↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

De bruit, de fureur et de larmes. Anthologie du Hard Rock


Auteur : Jérôme Alberola
Editeur : Camion Blanc
Date de sortie : décembre 2009

Langue : Français
"L'anthologie du hard rock"
Jerome, le 10/03/2010
( mots)
Si il y a bien une branche du rock qui peut se vanter de n'avoir jamais eu de période de relâchement, c'est bien celle du hard-rock. Mais avant d'aller plus loin, entendons-nous bien. Dans cet ouvrage, il est question du hard-rock au sens large. Celui qui a pris ses racines quelque part à la fin des années soixante, a éclaté grâce au sacro saint trident métallique (Deep Purple / Led Zeppelin / Black Sabbath) avant de continuellement évoluer au fil des décennies et des acteurs pour se voir affubler de toujours plus d'étiquettes et de sobriquets. Métal, speed, thrash, neo, new, death et j'en passe. Tous issus de la même souche, mais tous pointant dans la même direction. Il restait simplement à dresser enfin un ouvrage digne d'un courant musical trop souvent, et injustement, ignoré des média. Et c'est là qu'entre en piste l'Anthologie Du Hard Rock : De Bruit, De Fureur Et De Larmes.

Pour bâtir telle entreprise, il fallait forcément que l'auteur parle en connaissance de cause. Qu'il ait passé une partie de sa vie à arpenter des caves moites et bruyantes. Qu'il ait essoré ses tee-shirts aux pieds de scènes diverses et variées et écouté des caisses entières de disques à la recherche de la pépite du moment. Et à ce petit jeu, Jérôme Alberola est surement l'homme de la situation. Véritable fan de la première heure, le type connait tellement bien son sujet qu'il se permet de sortir des sentiers basiques et rébarbatifs. Il n'est pas question ici de voir ce style musical comme une succession de dates et d'évènements, même si son histoire en est forcément ponctuée, mais plutôt de démystifier le genre. De tout mettre à plat. D'aborder toutes ses caractéristiques. De parler de son évolution et des groupes phares ayant hissé le style en première ligne. Mais pas seulement. Car à travers son ouvrage, Jérôme Alberola tenait surtout à expliquer à ses lecteurs ce qu'est le hard rock, ce que représente le hard rock pour ses fans souvent considérés, à tord, comme de simples chevelus amateurs de houblon. De passer en revue les habitudes, les codes vestimentaires ou encore les signes de ralliement. De mettre en avant le travail de fond des disquaires de l'époque et des fanzines. De rendre finalement hommage à toutes ces choses qui ont fait du hard rock un mouvement communautaire. Presque... social. Et qui explique en grande partie pourquoi son auditoire a toujours répondu présent au fil des décennies.

Mais le véritable trésor de ce livre se cache un peu plus loin. Car après avoir disserté du genre pendant plus d'une centaine de page, l'auteur se propose de nous servir de guide dans son univers de prédilection, à travers ce qu'il appelle sa discothèque "idé-hard". Et le résultat a quelque chose de pharaonique avec, tenez-vous bien, pas moins de 250 chroniques de disques classées par ordre alphabétique. De Accept à ZZ Top. Sans exhaustivité, sans avoir la prétention d'aborder tous les albums réputés importants, mais juste de nous accompagner vers ceux que l'auteur juge, à ses yeux, indispensables. Sans oublier de s'arrêter longuement à la lettre I. I comme Iron Maiden, LE groupe de métal par excellence. Celui qui fait partie du paysage depuis maintenant plus de 35 ans et continue d'accompagner Jérôme Alberola au fil des jours. Et ce n’est pas loin d'une quarantaine de pages qui sont dédiées à la vierge de fer, ponctuées d'anecdotes et de souvenirs de concerts. Alors forcément, devant un tel travail de fond, autant dire que s'amuser à pointer les grands absents et s'étonner de la présence de certains devient quelque chose de futile. Et preuve que l'auteur n'est pas sectaire et rancunier, même Nirvana trouve sa place au milieu de cette bible avec quelques lignes sur l'incontournable Nevermind. Alors que tout le monde sait très bien que Kurt Cobain est l'un des principaux responsables de la chute de popularité subie par le métal au début des années 90, lorsqu'il fut érigé porte drapeau du mouvement grunge.

Pour résumer, rarement ce style musical n'a été aussi bien desservi qu'au travers ces pages. Anthologie Du Hard Rock : De Bruit, De Fureur Et De Larmes est un livre rédigé par un amateur de musique éclairé et fan du genre, à destination aussi bien des autres métalleux que des néophytes souhaitant se plonger un peu plus en profondeur dans les méandres d'un courant souvent décrié et mal-aimé. Tonton Zégut ne s'y est d'ailleurs pas trompé en signant la préface de l'ouvrage. Une bible du genre qu'on vous dit !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert