↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Doors


Waiting for the sun


(13/07/1968 - Paul Rothchild - rock psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- Hello, I love you / 2- Love street / 3- Not to touch the earth / 4- Summer's almost gone / 5- Winter-time love / 6- Unknown soldier / 7- Spanish caravan / 8- My wild love / 9- We could be so good together / 10- Yes, the river knows / 11- Five to one
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (16 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Mich, le 21/11/2004
( mots)

Rares sont les groupes qui enchaînent trois albums avec la même intensité. Les Doors en font partie avec Waiting for the sun .Mais, remettons nous dans le contexte de 1968 a Los Angeles. Jim et les Doors sont devenus une sorte de mythe, Jim incarne le shaman sexuel et rebelle, se heurtant à la police dans les concerts, se faisant arrêter sur scène, complètement ivre et drogué. C'est dans ce contexte que cet album sort. Au départ, Jim voulait introduire entre chaque chanson un poème, cette idée a ensuite été abandonnée, mais on peut remarquer tout de même une succession de chansons entraînantes avec d'autres plus posées. Ainsi, on remarque "Love street", un morceau relaxant dédié à Pamela, sa fiancée. Cette chanson est précédée par "Hello, "I love you", un tube n°1 aux USA en 1968. Mais on peut aussi s'arrêter sur "Not to touch the Earth" qui représente pour moi à merveille le somptueux caractère psychédélique des Doors, et qui laisse entrevoir une ambiance singulière en concert (cette chanson est d'ailleurs beaucoup plus parlante en live !). "My wild love" est une chanson étrange au milieu de l'album mais au moins, on peut dire qu'elle fait ressortir le côté Shaman de Jim. Ensuite, à nouveau une chanson posée que je trouve très jolie dans sa mélodie : "yes, the river knows" enfin bref... Tout ça pour arriver sur la dernière Chanson qui comme à l'habitude des Doors met un point d'orgue à l'album : "Five to one", une de leurs seules chansons engagées et digne du premier album.

En gros, on se rend compte que même quand Les Doors veulent faire un album plus posé, on a toujours ce tapis d'ambiances psychédéliques propre aux Doors.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Doors


L.A. Woman


Critique d'album

The Doors


Strange days


Critique d'album

The Doors


The Doors


Album de la semaine
À lire également