↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Doors


The Doors


(00/01/1967 - Electra - rock psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- Break On Through / 2- Soul Kitchen / 3- The Crystal Ship / 4- Twentieth Century Fox / 5- Alabama Song (Whisky Bar) / 6- Light My Fire / 7- Back Door Man / 8- I Looked At You / 9- End Of The Night / 10- Take It As It Comes / 11- The End
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (38 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
""
Mich, le 20/11/2004
( mots)

Le groupe des Doors est né en 1966 a Los Angeles, après avoir joué dans des bars comme le london frog ou encore le réputé Whisky a-Go-Go, les Doors se différencient alors des autres groupes grâce à leur chanteur Jim Morrison qui communique sur scène une énergie mystique bien particulière. En Janvier 1967 sort l'album The Doors. La grande particularité de cet album est l'atmosphère magique qui arrive à relier les différentes chansons pour en donner un album envoûtant.

Toutes les chansons sont une discussion perpétuelle entre la poésie de Jim et les solos de guitare façon blues de Robby Krieger, le tout sur un tapis musical d'orgue (basse et thème) à la fois Jazzy et classique de Ray Manzarek et de batterie décousue par John Densmore.

Je pense qu'on peut s'arrêter sur deux ou trois chansons comme "light my fire" et sa superbe partie instrumentale qui paraît-il n'a jamais été fixée, permettant sur scène aux musiciens, et à Jim de s'exprimer musicalement ou chorégraphiquement (pour Jim), ce qui donnait aux concerts une dimension à la fois théâtrale et mystique, et qui propulsa Jim au stade de demi-dieu érotique.
On peut encore apprécier "The End", la chanson qui clôture l'album qui a été l'une des premières chansons du rock à dépasser les 10 minutes. C'est là qu'on remarque les qualités poétiques de Jim, et la puissance de l'envoûtement de la musique des Doors.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Doors


L.A. Woman


Critique d'album

The Doors


Waiting for the sun


Critique d'album

The Doors


Strange days


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également