↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Amy Macdonald


A Curious Thing


(08/03/2010 - Mercury - folk rock - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Don't Tell Me That It's Over / 2- Spark / 3- No Roots / 4- Love Love / 5- An Ordinary Life / 6- Give It All Up / 7- My Only One / 8- This Pretty Face / 9- Troubled Soul / 10- Next Big Thing / 11- Your Time Will Come / 12- What Happiness Means To Me
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Amy revient, et nous prouve que trop de production tue parfois la spontanéité..."
Elise, le 01/06/2010
( mots)

Amy MacDonald est de retour, avec sur les épaules le poids d'un premier album à succès. Pas facile à 21 ans de régner sur les charts anglais quand on a simplement voulu chanter avec sa guitare. Mais voilà, la pop-folk fraîche d'Amy a séduit, et pour ne pas perdre ses nouveaux fans, elle doit enchaîner. Voici donc A Curious Thing, deuxième album enregistré dans les studios de Paul Weller (The Jam) avec lequel elle s'offre en prime un duo. Ce retour était attendu, et se révèle sans surprise. L'artiste n'a pas cherché à se renouveller et livre toujours les mêmes ballades qui ont fait son succès. Rien de mal à celà... si la spontanéité et la fraîcheur avaient suivi. Seulement, avec une production aussi léchée, on sent le simple objectif de régner sur les ondes FM. Et la sincérité en prend un coup. 

Car ce qu'on aime chez Amy, c'est sa capacité à poser sa superbe voix sur des mélodies simples qui vous donnent l'impression d'être jouées pour la première fois encore et encore. Paradoxal certes, mais c'est l'effet de la spontanéité. Ici, les compositions écrites toujours en guitare-voix ont été enrichies de multiples arrangements et n'évitent pas le trop-plein. Si le single "Don't Tell Me That It's Over" suit assez bien la lignée de This Is The Life, on découvre rapidement un album assez inégal.  En tentant un virage plus rock, Amy tombe par mégarde dans le pop-rock bas de gamme. Dès "Spark", on réalise que cette voix ne se marie pas merveilleusement avec la guitare électrique,"Give It All Up" renforce cette impression, mais "Next Big Thing" laisse entrevoir un espace de jeu pour chacune. 

Mais les meilleurs amis d'Amy restent la guitare acoustique et la batterie accrocheuse. Les meilleurs titres d'A Curious Thing sont ainsi des morceaux pop-folk enlevés ("Love Love", "An Ordinary Life", "This Pretty Face") ou des ballades romantiques ("I Got No Roots", "Troubled Soul", "Your Time Will Comes"). Ceci n'empêche pas quelques ratés, ici le titre "My Only One", mais aussi une réussite plus marquée que les autres, le sobre "What Happiness Means To Me", où Amy délaisse la guitare pour le piano, une excellente idée. 

Malgré tout, peu de titres se détachent vraiment de ce second album un peu trop calibré. Amy MacDonald semble avoir cédé aux appels radiophoniques, délaissant ce qui faisait son charme. A Curious Thing reste un album agréable à écouter, mais on s'en lasse rapidement, frustré de ne pas retrouver le souffle d'air frais porté par This Is The Life.

Si vous aimez A Curious Thing, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Amy Macdonald


This is the life


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également