↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


From the Inside


(17/11/1978 - Warner Bros - - Genre : Hard / Métal)
Produit par David Foster

1- From The Inside / 2- Wish I Were Born in Beverly Hills / 3- The Quiet Room / 4- Nurse Rozetta / 5- Millie and Billie / 6- Serious / 7- How You Gonna See Me Now / 8- For Veronica's Sake / 9- Jackknife Johnny / 10- Inmates (We're All Crazy)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 1.5/5 pour cet album
"Vol au-dessus d'un nid de Toto"
François, le 21/04/2021
( mots)

Je ne suis pas du genre à apprécier la petite histoire ou l’anecdote à propos d’un artiste ou d’un groupe, notamment quand elle touche à l’histoire personnelle au point d’en devenir sordide. Néanmoins, quand elle explique à ce point un parcours et qu’elle enrobe un album, il est impossible de la négliger.


Vincent Furnier, en plus d’avoir une activité artistique schizophrène avec le diabolique Alice Cooper, est travaillé par un démon bien plus redoutable, l’alcool. A côté de la plaque lors de l’enregistrement et la composition de Lace and Whiskey, il en était au point où sa carrière pouvait être remise en cause si bien qu’il dut se rendre dans un institut spécialisé pour se soigner. Il y mène une étude anthropologique en bon Foucauld du rock et ce sera le sujet de son nouvel album, From the Inside. Une triste parenthèse de sobriété puisque la cocaïne prit rapidement le relais, et l’alcool coulera de nouveau à flot l’entraînant au plus proche des rives du Styx, preuve de la place des addictions dans sa carrière, mais c’est une histoire à suivre. 


En attendant, séparé de Bob Ezrin mais pas de ses fidèles partenaires, il s’entoure également de musiciens aguerris ayant accompagné Elton John (?!), mais également certains issus de Cheap Trick et Toto. Si à ce niveau vous envisagez déjà le programme FM de l’album, vos a priori vont hélas s’actualiser … Il est étonnant que cet opus soit particulièrement apprécié par les amateurs de Cooper tant il dégouline souvent de guimauve FM. Certes, son côté introspectif, son concept bien développé et très personnel, expliquent cet attachement : d’ailleurs, au-delà de la référence explicite à Vol au-dessus d’un nid de coucou à travers une photographie, la pochette est plutôt bien pensée entre un asile fermé et une fenêtre ouverte sur l’individu. Mais tout de même ... Surtout que musicalement (entendre au-delà des paroles), seul "Inmates (We’re All Crazy)" incarne le sujet …


Du reste, que dire … Prenons "Nurse Rozetta", qui devint un classique grâce à un jeu de scène un peu discutable : de la basse slappée aux claviers, au petit effet sur les arpèges, tout converge vers les années 1980 à grand pas, et pas les plus brillantes. Et à la limite, on peut y trouver un petit intérêt, rien à voir avec les ballades tristement et dérisoirement fades et ridicules comme "The Quiet Room" (écoutez ces chœurs), "Millie and Billie" (duo féminin de choix …), "How You Gonna See Me Now", "Jacknife Johnny" … Une véritable soupe au marshmallow, franchement, et sur la moitié de l’album ! 


On relève un peu la tête pour du Cooper classique, très ricain et rock’n’roll sans grande inventivité ("Wish I Was Born in Beverly Hills"), du rock heavy pour stade où le mauvais goût est de mise ("Serious" - quoique le riff est plutôt bien pensé par moment – "For Veronica’s Sake", et les débuts totoïsant de "From the Inside"). Ce ne sont pas quelques plans de guitare intéressants, si l’on prend vraiment le temps de s’y arrêter, qui sauveront quoi que ce soit. Son entourage a visiblement déteint sur lui, faisant de l'album une mauvaise blague de Toto. 


Je cherche vraiment ce que From the Inside a de mieux que Lace and Whiskey : si celui-ci était un peu terne, quelques titres valaient le détour et l’ensemble n’était donc pas globalement honteux. Ici, entre les titres rock totalement FM et sans âme, et le rosaire de ballades sirupeuses ou/et lassantes dès la première note, on ne demande qu’à sortir, vite, avant de se frapper la tête contre les murs. C’est bien Cooper pourtant, je ne suis pas fou ? 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Detroit Stories


Critique d'album

Alice Cooper


Dragontown


Critique d'album

Alice Cooper


Brutal Planet


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert