↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Dropkick Murphys


Going Out In Style (Live At Fenway Edition)


(13/03/2012 - Born & Bred Records - Punk Celtique - Genre : Ska / Punk)
Produit par Ted Hutt

1- Hang 'Em High / 2- Going Out In Style / 3- The Hardest Mile / 4- Cruel / 5- Memorial Day / 6- Climbing A Chair To Bed / 7- Broken Hymns / 8- Deeds Not Words / 9- Take 'Em Down / 10- Sunday Hardcore Matinee / 11- 1953 / 12- Peg O My Heart / 13- The Irish Rover / 1- Hang 'Em High / 2- Sunday Hardcore Matinee / 3- Deeds Not Words / 4- Going Out In Style / 5- Broken Hymns / 6- Peg O My Heart / 7- Tessie / 8- Cruel / 9- Climbing A Chair To Bed / 10- Take 'Em Down / 11- Devil's Brigade / 12- Boys On The Docks / 13- The Dirty Glass / 14- State Of Massachusetts / 15- Kiss Me I'm Shitfaced / 16- Time To Go / 17- I'm Shipping Up To Boston / 18- TNT
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un album original et un live mémorable. Que demander de plus?"
Didier, le 28/05/2012
( mots)

Le hasard du calendrier des sorties de disques fait parfois très bien les choses. Oubli, paresse ou agenda trop chargé, le fort bon sixième album des Dropkick Murphys, Going Out In Style, n’avait pas fait l’objet d’une chronique en ces pages à l’époque de sa sortie au printemps 2011. Le voilà pourtant de retour en force dans les bacs, doublé cette fois d’une captation live des Murphys lors de l’une de leurs deux prestations au prestigieux Fenway Park, le stade des légendaires Boston Red Sox. Le double album et son joli coffret se monnayant à un prix bien inférieur au seul album à l’époque de sa sortie, les distraits et les pingres ont pour une fois eu raison.

Inutile d’épiloguer plus que de raison sur l’excellent Going Out In Style. Présenté un peu malheureusement comme un album concept qui retrace l’existence - fictive mais inspirée de faits réels - du dénommé Cornelius Larkin, le sixième opus des Bostoniens s’affirme en réalité comme un impressionnant projet narratif, doublé d’une volonté constante d’innover en termes de création musicale. Les titres se succédent tels les chapitres d’un ouvrage un peu foutraque reprenant les étapes clés de l’existence d’un Irlandais émigrant aux Etats-Unis au début du vingtième siècle. Basé sur les témoignages d’amis et de membres de la famille du combo - qui n’a jamais caché sa fascination pour l’Eire de ses racines – et doublé d’un travail purement littéraire de l’auteur Michael Patrick McDonald qui signe dans le livret intérieur de l’album ni plus ni moins que l’oraison funèbre dudit Larkin, Going Out in Style ouvrait pas mal de portes. Littéraires tout d’abord, puisque Mc Donald ne fait plus de secret de son envie de tirer un roman dont Cornelius serait le héros, mais musicales surtout. Car si les Murphys ont fortement évolué depuis leurs débuts oï il y a plus de 15 ans déjà, ils n’ont visiblement pas l’intention de thésauriser outre mesure sur leur image de groupe celtique braillard, mêlant chansons à boire, hymnes sportifs ou reprises de classiques du pays du Trèfle. La preuve par des compositions osées, telle "Going Out In Style" (le morceau) où Fat Mike de NOFX et Chris Cheney de The Living End s’invitent pour un brin de causette, le poignant "Memorial Day" ou l’impérial "Peg O My Heart" avec Bruce Springsteen en choriste surprise, excusez du peu. "1953" et "Broken Hymns" explorent plus classiquement la veine irlandaise alors que la reprise festive de"Irish Rover" offre un en-cas des plus amusants.

Bref, un album mature qui s’inscrit parfaitement et intelligemment dans la lignée de ses prédécesseurs. Et treize titres à l’image d’un groupe qui a finalement parcouru un fameux bout de chemin depuis ses débuts dans les bars glauques du Boston profond pour finalement atterrir, aux Etats-Unis encore plus qu’en Europe, en haut de l’affiche et des charts, avec un contrat signé pour une major du disque à la clé.

Cette progression et ce succès obtenu à la sueur de concerts endiablés aux quatre coins de la planète sont parfaitement illustrés dans ce Live at Fenway qui s’avère bien plus être un témoignage de cette route vers le succès qu’un simple supplément à vocation commerciale. La symbolique d’abord, celle d’un groupe qui, plutôt que d’habiter Boston en est devenu un symbole. "Tessie", désormais hymne officiel des Red Sox, peut-il prendre toute sa dimension ailleurs que dans l’antre de la légendaire équipe de baseball qui fait rêver tout le Massachussets ? Les titres choisis ensuite. Si Going Out In Style se taille la part du lion de la prestation offerte ici, des morceaux désormais aussi légendaires que "State of Massachussets", premier numéro un indépendant américain du groupe, "Shipping Up To Boston", hymne repris pour la bande originale du film The Departed, et "TNT", coup de poing ravageur des débuts des Dropkick sont également au menu. Folklore, engagement social, respect de la tradition et prestation scénique tonitruante, comme pour nous rappeler à quel point les Murphys font désormais partie des meubles et du patrimoine musical de leur époque.

Une introduction parfaite au monde des Bostoniens pour ceux qui y auraient incroyablement échappé jusqu’ici, un indispensable pour tous les autres.

Si vous aimez Going Out In Style (Live At Fenway Edition), vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également