↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview de Temples à La Route Du Rock


Clément, le 10/10/2017

Après un Sun Structures très bien accueilli par la rédaction puis un d'autant plus merveilleux Volcano absolument encensé cette année, les anglais de Temples poursuivent leur tournée en passant par la ville corsaire de Saint-Malo. Et plus exactement dans son réputé festival de rock indépendant : La Route du Rock, auquel la rédaction avait été invitée. Le groupe nous a alors accordé un peu de son temps pour une interview avec James Bagshaw (chanteur) et Sam Toms (batteur) que vous pouvez retrouver en vidéo ci-dessous (nous vous prévenons, un problème technique l'a rendue assez spéciale). Mais également traduite en texte pour ceux qui ne seraient pas en mesure d'avoir du son. Le groupe nous y fait d'ailleurs part d'une information exclusive ! Amis du rock, enjoy !



Albumrock : Comment décririez-vous votre approche sur Volcano en comparaison à Sun Structures, l'album précédent ?


James Bagshaw : Le processus est relativement le même. C'est-à-dire que ce n'est pas calculé. On ne s'est pas organisé pour faire un album d'une manière précise avec un son précis. C'est simplement quand nous avons commencé à avoir un ensemble d'idées de chansons que ça s'est développé en quelque sorte. Le son de cet album, tu vois ? Sun Structures avait un son très particulier et cet album également. Mais c'est très similaire dans le sens où nous avons découvert ce son en jouant peut-être 3 ou 4 chansons. Puis soudainement c'est comme si elles avaient une identité. Puis d'autres chansons sont arrivées et nous avons su comment les "habiller" et comment elles devaient sonner.


AR : Y a-t-il quelque chose en particulier qui a influencé ce virage artistique ? Dans le sens où Volcano paraît plus produit et plus électronique.


J.B : Je dirais en fait plutôt l'opposé. Je dirais que le premier album est certes moins "produit" mais il se cache derrière beaucoup d'effets. Alors que cet album (Volcano) est un peu plus "direct". Donc c'est un peu en quelque sorte... Un peu plus net, plus propre sur les bords. Un peu plus "raffiné". Avec peut-être plus de définition. Et je pense qu'au delà d'une influence, ce que l'on voulait c'était faire quelque chose qui était un album "moderne". Qui serait peut-être davantage futuriste que nostalgique. Et ensuite jouer avec des sons analogiques pour par exemple faire sonner une guitare comme un synthétiseur. Donc la plupart des sons que tu entends et que tu penses électroniques ne le sont pas. Ce sont des guitares manipulées avec du fuzz et du vibrato pour les faire... Je suis en train de balancer toutes nos astuces là. (rires) Pour les faire sonner comme des synthétiseurs. Donc c'est en quelque sorte jouer avec la perception de comment les instruments devraient sonner.


AR : Comment évolue vos relations en tant que groupe avec cette croissance fulgurante ?


J.B : On est un peu tous mariés ensemble non ?


Sam Toms : Oui.


J.B : Et on divorce parfois.


S.T : Comme une famille oui. C'est une relation d'amour et de haine. Mais c'est sain je pense.


J.B : Ca donne une certaine énergie. De faire des concerts... et des interviews... (rires). C'est un peu cliché mais j'imagine que nous grandissons en tant que groupe. Et on manage ensemble le stress du jetlag, etc. Mais bon ce sont un peu des problèmes de riches donc on ne devrait pas se plaindre.


AR : Avez-vous remarqué la rivalité grandissante entre vos fans et ceux de Tame Impala sur Internet ? Qu'en pensez-vous ?


S.T : Non, pas du tout. Mais nous sommes deux groupes totalement différents. Je ne vois pas vraiment la comparaison. Certes il y a des éléments similaires mais ... Il y a eu ce drôle de concert. Avant que l'on commence à jouer, la foule criait : "Vous n'êtes qu'un Tame Impala de m**de" (rires). Ca nous a juste fait rire. Ce n'est pas vraiment une rivalité. S'il y a quelque chose c'est plus que l'on s'influence mutuellement. Je ne sais même pas s'ils ont déjà écouté notre musique.


J.B : Lors de ce concert je suis allé sur scène et je leur ai dit "Vous savez quoi ? C'est vrai. Nous sommes un Tame Impala de m**de. Nous le sommes. Mais nous sommes de brillants Temples. Alors pourquoi voudrait-on être Tame Impala ?" Nous sommes notre propre groupe donc nous serions un Tame Impala de m**de si nous essayions de faire leurs chansons.


AR : C'est plutôt bien dit.


J.B : Les gens peuvent parler autant qu'ils veulent sur les forums on ne le verra jamais.


S.T : C'est simplement un groupe de personnes. Ca ne nous atteint pas vraiment.


J.B : C'est mieux que de n'avoir personne qui parle de nous. Il y a quelque chose de beau dans le fait que les gens se passionnent pour la musique. Ca rappelle l'époque Blur-Oasis où les gens disaient "Oasis c'est de la m**de". Et les fans d'Oasis disaient pareil pour Blur. Et je pense que l'industrie a besoin de ça. Donc ils ne devrait pas se contenter de le dire sur Internet, ils devraient le dire en vrai.


S.T : Et puis il y avait probablement beaucoup de personnes qui aimaient Blur ET Oasis. Mais oui, au final, Tame Impala c'est de la m**de et on est bien meilleurs qu'eux ! (blague)


AR : Des groupes sur le festival de La Route Du Rock que vous souhaitez voir en particulier ?


S.T : Oui ! Pleins !


J.B : Black Lips.


S.T : The Jesus & Mary Chain, Parquet Courts.


J.B : Le line-up est très bon donc il y a sûrement des groupes que nous ne connaissons pas et qui valent le coup. Je pense que l'on va aller voir ce qu'il y a.


AR : D'autres projets déjà prévu après Volcano ?


J.B : Non pas vraiment. On va sortir un peu de musique à nouveau. En fait je ne sais pas si on a le droit de t'en parler mais on s'en fout. On va sortir une chanson. Juste une chanson. Pas sur un album. Dans les mois à venir. On n'a jamais fait ça. Donc ça va être intéressant. Quelque chose qui se suffit en soit. Donc on n'aura pas essentiellement besoin de créer 11 autres chansons pour pondre un album. C'est juste une sorte de : "Sortons juste une chanson qui se suffit à elle-même". On ne sait pas encore quand ce sera.


S.T : On est vraiment dans un bon élan en ce moment non ? J'ai le sentiment que l'on travaille plus rapidement. De manière plus efficace. On sait ce qui marche et ce qui ne marche pas. Et comment les choses vont progresser.


J.B : Il y aura plus de guitares dessus. Ca va sonner comme une guitare que tu n'as jamais entendu. Ca ne sonnera pas comme un synthétiseur. On a fini avec ça. Le synthé c'est bon pour les fondations. C'est bon pour la basse. Maintenant nous devons évoluer en quelque sorte.


AR : Y a-t-il quelque chose que les gens devraient savoir à propos de vous avant d'écouter votre musique ?


J.B : Doux garçons. Des gens très sympas.


S.T : Elle est dure celle-là... Oui il y a beaucoup de choses...Je ne sais pas si je veux que les gens sachent quoique ce soit à propos de moi.


AR : Ou à propos de vous en tant que groupe ?


S.T : Nous sommes certainement les deux plus cools du groupe. Les deux autres... craignent un peu.


J.B : Non non c'est Genesis ça. (rires)


AR : Votre photo promotionnelle est une référence directe à Pink Floyd ?


J.B : 100% ! Nous voulions faire la photo la moins originale possible. Tout le monde essaye d'être original aujourd'hui donc nous nous sommes dit "Soyons sans originalité". Nous avons juste changé la couleur. Je vais même te dire, à la base la photo était rose. Puis nous l'avons photoshoppée en jaune juste pour qu'elle soit un peu différente. (blague)


AR : C'est une grosse influence pour vous ? (Pink Floyd)


J.B : Ah non non non. On n'aime vraiment pas Pink Floyd. Juste la photo. (blague)


AR : Quelque chose à ajouter ?


J.B : Je pense juste que... Si les gens veulent vraiment écouter notre musique correctement alors écoutez au casque ! Ou avec de bonnes enceintes. Digital ou Analogique peu importe. Si tu ne nous a jamais entendu alors ne juge pas notre musique avec le haut-parleur de ton téléphone ou de ton ordinateur portable. Je pense que tu dois réellement t'immerger dedans. Ils ne te disent pas tout ça sur la pochette de l'album. On devrait faire ça sur nos pochettes !


S.T : Oui ! "Prenez un bain, avec des bougies."


J.B : "Soyez sûrs de bien avoir branché le courant." (rires)


AR : Considérez-vous que vous en avez bavé pour en arriver jusque là ?


J.B : On a eu des hauts et des bas mais... je ne sais pas. De manière générale la créativité est faite de hauts et de bas. Tu ne peux pas être perpétuellement créatif de manière brillante. Donc nous avons eu ces moments où on se demande "Qu'est-ce qu'on va faire après ça ?". Ou ces concerts où ça ne prend pas vraiment. Mais je ne sais pas... On s'en sort plutôt bien non ?


S.T : Ouais.


J.B : On a nos soucis.


S.T : Mais je pense qu'on a été plutôt chanceux non ? Comment les choses se sont déroulées.


J.B : Oui. Surtout en France !


S.T : Tu sais jamais vraiment expliquer ça. C'est impossible d'expliquer ça.


AR : Vous avez un lien particulier avec votre public français ?


J.B : Absolument oui. C'est l'un de nos endroits favoris où jouer. Sinon le meilleur. Le dernier concert que l'on a fait à Paris était... C'est le genre de show qui te marque vraiment. Genre tu montes sur scène et t'es genre... "C'est pas possible vous vous foutez de moi ?!" C'est vraiment blindé ! Tout le monde est déjà en train de s'éclater et nous on n'a pas encore jouer une seule note. Dans certains endroits où tu vas jouer c'est blindé mais t'es genre... "Est-ce que c'est blindé parce qu'ils veulent voir Metallica juste après ? Il a un T-Shirt Metallica. Il s'en fout de nous." A part pour "A Question Isn't Answered" parce que c'est un peu heavy (rires). Oui la France est un endroit magnifique et le courant est toujours bien passé ici. En plus j'ai le sentiment que les français ont très bon goût. Donc c'est bon pour nous ! (rires)


Un immense merci au groupe et à Ingrid de PIAS Records pour l'organisation de cette interview et, avant tout, pour ce très bon moment passé avec les membres de Temples !

En savoir plus sur Temples
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct