epines de la maison Tyrell dans la saga du Trône de Fer), mais le résultat est loin d’être déplaisant, bien au contraire avec ce refrain semi-mélancolique mais très accrocheur.


Sur "Sail the Darkness" Ronnie Romero emprunte les pas d'un Ronnie James Dio : on se croirait presque en compagnie de "Holy Diver" tant du point de vue de la rythmique de guitare que du chant et des intonations de Romero.


Petit détour obligé par une ballade avec "After the Rain" co-écrite par Michael. Si l'on fait abstraction du clip vraiment cliché avec des musiciens qui jouent sous une fausse pluie, le résultat final est très plaisant. Le jeu de Schenker, tout en finesse, fait des merveilles : une intro dans un registre très classique et les arpèges sur les couplets sont vraiment plaisants, les soli plein de feeling. Une composition qui se situe dans la lignée d’un "Love to Love" (UFO) ; un grand moment d'émotion !


Parmi les grands moments de cet opus figure incontestablement la reprise de Scorpions, "In Search of the Piece of Mind", que Michael Schenker avait composé à 14 ans. Cette version 2021 transcende largement l'original tout en apportant quelques ajustements et réarrangements remarquables. La seconde partie qui va crescendo est nettement plus développée : Schenker se lâche et enchaîne les descentes de manche sur des sonorités arabisantes empruntes de mystère, ce qui confère une dimension progressive et épique.  C'est aussi l'occasion pour mettre en scène ses nombreux invités, notamment tous ses "ex" (chanteurs) : Gary Barden, Doogie White, Robin McAuley auxquels s’ajoute aussi Ronnie Romero. Immortal se conclue de la plus belle des manières avec ce superbe titre revisité. Le réenregistrement de la chanson est ici 100% justifié !


Michael Schenker se fait plaisir pour fêter son immense carrière et effectue un retour réussi. Certes, cet album est loin d’être innovant ou révolutionnaire mais il s’écoute avec plaisir !


 

Avis de première écoute
Note de 3.5/5
Michael Schenker Temple of Rock, Fest, Group ... On peut se perdre dans les identités multiples que prirent les formations de la carrière solo du virtuose allemand, mais on peut comprendre que c'est sous le fameux MSG qu'il fasse paraître cet album anniversaire, célébrant ses 50 ans de carrière (comprenant donc ses passages par Scorpions et UFO). Du reste, il est fidèle à la formule "MSFest" en s'entourant d'une partie des nombreux musiciens qui l'ont accompagné, notamment au chant où c'est une véritable noria (à un autre poste, parmi les invités, on notera également Sherinian qui vient offrir un chorus dont il a le secret). Pour ce qui est de la musique, attendez vous à du heavy explosif dans la veine de ce qu'il fait depuis dix ans (une des plus belles période de sa carrière), avec des refrains épiques, des claviers ampoulés, et bien sûr des soli inspirés et véloces. Tantôt très direct et brutal, à d'autres moments plus apaisé (avec une dose de kitsch, sans excès), Schenker montre qu'il a de la ressource et un vrai talent pour trouver des mélodies efficaces. A noter une belle surprise pour clore cet opus, pour les amateurs de Scorpion : une excellente version de "In Search of Peace of Mind" (Lonesome Crow, 1972).
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également