↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Les Eurocks 2002


Jérémie, le 17/09/2002

VENDREDI : PLEYMO - NOISE CONSPIRACY - MCLUSKY - NOIR DESIR - ARCHIVE - SOULFLY - ALEC EMPIRE.

Après avoir rapidement fait le tour, on arrive sur la grande scène. Il fait toujours aussi beau. Et ça commence avec Pleymo... Les premiers sons qui sortent du mur d'enceinte de la grande scène, la musique manga, comme pendant leur tournée. Et Tank Club qui commence... Alors voilà, Pleymo ne me fait pas forte impression. Je les avais vu à Nantes et là j'avais été enchanté mais sur le coup, je ne les ai pas trouvé terrible. La première chose était l'ambiance, forcément en plein jour c'est différent. Et puis Kemar, le chanteur, n'avait pas l'air en forme, comme s'il était malade et donc forcément, ça se ressentait... Ils nous font cependant un show honorable, avec le fameux Braveheart au milieu (ils s'inquiètent de savoir s'il n'y a pas eu de blessé. J'avoue y avoir perdu un bouton de chemise). Petit détail : une fille déchaînée demande qu'on lui fasse de la place pour avoir une bonne piste d'élan et défoncer le dos de la fille qui était devant elle... à part ce détail, c'était bonne ambiance. ;) Après, direction sous le Chapiteau pour voir les Suédois de The (International) Noise Conspiracy. Là, c'est du bon, du garage rock comme on l'aime, avec des guitare explosives, un chanteur qui crie dans son micro, un groupe sympathique en général. Le chanteur joue avec son micro, le balance et le rattrape un douzième de seconde avant de crier dedans, il monte sur les amplis et fait des sauts très impressionants. C'est dynamique, c'est punchy, c'est rageur, c'est excellent ! Evidemment, leur discours politique anti mondialiste est un peu altéré à cause de la barrière de la langue. Du bon noise comme on l'aime, qui débouche le cerveau et les oreilles. Sur ce coup là, je suis franchement convaincu et je repars en me disant que leurs albums ne me passeront pas sous le nez la prochaine fois... Un p'tit tour sur La Plage (une des quatre scène, qui se trouve... sur du sable, tout simplement) pour voir McLusky. Un groupe de bourrin assez sympa, qui brille par leur discours ("What a beautiful place... The sky is blue... the sun is shining"), leur chanson sont pareilles, remplies de non discours, l'air de dire tout ça c'est d'la merde... Du côté du son, c'est du punk rock qui déchire les oreilles, plutôt sympathique, pas dans le style "on est des gros méchants, rââââââââ", mais plutôt on s'éclate à faire du gros son, j'te joue une chanson entière par terre parce que je me crève trop sur scène... Bref, un trio anglais qui a l'air de se foutre de tout (même du fait d'être là), mais qui carbure au gros son guitare / basse / batterie. Ensuite, un des gros morceaux de la soirée : ces messieurs de Noir Désir. C'est fou ce que ça peut faire du bien de les voir sur scène. On les voit partout, tout le monde en parle et enfin, ce soir, ils sont là rien que pour nous. Je ne suis pas fan, mais j'apprécie de loin ce qu'il font, tant leur musique que leur discours. Ils commencent avec des chansons de leur dernier album, tranquilles, calmes, du genre que l'on écoute avec attention... mais au bout d'un temps, on se lasse et on attend les trucs qui bougent un peu plus, ceux sur lesquels ils s'arrachent les tripes et les cordes vocales. Dès que ça s'envole un tout petit peu, dès qu'une guitare se sature un peu plus qu'à l'habitude, c'est du grand. Ce sont des grands, c'est indéniables, même sur les chansons calmes, quelques riffs un peu plus appuyés confirment vraiment leur talent. Ils ont quelque chose. Un je ne sais qui fait qu'on ne peut plus douter d'eux. Ils sont... bons. Ils nous font le coup du faux rappel, genre au bout de 6 chansons on fait semblant de partir. Bon, pourquoi pas, meme si on est pas dupe (et le coup de la "pause", ça me fait un peu rire, mais bon, puisqu'on les aime !). Et puis après, quelques tubes, alimentés par la pure voix de Bertrand Cantat, qui n'hésite pas à se déchirer les cordes vocales pour son public. Waw ! Et là ça explose, leurs chansons cultes, en live. C'est beau, c'est bon. Tout simplement. J'aurais juste aimé les voir du temps ou ça explosait tout le temps de la sorte, leur chansons calmes ne sont pas inintéressantes mais là où ils excellent vraiment, c'est dans les riffs ravageurs, quand ils crient leur rage. Mais encore aujourd'hui, ils sont capables de se renouveler et de faire quelque chose de bandant ;). Après, on redescend sous le chapiteau pour aller voir Archive, mais comme Lilian vient d'arriver et qu'on doit se retrouver (près du stand Ice Tea), on en loupe pas mal. Quel chieur ce Lilian ! (le pauvre, il écoutait Noir Désir en dehors du festival, assis sur des rochers comme un poète maudit, quand une vieille dame qui passait dans le coin lui offrit un billet... c'est beau... et Lilian - pourtant parisien depuis plusieurs générations - d'offrir à la dame un billet de dimanche qu'il avait en rabe. Vive la musique.). Hum... bref, donc Archive. Sur scène, ils sont... beaucoup. Leurs chansons sont relativement calmes mais s'envolent parfois tout doucement, vers une violence sonore toute en douceur. Bon à la longue c'est un peu lassant, c'est peut-être trop lent et ça se répète peut-être trop souvent mais ils sont très convaincant dans leur style... Maintenant, nous allons avoir à faire au second gros morceau de la soirée : Soulfly. Il paraît que c'est culte... sûrement si l'on compte le nombre de personnes avec un maillot brésilien marqué Soulfly dans le dos (certains sont restés au Sepultura mais bon, on leur en veut pas). Au risque de choquer certains moi je connaissais que de nom ! Alors on va bien voir ce que ça vaut. Oh surprise, on dirait du métal ! Bon ben c'est vrai que c'est marrant, ça permet de se défouler. Ils jouent au méchant, saturent leur guitare comme des tarés et font des gros Râââââââââââââââââââââââââââââââ tout le temps. J'avoue avoir un peu de mal à comprendre comment ça peut être culte, c'est toujours marrant de se retrouver au milieu de plein de fans qui hurlent de satisfaction dès qu'ils entendent les premiers riffs d'un morceau (alors que pour moi qui n'y connait rien, forcément, c'est la même chose que le morceau d'avant). Cependant, quand on est dedans, c'est marrant de hurler et de sauter tous ensemble, moi je me marre bien, surtout sur la seule que je connais ("Jump Da Fuck Up", qui n'est pas d'eux mais de SlipKnot, comme quoi je suis vraiment un inculte de Soulfly). Par contre du point de vue musique, je ne trouve rien d'original... ce n'est pas parce que c'est du métal, j'aime certains groupe de métal. Mais là, je ne suis pas convaincu. C'est juste excellent pour finir la soirée et se défouler... Ah oui ! En rentrant, on fait un petit détour par La Loggia pour voir quelques instants... ces gros tarés d'Alec Empire ! On a du resté deux minutes parce qu'on était crevé et que eux, ils t'explosent les oreilles comme c'est pas permis ! Ils font de... l'électro rage punk ? Ouais, ça pourrait être un bon résumé. Grosso modo, tout est hyper saturé, les oreilles ne distinguent rien, le chanteur hurle à s'en déchirer les cordes vocales comme j'ai rarement vu ça, c'est impressionnant de rage, de sons mécaniques, explosifs au plus haut point, de cris, de... on ne reste pas longtemps, mais on se dit qu'il faudra penser à suivre ces tarés dont le nom ne m'était déjà pas inconnu... Voilà, on peut enfin rentrer au camping... Les jambes sont lourdes, les oreilles n'ont pas si mal que ça mais ont été bien nourries par cette première soirée à Belfort... La queue pour les navettes qui nous ramèneront au camping n'est pas très longue. C'est agréable de voir une bonne organisation... Cinq minutes d'attente et c'est bon... Arrivé on camping, je suis presque surpris de voir que ce n'est pas la grosse décadence d'alcool et de drogue que je m'étais imaginé, quelques jumbés font du bruit, on entend des cris au loin, mais rien de plus terrible que ça... On bouffe un peu (ouais, ça donne faim les concerts !!!). Et on s'endort... demain est un autre jour, demain est le jour des Chemicals...
En savoir plus sur Muse, Noir Désir, Astonvilla, Pleymo, Travis
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également