↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

La Route du rock 2004


Jaakk, le 15/09/2004

L'Ambiance du Terroir

Listening à la ferme


Il y a maintenant deux semaines, nous quittions les douves du Fort de Saint Père la tente sur le dos après trois journées de concerts. La 14ème édition de la Route du Rock n'aurait su se contenter des soirées. La musique, c'était du 24H sur 24.
Sous le soleil, sous la pluie, dans la boue, dans la mer : une édition tout terrain, pour le plus grand plaisir du festivalier moyen. Dans un cadre bucolique, il aura su apprécier les choses simples, la frêle tente posée sur l'herbe verte, les douches derrières des paillasses, le tracteur-ramasse-poubelles (félicitations aux organisateurs!) et la franche camaraderie avec le congénère, toujours prêt à le dépanner d'une petite gorgée. La Route du Rock est en effet, un savant mélange de simplicité et de qualité. Gentiment posé dans la campagne bretonne, le festival a fait son trou. Il affiche aujourd'hui une belle régularité dans la qualité de sa programmation et a su garder une dimension humaine bien agréable.

Journées atypiques


Autant dire que le festivalier ne s'ennuie pas. Sa journée type est une expérience à part entière qu'il faut absolument découvrir si ce n'est déjà fait.
11h. Les balances te parviennent aux oreilles, t'émerges un peu difficilement, il faut bien l'avouer. On comprendra pourquoi quand j'en arriverai au récit de la soirée... Un bout de brioche te parvient, béni soit le Seigneur! Au sein de la procession jusqu'à l'océan (à quelques kilomètres de là), tu contemples à l'envie tes congénères. Largement rassuré sur ton état, tu oses la traversée parking-plage parmi les gens normaux. Sur le sable, tu retrouves le son, l'or pour tes petites oreilles avides de décibels! Cerise sur le gâteau, tu peux te baigner sans quitter ce son providentiel. A vrai dire, tu ne comprends pas forcément ce qui t'arrives. La zik tourne en permanence et attire à elle les pèlerins au bracelet bleu. Pourquoi n'est-ce pas comme ça d'habitude la Plage?
Retour au camping, bière, douche, bière, sandwich, bière. Les concerts ont commencé, il est temps d'y aller. A partir de là, un paragraphe ne suffira pas pour raconter les heures de live, c'est pourquoi j'invite l'intéressé à longuement parcourir la suite de ce dossier. Sachez simplement que savamment mis en forme par un tel début de journée, on n'apprécie que mieux les heures de concerts et qu'en cas de coup dur, la bière et les diverses ripailles sont là pour tenir. Gare au lendemain matin...

Un moment de bonheur


Il faut bien le dire, le pass presse a ses avantages. Outre le fait d'éviter la queue à l'entrée, c'est surtout celui de pouvoir assister au conférences dont je parlerai ici. Celle de TV on the Radio, en l'occurrence, fut l'occasion d'entendre un avis de l'intérieur sur la scène New-Yorkaise. En face de nous, trois mecs : David Andrew Sitek (multi-instrumentiste, producteur du maxi des Yeah Yeah Yeahs), Tunde Adebimpe (chant), et Kyd Malone (guitare, chant). A la question de la rupture 'anciens'/'nouveaux' (comprenez The Whites Stripes, The Strokes.../ The Raptures, The Kills, Yeah Yeah Yeahs), les trois musiciens expliquent qu'il s'agit d'une histoire montée en épingle par la presse. Ils préfèrent parler d'un 'flux New-Yorkais', une envie de mélange d'influences, consécutif à un excès de beats électros simplistes, 'POUM! POUM! POUM! POUM!' selon leurs propres mots. Ils sont potes avec pas mal de groupes, bouffent et fument ensemble, d'où une belle émulation.
Quelqu'un leur demande s'ils auraient deux-trois groupes à conseiller que nous n'aurions pas l'occasion de connaître en Europe. A vos stylos : Label 'NarNack', groupe AD (non signé), Birdland, Love Life.
Concernant le contenu engagé de leur album, ils expliquent qu'ils ne sont pas un groupe politiquement engagé à proprement parler, mais qu'ils ne pouvaient tout simplement pas faire autrement, compte tenu des événements du moment. Ceci dit, ne comptez pas sur eux pour des chansons d'amour mièvres, une fois ces événements passés. La conférence se termine, une dernière demande de l'interprète : il connaît leur talent a capella et leur demande donc un petite morceau à froid. Ils se font un tout petit peu prier, puis se lancent. Un petit air sifflé, puis deux voix se posent et se mêlent sur le break-beat du troisième de la bande. Un pur moment de bonheur!
Sans le savoir, à ce moment précis, Nouvelle Vague réalisaient eux aussi une prestation très appréciée sur la plage, avec une baignade live pour la chanteuse Camille. On ne peut pas tout avoir. C'est la dure règle des festivals!
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également