↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

ZZ Top


Eliminator


(00/00/1983 - - Rock Blues - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Give Me All Your Lovin' / 2- Got Me Under Pressure / 3- Sharp Dressend Man / 4- I Need You Tonight / 5- I Got the Six / 6- Legs / 7- Thug / 8- TV Dinners / 9- Dirty Dog / 10- If I Could Only Flag Her Down / 11- Bad Girl
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
""
Lulu, le 08/08/2005
( mots)

Si les deux barbus de ZZTop sont connus dans le monde entier, cet album y est sûrement pour beaucoup. Abandonnant peu à peu leur blues-rock tendance sudiste qu'ils avaient l'habitude de pratiquer depuis plus de dix ans, l'album Eliminator sort en 1983 et va rencontrer un succès phénoménal. ZZTop va utiliser beaucoup de synthétiseurs et de samples dans leur son sans pour autant renier leurs sources boogie et rock.
Cet album est magique à plus d'un titre : tout d'abord, il baigne dans un univers original fait de superbes voitures de collection customisées, de filles aux formes non moins généreuses, de tenues extravagantes, du coup du pouce en auto-stop pratiqué de manière totalement synchrone par nos trois musiciens, du coup du pivotement des guitares à 360° sur fond de désert... Tous ces gimmicks sont rentrés dans l'histoire du rock par la grande porte. Et si tout le monde s'en souvient, c'est parce qu'ils parsèment de manière implacable les innombrables clips et donc hit-singles tirés de cet album. Car il faut le dire, Eliminator est une usine à tubes, une sorte de best-of de ZZTop quasiment à lui tout seul.
Même si la recette magique se compose de rythmiques linéaires très simples que ne renierait pas un AC/DC
par exemple, de solos de grande beauté, d'une voix très sudiste et reconnaissable entre toutes (parce que 50% de l'identité d'un groupe vient du chant), d'une batterie métronomique soutenue par une boite à rythme, c'est quand même diaboliquement efficace. A commencer par "Gimme Me All Your lovin'" énorme tube que tout le monde a fredonné sous sa douche au moins une fois (si si !), elle donne le ton pour la suite. Ensuite s'enchaînent, excusez du peu, "Got Me Under Pressure" et "Sharp Dressed Man", deux monolithes qui écrasent tout sur leur passage. Dans la même veine, on peut continuer avec l'énervée "I Got The Six", la sensuelle "Legs", les aboiements de "Dirty Dog" ou la sublime "If I Could Only Flag Her Down". Cette facilité de lancer des riffs tranchants et simples, de faire taper du pied même chez les plus retissants, c'est inhumain.
Et comme si ça ne suffisait pas, ils osent nous sortir en prime un bon gros blues de toute beauté, "I Need You Tonight" qui bouleverse par ses solos de guitares gorgés de sensualité et de feeling. Alors qu'il a su rester discret sur les autres chansons, le bassiste Dusty Hill s'offre un petit moment de gloire en tapping et slapping, histoire de se faire quand même bien plaisir sur "Thug". Evidemment "Tv Dinners" et le pseudo-live "Girl" n'ont pas le même niveau que les autres chansons et elles font un peu tomber la mayonnaise, elles restent cependant d'un niveau correct et digeste.
Depuis cet album et donc depuis plus de vingt ans, ZZTop s'acharne à essayer de réitérer la même recette sans jamais y arriver. Les dérives électroniques d'Afterburner et le peu d'inspiration des albums suivants vont faire tomber peu à peu nos barbus dans l'oubli. Ce n'est pas une raison pour passer à coté de cette oeuvre majeure des années 80, et une Harley Davidson sans ZZTop, ce n'est plus vraiment une Harley Davidson.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également