↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Aaron Keylock


Cut Against The Grain


(20/01/2017 - - Rock n' roll man - Genre : Rock)
Produit par

Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un premier album qui annonce (peut-être) la relève du blues-rock"
François, le 29/06/2021
( mots)

Eté 2015, Angleterre, première édition du Ramblin’ Man Fair. Tous les courants du rock sont représentés, du Hard-rock au rock progressif, du blues-rock au revival plus classique. A côté des antiques - Scorpions, Greg Allman ou Marillion, on retrouve les modernes - Rivals Sons, Blues Pills ou The Temperance Movement. 


Parmi ceux-ci, jouant sur la plus petite scène protégée par un chapiteau, devant une foule compacte cherchant avant tout à se protéger d’une averse, Aaron Keylock fait figure d’outsider. Associant le physique de Geddy Lee au jeu de Rory Gallagher, Aaron Keylock enflammera son public et s’avérera être une révélation pour beaucoup en son sein. Face à son jeu époustouflant et à son énergie débordante, nul n’est resté indifférent, en témoignèrent les conversations post-performance. 


En janvier 2017, Cut Against the Grain inaugure sa discographie – Keylock a alors 17 ans. Il possède quelque chose du jeune prodige du blues-rock, style qui, il faut bien le reconnaître, en a vu passer un certain nombre. 


La pochette psychédélique fait davantage référence au côté retro qu’au style qu’il pratique, habitué à une sobriété en la matière. Qu’elle ne refroidisse pas l’amateur de blues-rock qui trouvera ici largement de quoi se contenter à travers les slides délirants et l’harmonica de l’excellent "Medicine Man", la fougue de "All the Right Moves" aux aspérités Aerosmith-iennes, la lourdeur aux pointes marécageuses de "Down". Bref, Aaron Keylock envoie un blues-rock énergique aux notes virevoltantes – et dans le genre, la tornade "Against the Grain" se pose-là et constitue un cœur d’album en forme de pinacle. 


La référence à Gallagher dépasse le titre de l’album (Against the Grain est un disque du bluesman irlandais sorti en 1975). En effet, comme son ainé, il déploie un jeu virtuose et met en place des circulations entre un blues-rock saturé et un blues plus traditionnel ("Falling Again" - au moins dans un premier temps, le conventionnel "Just One Question" à la Gary Moore), quand il ne se situe pas pile au croisement entre ces deux perspectives (l’exaltant "Sun’s Gonna Shine" aux accents texans). Il s’essaye même à des lignes mélodiques plus modernes ou accrocheuses pour un public élargi ("That’s Not Me", le lancinant "Try", le refrain de "Spin the Bottle" - un titre par ailleurs très efficace) sans trahir son propos. Tradition et évolution sont ici réunies pour prolonger la geste du blues-rock, même s'il faut bien le reconnaître, Aaron Keylock s'émancipe peu des canons du genre.  


Cut Against the Grain avait été un petit événement dans le monde du blues-rock, en tout cas, il avait permis au guitariste/chanteur de se faire repérer par les amateurs. Désormais membre du groupe Keylock qui tourne depuis quelques années et devrait sortir un album dans les mois (années ?) à venir, Aaron Keylock a le potentiel pour devenir une référence de la scène revival mondiale. Un artiste à suivre de près donc. 

Avis de première écoute
Note de 3/5
Du blues-rock honnête de la part d'un jeune gratteux qui taille des riffs bruts et les cisèle à grands coups de slide guitar acérée. Ca sonne, ça groove, ça a son p'tit accent anglais aguicheur mais ça ne révolutionne rien de rien.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert