↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Dream Theater


Live At Budokan


(18/10/2004 - Warner - métal progressif - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- As I Am / 2- This Dying Soul / 3- Beyond This Life / 4- Hollow Years / 5- War Inside My Head / 6- The Test That Stumped Them All / 7- Endless Sacrifice / 8- Instrumedley / 9- Trial Of Tears / 10- New Millenium / 11- Keyboard Solo / 12- Only A Matter Of Time / 13- GoodNight Kiss / 14- Solitary Shell / 15- Stream Of Consciousness / 16- Disappear / 17- Pull Me Under / 18- In the Name Of God
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un triple live qui a un avant-goût de DVD..."
David, le 28/11/2004
( mots)

Pas facile d'être un fan de Dream Theater ces temps-ci. Juste après la réédition en DVD de Images and Words et 5 years in a lifetime (cf. chronique sur le site), les stakhanovistes du métal prog nous sortent un triple album live, enregistré en avril dans le mythique Budokan de Tokyo. Et ce n'est pas fini, car sous peu doit arriver dans les bacs le DVD de ce même concert.
C'est la deuxième fois que DT sort un live à la fois sur CD et sur DVD, après le Live Scenes From New York. Or celui-ci ne m'avait que partiellement comblé, principalement à cause des faiblesses de la voix de LaBrie, qui ce soir-là ne semblait pas très en forme. Il en est tout autrement dans ce Live at Budokan : on retrouve le long de ces trois CD un James LaBrie tour à tour subtil et puissant, impeccable de précision comme le reste de la bande.

Parmi les huit albums studio de Dream Theater, six sont représentés dans ce live, néanmoins la part belle est faite à la dernière production en date, Train Of Thought. Bien que n'étant pas un grand admirateur de cet album, force m'est de constater que "As I Am" (quand DT se prend pour Metallica) et "This Dying Soul", titres d'ouvertures du premier disque, sont assez efficaces en live. Vient ensuite le seul morceau issu du Scenes From A Memory de 1999, "Beyond This Life", entrecoupé d'une longue impro où Jordan Rudess et Mike Portnoy dialoguent par l'intermédiaire de leurs instruments respectifs. Après ces trois premiers titres un peu bourrins, la ballade "Hollow Years", extraite de Falling Into Infinity (1997), nous offre un moment de répit. Le disque se termine par deux morceaux de Six Degrees of Inner Turbulence, très métal eux aussi : "War Inside My Head" et "The Test That Stumped Them All" (Metallica, quand tu nous tiens...).

Le disque deux commence par "Endless Sacrifice", titre mid-tempo issu de Train Of Thought (pour changer...) et qui mêle le néo et le heavy. S'ensuit un épique "Instrumedley" de douze minutes, dans lequel on retrouve dans le désordre un peu de tous les instrumentaux de Dream Theater, de "Metropolis Part.1" jusqu'à "The Dance of Eternity", en passant par "Erotomania" ou même le fameux "Ytse Jam" extrait du premier album de DT. "Trial of Tears" et "New Millenium", où la preuve que Falling Into Infinity contenait d'excellentes chansons, précèdent un solo de clavier aisément dispensable. Pour finir ce deuxième CD, on redécouvre, pas forcément avec bonheur, un des titres les plus anciens du groupe : "Only A Matter Of Time". On a connu Dream Theater mieux inspiré par la suite...

Le troisième disque est sans conteste le plus calme des trois. Trois ballades ("Goodnight Kiss", "Solitary Shell", et le radiohead-esque "Disappear"), accompagnées du sublime instrumental latinisant "Stream Of Consciousness". Un dernier petit tour en 1992 avec "Pull Me Under", véritable hymne de DT, avant de conclure sur "The Name Of God", morceau le plus insipide de Train Of Thought. Dommage de finir la dessus...

A l'issue de ces 3 heures de musique, il apparaît que ce Live At Budokan est de bien meilleure facture que Live Scenes From New York : meilleur son, mise en place impressionnante et surtout un LaBrie magistral. On pourrait presque regretter l'absence des albums Awake et A change of Season, mais ce serait oublier qu'ils figurent déjà en bonne partie dans les précédents albums live, la complémentarité des productions étant une des devises du groupe. Bien plus qu'un amuse-gueule, ce Live At Budokan vous fera patienter avant la sortie du DVD correspondant. Celui-ci a d'ailleurs intéret d'être rempli de bonus et d'extras, afin que l'album ne soit pas juste une copie de la partie audio du DVD...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Dream Theater


The Astonishing


Critique d'album

Dream Theater


Dream Theater


Album de la semaine
À lire également