↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Ce que gagnent les artistes


Clément, le 12/04/2018

Après nous être rendus compte de l'ignorance du grand public quant aux véritables échelles de rémunération des artistes, surtout depuis la crise du disque, nous avons décidé de mettre fin à ce mythe via une vidéo de la chaîne partenaire Méloman. C'est à découvrir ci-dessous accompagné de sa retranscription écrite.


Aujourd’hui nous plongeons dans les coulisses obscures de la musique et nous allons enfin répondre à cette question controversée que beaucoup se posent : un artiste aujourd’hui, ça gagne combien ?


Pour répondre on va parler des différentes catégories de revenus d’un artiste et nous allons commencer par les plus connus mais aussi les plus surestimés : les Royalties. Dans cette catégorie on compte les ventes d’albums, les passages en radio ainsi que les écoutes en streaming. Nous passons volontairement sur les revenus générés par les clips pour simplifier la question. Tout simplement parce que dans la majorité des cas, les revenus engendrés sont minimes par rapport aux moyens mis en oeuvre pour les réaliser.


Selon l'Adami (l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes) un artiste gagne en moyenne 100€ lorsque :



  • Il passe 14 fois à la radio

  • Il vend 100 albums

  • Il est écouté 250 000 fois en streaming payant

  • Il est écouté 1 000 000 de fois en streaming gratuit


Ce qui veut dire qu’un passage à la radio rapporte environ 17€ répartis en 50-50 entre l’artiste et le producteur. Soit 8,50€ pour l'artiste. Alors oui quand vous pondez “Despacito” ça fait du bien mais quand vous êtes un groupe connu seulement dans l’Hexagone et pas nécessairement orienté FM comme Skip The Use l’a été par exemple... vous pouvez passer votre chemin.


Ensuite pour les ventes d’albums il n’y a pas grand chose à dire de plus. Le marché a tellement baissé que les écoutes en streaming sont maintenant comptabilisées pour les distinctions musicales comme le disque d’or. A savoir tout de même que lorsque vous achetez un titre sur iTunes, l’artiste touche environ 0,04€. On vous laisse faire le pro-rata pour l’achat d'un album. Pour ce qui est des ventes physiques le ratio diffère selon le succès de l’artiste. Allant de 0,8 à 1,26€ pour un disque à 13€.


Mais passons aux nouveaux grand acteurs de la musique : les plateformes de streaming. Aujourd’hui, elles représentent le revenu numérique n°1 des musiciens. On estime que chaque écoute sans abonnement (en l’absence de l’utilisation d’AdBlock) rapporte à l’artiste 0,0001€. Et en cas d’abonnement payant: 0,004€. En réalité, sur un abonnement à 9,99€/mois sur une plateforme de streaming l’argent est réparti ainsi : 



  • 1,99€ pour l'Etat. C'est la TVA.

  • 1,00€ pour les droits d'auteur.

  • 5,54€ pour les intermédiaires. (A savoir 70% qui partent pour le producteur et 30% pour la plateforme de streaming)

  • Et enfin 0,46€ pour les artistes. (Ces 46c seront répartis en fonction de vos écoutes du mois)


Alors vu comme ça on se dit : "La vache ! La radio ça paye beaucoup plus !" Pas vraiment. Les radios prises comme exemple afin de calculer les 8,50€ ont une audience moyenne d’environ 80,000 personnes lors de la diffusion d’un morceau. A titre de comparaison, 80,000 écoutes en streaming sur Spotify, dont le ratio payant/gratuit est d’environ 50-50 aujourd’hui, rapportent 164€. Alors oui, tu ne choisis pas ce que tu écoutes à la radio et donc pour l’aspect promotionnel ça a son effet mais souvenez-vous de Petit Biscuit. Ce qui l’a fait décoller c’est le fait que la ligne éditoriale de Spotify l’ait ajouté a des playlists de renom. Vous vous souvenez de cette dernière fois ou une radio majeure vous a fait découvrir un artiste très peu connu ? Nous non plus.


Maintenant prenons l'exemple d'un artiste auto-produit. Avec lui, les ratios sont complètement différents. Mettons qu'il ait simplement un contrat de distribution avec Sony qui touche 30% de ses ventes et écoutes en streaming. Dans son cas, une écoute lui rapporte environ 7,5 fois plus que pour un artiste produit. Ce qui veut dire que dans le cas d'un "buzz" à plus de 200 millions d'écoutes comme on en a vu sur Spotify, rapportera théoriquement à lui seul plus de 3 M€. Mais attention, je dis théoriquement parce que Spotify a connu un gros “boom” récemment en passant de 30M d’utilisateurs payants à plus de 70M en un peu plus d’un an. Donc à l’époque de certains de ces buzz, les chiffres n’étaient pas exactement les mêmes.


Cela dit n’oubliez pas que dans le cas d'une auto-production, il y a plus d'argent qui rentre certes... mais il y en a aussi beaucoup plus qui sort. Tous les coûts engendrés par le marketing et la tournée sont à la charge de l'artiste. Sans compter les salaires de ses techniciens et tous les frais engendrés par leur déplacement. Et il prend lui-même les risques financiers. Ce qui est loin d’être dérisoire. Alors dans certains cas les risques sont minimes grâce à un buzz sur un titre produit à moindres coûts. Ca existe. Mais pensez à relativiser et comprenez que cet argent ne va pas directement dans sa poche.


Passons à l’autre catégorie de revenus des artistes : leur univers. A savoir les revenus engendrés par les concerts et le merchandising. Mais si vous savez, les stands de produits dérivés vendus à la sortie des concerts. Eh bien il s'agit de l’une des sources de revenus principales des artistes avec les billets de concerts. Tenez, on va s’attarder un instant sur les artistes ayant gagné le plus d’argent en 2017. Dans le classement des 25 musiciens les mieux payés de 2017 publié par Forbes, seuls 2 artistes figurent au classement sans avoir fait de tournée. A savoir Taylor Swift et Jay-Z respectivement en 17e et 19e position. Et vu leur omniprésence sur les ondes radio on comprendra.


A la 6ème position on retrouve les légendaires Guns N’ Roses qui ont généré pas moins de 84M$ sur l’année sans même sortir d’album et donc principalement grâce à leur tournée très lucrative. Ou encore Bruce Springsteen à la 8ème place avec 75M$ de recettes l’année où il publie ses mémoires ainsi que de nouvelles compilations. Celles-ci lui ont rapporté 10M$ à tout casser, le reste étant surtout dû à sa tournée. A savoir les billets vendus, et le merchandising.


En fait, c’est tout le modèle économique de la musique qui a changé. Aujourd’hui, la musique de l’artiste fait figure de produit d’appel pour vous faire entrer dans son univers et ainsi rejoindre la communauté de fans. Communauté qui est ensuite monétisée grâce aux tournées, au merchandising ou encore le sponsorship par exemple.


D’ailleurs c’est sans surprise que l’on retrouve à la 4ème place du classement des musiciens les plus riches du monde l’homme qui a monétisé son audience et sa réputation de la manière la plus brillante qui soit : Dr. Dre. Vous l’avez compris, une très grosse partie de sa fortune vient du succès de la co-création de la marque beats avec Jimmy Lovine qui avait ensuite été revendue à HTC puis à Apple pour la modique somme de 3 milliards de $. Un record pour la marque à la pomme. Est-ce que nous vous recommandons les casque Beats ? Certainement pas. Mais ce sont les produits de l’une des stratégie marketing les plus géniales de l’histoire de la musique. Ca c’est indéniable.


Pour conclure on dira que crier sur les toits que la musique rapporte beaucoup d’argent en prenant de grands noms comme exemple revient à dire que YouTube rend riche en pointant du doigt les initiateurs du genre comme Norman ou Squeezie. Tout devient disproportionné à l’échelle de telles audiences et il ne faut pas oublier qu’ils font partie de l’exception. Dans la réalité, un groupe comme Last Train dont on a beaucoup parlé cette année et qui a profité d’une certaine exposition médiatique et artistique, notamment en faisant la première partie de Johnny Hallyday, ne vit bien de son activité qu’en multipliant les dates de concert à une échelle assez inhumaine. Et on ne compte plus le nombre de fois où nous réalisons que des groupes que nous admirons beaucoup ont en fait une autre activité professionnelle à côté pour s’en sortir financièrement. Le parfait exemple étant  Gazpacho dont le dernier album avait fini dans notre Top en 2015. Si vous vous demandiez pourquoi ils sont si rares en live, la réponse est là.


En bref, si vous comptiez vous lancer dans la musique pour l’argent passez votre chemin. Parce que ce ne sera certainement pas une motivation suffisante pour vous hisser là où vous voulez aller et vous risquez d'être franchement déçus.


Sources : Adami, Le Monde, Les Echos, The Richest

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Album de la semaine
À lire également