↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sophie Hunger


1983


(26/03/2010 - Gentlemen Records - Pop-folk - Genre : Autres)
Produit par

1- Leave me with the monkeys / 2- Lovesong to everyone / 3- 1983 / 4- Headlights / 5- Citylights forever / 6- Your personal religion / 7- Le vent nous portera / 8- Travelogue / 9- Breaking the waves / 10- D'Red / 11- Approximately gone / 12- Invisible / 13- Broken english / 14- Train people
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Quinze mois n'étaient pas assez pour faire mûrir un second album décevant."
Geoffrey, le 10/05/2010
( mots)

Avec un second album studio (troisième en tout), Sophie Hunger revient nous présenter son univers sombre et sobre, ouaté dans une instrumentation qui avait beaucoup séduit sur son précédent album Monday’s ghost. Un disque salué par les critiques et bien diffusé sur certaines ondes un peu élitistes. Avec 1983, son année de naissance, elle nous présente d’autres perles, mais également et surtout quelques occasions de nous ennuyer. 

Car le manque de rythme et la pauvreté des compositions qualifient principalement ce disque. Les musiques traînent en longueur et n’ont pas la consistance qui leur permet d’être facilement retenues dans la tête, différemment du très bon précédent album. On replonge pourtant hébété dans son univers dès le premier morceau, "Leave me with the monkeys", avec son démarrage a cappella et sa batterie frappée à la mailloche. C’est la suite qui déçoit. Des morceaux purement pop, sans relief, où l’on a perdu cet esprit atmosphérique, ce petit côté tantôt musique classique, tantôt jazz, capable de relever d’insipides compositions. Quelques exceptions pourtant permettent à 1983 de ne pas passer complètement à côté de l’intérêt qu’il mérite. "Lovesong to everyone", "Citylight forever", ou encore "Travelogue" appuient ainsi cet album, chacun à leur manière, en faisant ressortir ce qu’il y a de mieux à entendre ici : la voix de la chanteuse. 

Une voix qui s’exprime toujours en clair-obscur, assise et juste, entre froideur et chaleur, en anglais ou en allemand. Sophie Hunger chante également en français sur un seul titre, une reprise du célèbre "Le vent nous portera" de Noir Désir. Reprise étonnante, que la zurichoise s’est admirablement approprié, marquant le titre du meilleur de son propre univers. Côté ressemblances, il y a aussi du Camille dans certains morceaux comme avec le rythmé "Approximately gone", ou du Laetitia Sherrif comme dans "You personnal Religion", morceau le plus rock de tous. 

C’est pourtant les morceaux propres à l’univers particulier et enchanteur de la chanteuse que l’on préfère. Pas de bol, ce sont les moins nombreux. Une personnalité peu présente dans un 1983 au titre pourtant aussi intime. Dans l’ensemble c’est tout l’album qui manque de personnalité. Et on regrette l’absence de ce qui avait fait de Monday’s ghost un disque prometteur. Promesses non tenues.

Si vous aimez 1983, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert